vendredi, 19/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

04/03/2015 09:50 2290
Rating: 0/5 (0 votes)
Dans la chanson populaire du Vietnam, il ya des phares : «Dans l’étang, qu’y a-t-il d’aussi beau que le lotus ? Feuilles vertes, fleurs blanches, étamines d’or. Étamines d’or, fleurs blanches, feuilles vertes, proche de la boue, mais sans la puanteur de la boue”. L’explication : «Ce texte parle du lotus qui pousse dans les endroits boueux mais qui garde toujours son parfum et ses belles couleurs. Tout comme l’homme de bien gré, bien que vivant avec des personnes mauvaises, ne perd pas son cœur loyal».

Dans l’art vietnamien, le sujet sur la fleur de lotus est représenté sur plusieurs matériaux et types d’antiquités. Sur la cloche de bronze de Thanh mai, fondue en 798, est actuellement conservée au Musée de Hanoi, il ya des bandes de pétales de lotus autour de l’anneau et des boutons de la cloche de bronze. En particulier, la fleur de lotus devenait un symbole dans l’art bouddhique depuis la dynastie des Ly jusqu’à ce jour. La fleur de lotus est représentée autour du socle du pied de colonne dans l’architecture de pagode et de tour de la dynastie des Ly. Le lotus est gravé en relief autour des piédestals de la statue bouddhiste dans la pagode de Phat Tich, cette statue est actuellement la plus ancienne statue en pierre dans notre pays. Le motif de la fleur de lotus est encore représenté sur des verseuses, des soupières de potage, des jarres en céramique, etc. La fleur de lotus est fondue en relief au centre de la surface d’un instrument de musique en bronze, de la dynastie des Ly, aux 11è-13è siècle, découverte au village de Phu Cat, district de Quoc Oai, Hanoi, étant une antiquité distinguée de la dynastie des Ly.

Situé au centre de la capitale de Hanoi, c’est la pagode de Dien Huu (pagode au pilier unique), qui représente un lotus avec sa tige émergeant dans l’eau, cette pagode a été construite à la dynastie des Ly. Selon les écrits, l’empeureur de Ly Thai Tong avait un rêve au cours de sa jeunesse, où mère déesse bouddhiste Avalokiteshvara, qui reposaient sur une fleur de Lotus, vous effectué la livraison de votre enfant. Quand le roi s’est réveillé, il a dit à ses mandarins, le bonze Thich Thien Tue l’a conseillé de construire une pagode dont ériger une colonne en pierre au centre du lac, construire une calice de la fleur de lotus en dessus la colonne. Cette petite construction en bois, de forme carrée est renommée pour son architecture typique, épousant la forme d’une fleur de lotus qui émerge de l’eau et comme son nom l'indique, la pagode se dresse sur un seul et même pilotis. À Hanoi, il ya encore la pagode de Kim Lien (une fleur lotus d’or), construite au milieu du 18è siècle. La pagode de Kim Lien est rapidement apparue dans des buisons verdoyantes, entourée par le lac, cette pagode ressemble à une fleur de lotus éclose sur la surface de l’eau.

L’image de la fleur de lotus symbolise l’été dans les quatres saisons au Vietnam: printemps, été, automne et hiver. La fleur de lotus dans l’art plastique bouddique est souvent associée à l’image du Bouddha assis sur une fleur de lotus ou se tenant debout pour prêcher la loi bouddhique. La fleur de lotus est l’un des «huits trésors» du Bouddhisme, étant le miracle du pas du Bouddha Shakyamuni.

Dans la collection des trésors royaux de Hue conservée au Musée National d’Histoire du Vietnam, il ya certains types trésors qui sont formés selon le sujet sur les fleurs et les feuilles de lotus, en or et en argent. Ce sont des plateaux à bétel, boîtes à bétel, cuves, verseuses, etc, utilisés dans le palais royal de la dynastie des Nguyen.

La boîte à bétel en argent, mesure 16cm de hauteur et 11,7cm de diamètre. Son couvercle a trois pétales flottantes et replètes, le sommet du couvercle en forme du bouton de fleur de lotus. Le corps de la boîte à bétel est formé par les quatres couches de pétales de lotus et le pied du socle avec trois couches de pétales flottantes.

L’autre boîte à bétel se compose de 3 parties séparées: couvercle, compartiment au centre et corps assemblés, mais les couches de pétales de lotus sont très souples. Cette boîte mesure 14 cm de hauteur et 10cm de diamètre.

Le plateau à bétel en or en forme d’une fleur de lotus éclose, sa corniche debout entourée par des pétales flottantes, le pied du socle petit et bas. Des rangs de pétales de lotus, les grands pétales alternant les petits pétales, sur la surface des feuilles de lotus, on grave des cordes de feuille. Ce plateau à bétel est 4,7 cm de hauteur et 10,8 cm de diamètre. On peut dire, c’est l’un des chefs d’oeuvre de la technique d’orfèvrerie de la dynastie des Nguyen, aux 19è-20è siècles.

La cuve en or en forme de la feuille de lotus avec un anneau évasé, des nervures de feuille sont bien gravées. En particulier, l’artisan a courbé des boutons de fleur, des lotus non-éclose, des réceptacles florals de lotus pour former le socle du pied. Cette cuve en or mesure 11,5 cm de hauteur, 29,9 cm de diamètre et 760 grammes.

Une paire de chandeliers en or, 25cm de hauteur. Ses pieds en forme d’une feuille de lotus renversée, décorée des bandes de nervures flottantes. Le corps est une touffe de fleurs, des boutons et des réceptacles florals de lotus. Le sommet de la paire de chandeliers est des feuilles de lotus, on a pose une chandelle sur une colonne cylindrique à l’intérieur de la feuille de lotus. Sur l’anneau de piédestal, il ya des inscriptions gravées: " (Bát ngũ tuế kim trọng cửu lượng cửu tiền ngũ phân).

En plus de la stylisation selon la fleur de lotus en dessus, la fleur de lotus est également gravé en relief sur la verseuse à vin et la boîte à chaux en argent, la verveuse à vin en argent, à couvercle.

La boîte à chaux en argent est semblable à le type de boîte cylindrique en or et en argent dans la collection des trésors de la dynastie des Nguyen. Elle est gravée en relief le motif du dragon, du phénix et des nuages et des feuilles de lotus, des fleurs de lotus et d’une couple.

Alors, à travers certains types de trésors fabriqués en or et en argent, des artisans de la dynastie des Nguyen ont montré que le sujet sur la fleur et la feuille de lotus est exploité au cours d’un processus de l’art traditionnel. Ces trésors ont contribué à témoigner l’intégration de deux cours de l’art folklorique traditionnel et de l’art royal.

À travers l’étude de la collection des trésors de la dynastie des Nguyen, conservée au Musée National d’Histoire du Vietnam, nous avons trouvé plusieurs grands noms des artisans comme Le Van Truong, Le Khuong, Nguyen Tan, etc. En particulier, pour l’artisan Nguyen Tan, on peut trouver son nom gravé clairement dans les 9 trésors, fabriqués sous la dynastie des Minh Menh, par exemple: un pairol en or et une louche en argent, fabriqués en année de Canh Thinh, en 1820; un crachoir en or fabriqué en 1920; un plateau en argent fabriqué en année de Tan Ty, en 1821.

Nguyen Dinh Chien- ancien directeur adjoint du Musée National d’Histoire du Vietnam (auteur)

Nguyen Thuy (traduction)

Musée National d'Histoire du Vietnam

Shares: