lundi, 04/07/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

21/03/2022 15:52 615
Rating: 0/5 (0 votes)
Les tuiles luu ly ont été rendues célèbres par les ouvrages de la Cité impériale de Huê. Cet artisanat renaît aujourd’hui, permettant de restaurer d’anciens bâtiments précieux dans le pays.

Dans l’atelier de tuiles de M. Uyên.

Les palais et monuments de l’ancienne Cité impériale de Huê, province de Thua Thiên-Huê (Centre), tiennent leur réputation non seulement de leurs valeurs historiques et culturelles mais aussi de leur architecture originale composée de décorations magnifiques sur les toits, les murs, les portes… marquant la majesté et le luxe royaux.

Sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), les toits de ces ouvrages étaient recouverts de tuiles luu ly (littéralement "tuiles de céramique" émaillées). Il s’agit d’un savoir-faire populaire largement utilisé dans les constructions à Huê. Ces tuiles se divisent en deux catégories que sont hoàng luu ly de couleur jaune et thanh luu ly, verte. Selon les experts, comme les rois portaient des vêtements jaunes - couleur du pouvoir -, leurs palais étaient recouverts par les tuiles hoàng luu ly. Les thanh luu ly étaient dédiées aux ouvrages des mandarins et de la famille impériale.

La production des tuiles luu ly nécessite plusieurs étapes. Chaque atelier garde son secret, notamment en ce qui concerne le mélange de l’émail (liquide visqueux donnant la couche vitreuse à la surface des tuiles cuites) pour fabriquer des produits de haute qualité. Cependant, le tourbillon de la vie moderne a peu à peu éteint la flamme qui brûlait alors dans ces ateliers. Aujourd’hui, seules quelques entreprises comme celle de Dang Uyên, située dans le quartier de Xuân Phu à Huê, perpétuent le savoir ancestral.

En 2015, cette entreprise a relancé la fabrication de tuiles de céramique émaillées, interrompue depuis de nombreuses années.

La fabrication exige la maîtrise d’une technique complexe. La création d’émail doit respecter un cahier des charges très précis afin de donner les couleurs requises aux produits. "L’astuce pour créer le jaune et le vert réside dans la préparation de l’émail selon notre recette. C’est une combinaison d’argile, de kaolin et de couleurs dans une proportion exacte afin d’assurer qu’après la cuisson à 1.200oC, le produit présentera sa couleur caractéristique", partage M. Uyên.

Aujourd’hui, la chaîne de production a été rénovée en étant dotée de machines modernes afin d’augmenter le rendement et d’améliorer la qualité des produits. "Après 24 heures de cuisson, on laisse le four refroidir pendant trois jours avant de sortir les tuiles. C’est comme cela qu’elles revêtent leur plus belle couleur et peuvent aussi résister aux épreuves du climat et du temps", dévoile-t-il.

Faire revivre le patrimoine

 
Tuile émaillée jaune.

Ancienne capitale du régime féodal, Huê renferme de nombreux patrimoines culturels matériels et immatériels, dont cinq d’entre eux reconnus mondialement par l’UNESCO. Parmi ceux-ci, on peut citer le complexe de vestiges de la Cité impériale de Huê, comprenant des palais et ouvrages importants. Au total, l’ancienne capitale compte près de 1.000 vestiges historiques dont 89 reconnus au niveau national. Au fil du temps, ces bâtiments vieux de plusieurs siècles se sont dégradés et nécessitent aujourd’hui d’importants travaux de restauration. Ces dernières années, cette ville a investi dans la préservation de son patrimoine dans le but d’augmenter son attractivité touristique.

D’après Nguyên Thê Son, directeur adjoint du Centre de conservation des monuments de Huê, le toit constitue une partie importante car sa fonction est de protéger l’ossature en bois du bâtiment. Si les tuiles ne sont pas de bonne qualité, elles ne peuvent pas résister aux aléas climatiques. Auparavant, la ville disposait d’un atelier spécialisé dans la fabrication des tuiles au service de la réparation des ouvrages royaux. Mais celui-ci a fermé et le risque était grand de voir ce savoir-faire disparaître. La province de Thua Thiên-Huê a donc choisi l’atelier de M.Uyên pour restaurer les tuiles hoàng luu ly et thanh luu ly des mausolées de Gia Long, Tu Duc, Thiêu Tri et Truong Lang.

 
Le pont Thanh Toàn à Huê (Centre) dont le toit est recouvert de tuiles émaillées vertes.

Bientôt, ce sera au tour du palais Thai Hoà (Harmonie suprême) d’être restauré. Construit en 1805, sous le règne du roi Gia Long (1762-1820), Thai Hoà est considéré comme le monument le plus important de l’ancienne Cité impériale de Huê. Il est en effet le lieu où se déroulèrent les événements majeurs de l’histoire des 13 rois de la dynastie des Nguyên.

"En novembre 2021, le Centre de conservation des monuments de Huê a mis en chantier le projet de restauration du palais qui durera environ quatre ans. En raison de l’importance et de la valeur du site, nous devons étudier soigneusement l’architecture du toit, les motifs de décoration des tuiles avant de passer à l’étape de production", fait savoir M. Uyên.

Chaque année, l’atelier fabrique entre cinq et sept millions de tuiles émaillées qui servent à la restauration des vestiges locaux et la construction des ouvrages dans un style d’antan à travers tout le pays. 

Texte : My Anh
Photos: Dô Truong - Tuong Vi/CVN

https://lecourrier.vn/

Shares: