vendredi, 19/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

24/03/2015 09:50 1493
Rating: 0/5 (0 votes)
En 1967, la Maison d’édition de la Libération a publié les trois recueils de croquis dessinés par les 6 peintres Cổ Tấn Long Châu, Lê Văn Chương, Huỳnh Phương Đông, Thái Hà, Lê Hồng Hải, Nguyễn Văn Kính, sur le sujet: “le Sud du Vietnam: des territoires et des hommes”. Ce sont les jeunes peintres de libération qui sont rapidement formés dans les écoles de peinture dans les zones libérées. Ils sont vécus et luttés dans la pratique de la révolution, ces jeunes peintres sont devenus des soldats vaillants et ils sont toujours présents aux lieux les plus violents et pénibles. Les peintures dessinées à la mine de plomb, au lavis, à la plume d’acier, à l’encre noire, à l’huile, ont vivement gravé des portraits des hommes vaillants et indomptables du Sud avec un optimisme révolutionnaire, des scènes quotidiennes et des diverses formes de la lutte dans la guerre du peuple, la beauté des paysages du Sud et des preuves de crimes des agresseurs américains sur des territoires douloureux et vaillants dans les années 1964, 1965 et 1966.

Les trois recueils de croquis sont imprimés avec le format 18,5 x 24,5 cm, 45.000 volumes (15.000 ensembles). Le premier recueil se compose de 42 dessins, le 2e recueil se compose de 43 dessins, le 3e recueil se compose de 45 dessins. L’ensemble de dessins est émis dans les zones libérées dans le Sud et le Nord du Vietnam. Au moment de l’émission, en 1967, la guerre est répandue dans les deux régions du Sud et du Nord. Les habitants du Nord attendent avec impatience de nouvelles et d’images envoyés du Sud, par les sentiments les plus affectueux. L’émission des recueils de dessins et des récits a aidé les soldats et les habitants de deux régions à encourager mutuellement visant à surmonter les difficultés pour le but de la libération du Sud et de la réunification du pays.

À ce jour, la guerre est reculé, le pays paisible est réunifié en 40 ans. Les croquis de la vie, de l’étude, du travail et de la lutte dans la guerre sont devenus des documents précieux pour que les générations futures peuvent apprendre et exprimer leur gratitude aux générations précédentes, celles qui ont sacrifiés la propre bonheur à l’oeuvre de conquérir l’indépendance et de défendre l’indépendance de la nation.

L’auteur a l’honneur de vous présenter certains oeuvres typiques dans les trois recueils de croquis en dessus.

Couverture du recueil de croquis “le Sud du Vietnam- des territoires et des hommes”.

Ier sujet: Des exemplaires de lutte vaillante.

Camarade Trung Kien (chef courageux de l’escouade de reconnaissance), à l’aquarelle (20,5 x 27cm), en 1965, Cổ Tấn Long Châu.

M. Năm Phỏa (partisan de la commune de An Thach, province de Bến Tre), dessiné à la mine de plomb (18,5 x 24 cm), en 1966, Huỳnh Phương Đông.

M. Năm Yên, 71 ans (fidèle du Parti), dessiné à la mine de plomb (18,5 x 24 cm), en 1966, Huỳnh Phương Đông.

M. Bay Nhan (ses fils sont soldats), dessiné à la mine de plomb (18,5 x 24 cm), 1966, Huỳnh Phương Đông.

Soldat de la Libération, dessiné à la plume d’acier (12x 18 cm), 1964, Thái Hà.

l’enfant d’estafette, dessiné à la plume d’acier (12x 18 cm), 1964, Thái Hà.

Nguyễn Hồng Huân (du groupe des partisans de Thới Sơn, Mỹ Tho), (18,5 x 24 cm), 1965, Huỳnh Phương Đông.

Camarade Cương (secrétaire de la Cellule du Parti de Thới Sơn, Mỹ Tho), (18,5 x 23,5 cm), Huỳnh Phương Đông.

Nguyễn Văn Nì, soldat détruit des agresseurs américains (Nhuận Đức, Củ Chi), dessiné à plume de plomb (22,5 x 32,5 cm), 1965, Lê Văn Cương.

Nguyễn Thị Cẩm Phương (Bureau de l’Éducation et du Public).

Musée National d'Histoire du Vietnam

Shares:

Others

La fleur de lotus dans l’art royal de Hue

La fleur de lotus dans l’art royal de Hue

  • 04/03/2015 09:50
  • 2290

Dans la chanson populaire du Vietnam, il ya des phares : «Dans l’étang, qu’y a-t-il d’aussi beau que le lotus ? Feuilles vertes, fleurs blanches, étamines d’or. Étamines d’or, fleurs blanches, feuilles vertes, proche de la boue, mais sans la puanteur de la boue”. L’explication : «Ce texte parle du lotus qui pousse dans les endroits boueux mais qui garde toujours son parfum et ses belles couleurs. Tout comme l’homme de bien gré, bien que vivant avec des personnes mauvaises, ne perd pas son cœur loyal».