dimanche, 07/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

25/12/2013 09:23 1654
Rating: 0/5 (0 votes)
Le Vietnam et le Japon situé en Asie, ont plusieurs des points similaires sur la géographie naturelle, la culture et la société. La relation d’échange culturel et économique entre les deux pays exsite depuis longtemps, celle qui est la base pour le développement vigoureux de la relation entre les deux pays actuels.

Au cours des derniers années, le Musée National d’Histoire du Vietnam et le Musée National de Kyushu, au Japon, ont formellement établi la relation de coopération, d’échanges culturels. Le premier résultat de cette coopération constitue l’exposition thématique intitulée «le Vietnam- une grande histoire » organisée a Japon, avec le succès, en 2013.

En contenuant le programme de coopération, le Musée National d’Histoire du Vietnam, en collaboration avec le Département général de Culture Japonaise et le Musée National de Kyushu, organisent l’exposition thématique intitulée «La culture du Japon ». Cette exposition présentera non seulement un aperçu des caractéristiques de la culture traditionelle japonaise, mais aussi, permettra les visiteurs à découvrir l’histoire du commerce entre les deux pays.

La salle d’exposition comprend 9 sujets:

1. L’ancienne céramique du Japon.

Au Japon, la production et l’utilisation des poteries en terre cuite ont commencé environ 12.000 ans de notre ère, apportant les grands changements dans la méthode de transformation des aliments. Pendant la période de la culture Jômon (environ 12.000- 2.400 ans de notre ère), sa caractéristique de céramiques est la décoration du motif de corde, et ce motif est baptisé à la période de cette culture. En période de Yayoi (environ le 4è siècle avant JC et au milieu de 3è siècle après JC), les céramiques influencées par le continent, sont fabriquées avec les technique plus avancées. En période de Kofun (aux 3è- 7è siècles), les céramiques intitulées Haniwa (le cercle d’argile), sont utilisées dans les rituels concernants et palacés autour des tombes pour marquer les tombeaux de Kofun.

Les objets :

- Vase de céramique du motif de corde et la statue de Dogu à l’époque de Jômon.

- Vase de céramique, à l’époque de Yayoi, aux 1er - 5è siècles.

- Statue de cheval Haniwa, à l’époque de Kofun, au 6è siècle.

Quelques images des anciens objets en céramique:

2. Les anciens objets en bronze du Japon

Depuis l’époque de la culture Yayoi (environ le 4è siècle avant JC et au milieu du 3è siècle après JC), marquant la naissance de la riziculture en terrain inondé et l’utilisation des objets en métal en se basant sur le développement des techniques de production indigène et la réception de nouvelles réalisations de technique de la péninsule coréenne et de la Chine continentale.

Les techniques de métallurgie, de coulage du bronze et de fer forgé ont été introduites presque simultanément, mais lorsque le Japon a commencé la production en place, le fer utilisé pour fabriquer les ustensiles pratiques et le bronze utilisé pour fabriquer des objets précieux et des ustensiles rituelles. Passant à l’époque de Kofun (aux 3è- 7è siècles), l’utilisation des armes et des cloches en bronze dans les rituels a été de plus en plus perdue. Néanmoins, des miroirs en bronze continuaient à largement utiliser et devenaient le symbole de la puissance. Ils étaient des objets d’enterrement de première importance dans les tombeaux des chefs locaux.

Les objets:

- Objet en bronze, à l’époque de Yayoi, au 3è siècle avant JC- 2è siècle après JC.

- Cloche en bronze, à l’époque de Yayoi, au 2è siècle après JC.

- Miroir en bronze, à l’époque de Kofun, au 6è siècle.

Quelques images des anciens objets en bronze:

3. L’art de sculpture bouddhique du Japon.

Le Bouddhisme a été introduit au Japon à travers la péninsule coréenne, environ le début du 6è siècle après JC, lorsque la statue bouddhique de Shakyamuni et les textes sacrés bouddhistes ont été envoyés comme un cadeau diplomatique du pays voisin amical Paekche (Bach Te, du Sud-Ouest de la Corée du Sud à ce jour).

D’abord, le style d’art bouddhique du Japon montre l’influence de celui de la Corée du Nord et de la Chine. Cependant, à partir de la fin du 8è siècle, l’art bouddhique du Japon a commencé à représenter le style et les propres caractéristiques.

Les objets:

- Statue de Maitreya buddha, à l’époque de Heian, au 12è siècle.

- Statue de Bodhisattva, à l’époque de Heian, au 10è siècle.

- Statue de Bouddha Amitabha, à l’époque Kamakura, aux 12è- 14è siècles.

- Statue du Bouddha, à l’époque de Kamakura, au 13è siècle.

Quelques images des objets de sculpture bouddhique:

4. Des objets rites bouddhiques

Depuis le Bouddhisme a été introduit au Japon, les sculptures et les peintures bouddhiques ont été de plus en plus augmentées à chaque période. En même temps, des rites bouddhiques devenaient plus diversifiés, exigeant de répondre au besoins croissants des objets rituels. Ce sont des instruments bouddhiques comme la cloche, etc, exprimant le sacré sublime; des ustensiles servant la vie quotidienne des moines, etc. En outre, des ustensiles comme le miroir en bronze, qui ne concernent pas au Bouddhisme, ont été également sélectionnés et utilisés dans les rites bouddhiques.

Les objets: Quelques objets sont les ustensiles de rite bouddhique, datant du 10è siècle au 16è siècle comme la bouteille d’eau, les textes sacrés bouddhiques, le miroir en bronze, etc.

5. Le Japon envers la résistance contre les Mongols

À la seconde moitié du 13è siècle, l’empire mongol puissant a lancé un guerre d’invasion de grande envergure pour des pays voisins. Le Japon a été envahi deux fois par le flotte des Mongols en 1274 et en 1281. Pour la première fois, environ 30.000 soldats ont attaqué au Nord de Kyushu, mais cette attaque était l’avertissement initial. La deuxième fois, il s’agit d’une attaque à grande échelle avec 100.000 soldats et 3500 vaisseaux. Cependant, en raison de deux grandes tempêtes et d’une forte résistance de l’alliance des familles de Samurai du Japon, alors les Mongols doivent se retirer en deux fois. Dans cette section de l’exposition, les visiteurs peuvent voir le contexte de la lutte des japonais contre les Mongols à travers la peinture “Mông Cổ tập lai”. En outre, l’exposition présentera encore des objets trouvés dans un navire de guerre des Mongols, naufragé au mer de Takashima, ville de Matsuura, province de Nagasaki, au nord de Kyushu. Ce navire a été fouillé par l’Université de Ryukyu et publié en 2011. Plus de 4000 objets découverts, y compris des canons, des cruche de poudre, des balles en céramique et en pierre, des épées, des cuirasses de fer, des briques et des céramiques à l’époque des Yuan, etc.

6. L’histoire de relations diplomatiques vietnamo- japonaises.

Le Vietnam et le Japon ont une tradition d’échanges culturels et comercials depuis longtemps. Depuis la fin du 16è siècle au 17è siècle, la relation d’échanges culturels et commercials entre le Vietnam et le Japon a vigoureusement développé. Les gouvernements contemporains de deux pays ont échangé des documents diplomatiques au niveau national, en même temps, avaient des politiques d’encouragement de l’élargissement d’échange et de commerce. Les seigneurs des Nguyen permettraient des marchands japonais à former la rue japonaise pour faire du commerce.

Les objets :

- Lettre nationale, le Gouvernement du Seigneur des Nguyen l’a envoyé à celui de Hideyoshi du Japon pour mettre les relations commerciales, 14è année de règne de Quang Hung, à l’époque des Le Trung Hung, en 1591.

- La permission estampillée rouge « Chau An trang », à l’époque d’Edo, en 1614.

- Dessin « Chau An thuyen Giao chi do hang », à l’époque d’Edo, aux 17è- 18è siècles.

- Peinture «Van quoc nhan vat », tous les peuples du monde dont il y a des vietnamiens et japonais, à l’époque d’Edo, au 17è siècle.

7. Les céramiques japonaises à l’époque d’Edo (aux 17è- 18è siècles)

Avant le 16è siècle, le Japon n’a pas fabriqué les céramiques, mais il développait des poteries en terre cuite. Néanmoins, environ la fin du 16è siècle au début du 17è siècle, l’industrie de céramique dans ce pays a été ouverte par des artisans coréens qui habitaient à Arita, province de Hizen (province de Saga et Nagasaki à ce jour), à Kyushu, au Japon. En même temps, les produits céramiques commerciales fabriqués par des chinois étaient diminués, à cause des instabilités sociales et le changement des dynasties. Alors, le Japon a renforcé l’apprentissage des techniques de fabrication des céramiques chinoises, a promu le développement de production et la domination du marché de la céramique d’exportation, à travers la Compagnie hollandaise des Indes. Depuis lors, Arita devenait un grand centre de la production de céramiques au Japon.

