dimanche, 14/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 11:14 1223
Rating: 0/5 (0 votes)
Dans la collection des matériaux de construction découverts dans la fouille du site de Duong Kinh en 2004, outre les genres de matériaux comme briques, tuiles, bordures de décoration, il existe un genre de vestiges relativement riches, qui attirent notre attention, c’est le groupe de statues d’animaux de décoration de construction.

Les statues d’animaux trouvés ici sont toutes des débris des statues rondes, réparties d’une manière concentrée dans la couche terrestre contenant des vestiges de construction du temps des Mac, située aux deux quartiers de la colline Cong et de la colline Gao appartenant au village Co Trai, commune de Ngu Doan, huyen de Kien Thuy, Haiphong, lieu que les chercheurs ont identifié comme le centre du Duong Kinh des Mac.

- En quantité, les statistiques et la classification ont dénombré 83 échantillons, dont 73 sont des débris de dragons, et 10 des débris de ststues de licornes.

- En qualité, tous les débris de statues trouvés ici sont en terre cuite grise bleue, à ossature grossière, peu consistante, contenant beaucoup de sable, ce qui montre que la technique du travail de la terre n’est pas soignée, à basse température de cuisson. Aussi, en nettoyant les échantillons, nons devons employer les balais durs pour essuyer la terre et non de l’eau qui risquerait d’amollir les sculptures et de faire disparaître les détails des desssins.

- En volume et détails des décorations: on peut dire que tous les débris de statues trouvés ici ont un petit volume, certains sont creux, d’autres sont compacts, leur dimension moyenne varie de 4 à 12cm. Ce sont tous des débris et nous ne pouvons pas déterminer les dimensions complètes de l’objet. Pourtant, on a pu quand même déterminer leur fonction, ils sont tous peut-être des masses fixées au bord de la construction.

Quoiqu’ils soient de petit volume, mais ces statues d’animaux sont sculptés très soigneusement, avec une technique raffinée, montrant la haute qualification des artistes de ce temps.


Les statues de dragons, sont fabriquées avec la tête hautement levée, le front saillant, la bouche ouverte, le nez gros et retroussé, les narines largement ouvertes, les yeux saillants, en plusieurs couches, avec un petit trou profond au milieu. Les oreilles sont semblables aux oreilles d’animaux, disigées vers l’arrière, les joues largement déployées, la barbe et la crinière dirigées vers l’arrière, tout près du corps. La crinière est frisée, en forme de nuages, suivant de près les ondulations du corps. Le corps du dragon est gras et rond, les écailles sont en relief et semblables aux écailles des poissons. La queue est pointue en forme de couteau de feu comme des queues de carpes. Dommage que dans les échantillons trouvés, il n’y ait pas de débris de pieds de dragons, ce qui empêche de déterminer que les pieds sont à 4 ou 5 doigts.

Pour les statues de licornes, il reste encore 3 débris de tête de licorne en position hautement levée. La licorne a le front saillant, de gros yeux ronds, les joues déployées, la bouche fermée mais laissant voir les deux canines, le nez retroussé, les narines largement ouvertes, les oreilles sont des oreilles d’animaux et largement ouvertes, le cou rond, l’une des têtes a une touffe de barbe. L’observation trouve que ces débris de licorne ont la forme et le style de décoration analogues aux deux statues de licornes en bronze découvertes à la colline de Quan Thieu (hameau de Duong Thang, commune de Ngu Doan) en 1987, actuellement conservées au Musée de Haiphong.

Ainsi, avec la collection des statues d’animaux de décoration en terre cuite découvertes au site de Duong kinh, nous avons pu remarquer la richesse et la variété des travaux architecturaux du lieu. Quoique, à travers les résultats de la fouille, les traces des fondations restantes d’un Duong Kinh un temps magnifique ne sont que des segments de fortifications de fondations, l’apparition florissante des genres de matériaux et de décorations architecturaux laisse entrevoir l’architecture du lieu, dont la collection des animaux de décoration est une preuve évidente.

Comme on l’a dit plus haut, le fait d’avoir un petit volume et d’être fait en terre cuite montre que ces statues d’animaux sont toutes fixées sur les bords des constructions contemporaines. Actuellement, au Vietnam, nous ne rencontrons presque plus des constructions anciennes ayant des masses rondes fixées aux bords, mais si nous avons l’occasion de visiter les pays amis comme la Chine ou le Japon, nous aurons l’occasion de voir des statues d’animaux fixées sur les bords d’écoulement des constructions anciennes. Ce sont sûrement des analogies et des échanges culturels entre l’architecture vietnamienne et celle des pays de la région.


Les débris de statues d’animaux de décoration de ce lieu sont tous trouvés dans les couches terrestres du fossé, en même temps que la couche culturelle contenant les vestiges architecturaux de Duong Kinh, ce qui fait que la date du XVIe siècle des Mac est incontestable. Mais une question se pose: depuis quand ces statues d’animaux sont apparues sur les bords des constructions? La découverte des statues d’animaux à Duong Kinh est une suggestion dans la recherche sur ce genre de décorations dans le courant de l’architecture ancienne vietnamienne.

Les résultats de la recherche archéologique vietnamienne depuis plus d’un siècle passé ont montré que la technique “tuiles-pierre” a été importée au Vietnam depuis le début de l’ère chrétienne, suivant les pas des agresseurs du nord. Et ce n’est qu’à partir du Xe siècle, ère de l’indépendance nationale, qu’elle s’affirme comme un trait traditionnel de l’architecture vietnamienne. Pourtant, à la période Dinh – Lê antérieurs, à travers les fouilles au site de l’ancienne capitale Hoa Lu, nous ne rencontrons que des statues de canards et de canards impériaux fixées sur les bords et non des statues de licornes. Sous les Ly – Trân, avec de centaines de vestiges déjà étudiés, on n’a pu trouver que des statues de canards/canards impériaux, des feuilles de tilleul décorées de dragons ou de phoenix, ou bien des dragons et des phoenix à grand volume fixés sur les toits, et non d’autres statues. En passant à la période des premiers Lê, précédant immédiatement la période des Mac, à travers les fouilles au site de Lam Kinh (Thanh Hoa), considéré comme la deuxième capitale des premiers Lê, lieu où se trouvent les tombeaux des rois Lê avec des dizaines de constructions grosses et petites, on n’a pas pu trouver un seul débris de statues d’animaux fixées sur les bords. Pour cette raison, à travers la collection des statues d’animaux de décoration, surtout les statues de licornes, découvertes au site de Duong Kinh, nous sommes arrivés à la conclusion que les statues d’animaux (en dehors des dragons) contribuent à la décoration des toits de l’architecture vietnamienne seulement à partir du temps des Mac, se développent à la période des Lê restaurés, et disparaissent peu à peu sous les Tây Son et les Nguyên. C’est un problème intéressant, qui attire l’attention de nombre des chercheurs, non seulement de l’archéologie mais encore de l’art et de la sculpture.

Nguyễn Ngọc Chất

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares:

Others

Quelques réflexions sur les premiers résultats de l’exploration archéologique du site de l’autel Xa

Quelques réflexions sur les premiers résultats de l’exploration archéologique du site de l’autel Xa

  • 22/08/2008 10:09
  • 1226

1. Pendant la réalisation du projet de construction de la route Kim Liên – O Cho Dua, le Comité populaire de Hanoi a proposé à l’Institut d’Archéologie et au Service de Culture et d’Information de Hanoi d’entreprendre l’exploration et la fouille archéologique d’urgence de la région contenant les vestiges de l’autel Xa Tac, près du carrefour de O Cho Dua, appartenant au phuong Nam Dông, quân de Dông Da, en vue de rassembler des données historiques précieuses, tout en ne pas entraver les travaux de construction. C’est une décision juste et à temps, reflétant le respect de la Loi sur les Patrimoines Culturels.