Les styles de céramiques à l’époque d’Edo plus célèbres sont 4 styles comme Kakiemon, Nabeshima, Kinrande et Ko-Kutani.

Les objets:

- Assiette de céramique Kutani, au milieu du 17è siècle.

- Vase de céramique Kutani, au milieu du 17è siècle.

- Statue d’une femme, au style de Kakiemon, à la fin du 17è siècle.

- Assiette de céramique Nabashima.

Quelques images des objets céramiques à l’époque d’Edo:

8. L’art de Samurai

Au Japon, Samurai est conu à travers les images de guerriers légendaires talentueux sur le tir à l’arc, la litérature et l’art, etc. Samurai était principalement apparu environ le 10è siècle et était décliné au milieu du 19è siècle. L’augmentation de la classe de Samurai a poussé la création de nouvelles formes d’esthétique, ayant un impact majeur sur l’histoire et la culture du Japon plus tard.

Les règles des samouraïs associés aux vertus de la fidélité, de l’humainité, de l’honnêteté, etc, devenaient l’esprit et le caractère des japonais. Le samurai n’existe plus à ce jour, mais l’esprit des samouraïs reste toujours dans le culture des japonais. Cette section d’exposition présentera aux visiteurs quelques exemples de l’art Samurai.

Les objets:

- Livre secret de la mode d’utilisation des canons, à l’époque d’Edo, en 1629

- Casque de style de Gusoku de la famille de Samurai Kuroda, à l’époque d’Edo, au 18è siècle.

- Épée de style de Hyougo- gusari- tachi, à l’époque de Kamakura, au 13è siècle.

- Kogai (épingle à cheveux), à l’époque d’Edo, au 19è siècle.

- Épée courte Kozuka, à l’époque d’Edo, au 19è siècle.

- Pavois, à l’époque d’Edo, au 19è siècle.

- Menuki (décorer la poignée d’épée), en forme du Bouddha, du lion et du boeuf, à l’époque d’Edo, au 19è siècle.

Quelques images de l’art de Samurai:

9. La collection des objets d’échanges cuturels

Pendant les années 1943-1944, le Musée impérial de Tokyo (le Musée National de Tokyo à ce jour) et l’École française d’Extrême- Orient de Hanoi se sont mise d’accord sur l’échange des patrimoines culturels et des œuvres d'arts visant à échanger des cultures.

Vers le Japon, des sculptures de Khmer et des autres objets envoyés par l’École française d’Extrême- Orient, ont eu exposé après la 2ème guerre mondiale, sont conservés et valorisés au Musée National de Tokyo.

La collection des objets envoyés par le Japon, à l’école française d’Extrême- Orient à Hanoi, qui est conservée et préservée soigneusement malgré plusieurs agitations sociales, déplacements causés par la guerre. Cette collection est conservée et valorisée au Musée National d’Histoire du Vietnam. À l’occasion de l’exposition intitulée « la culture du Japon » au Vietnam, nous voulons présenter aux visiteurs cette collection considérée une preuve d’une relation étroite et des résultats de la coopération et d’échanges culturels entre le Vietnam et le Japon au cours de l’histoire.

Les objets:

- Collection des masques No et Kyogen.

- Collection des pavois aux épées

- Assiettes céramiques de Nabeshima, au 17è siècle.

Quelques images d’objets d’échanges culturels:

Cette exposition présentera 70 objets typiques sélectionnés par le Musée National d’Histoire du Vietnam, le Musée National de Kyushu et quelques institutions culturelles du Japon. Parallèment à cette exposition, des événements et des échanges culturels intitulé « le plaisir japonais » seront également organisés.

La salle d’exposition est ouverte au public, du 16 janvier au 9 mars en 2014.

Nguyen Quoc Huu (Département d’Exposition)

Traducteur: Nguyen Thuy

Bảo tàng Lịch sử Quốc gia

Shares: