dimanche, 23/06/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

20/03/2024 10:50 435
Rating: 0/5 (0 votes)

Une étude montre que des piercings étaient portés, il y a environ 11 000 ans, aux oreilles et aux bouches des personnes désormais enterrées sur le site de Boncuklu Tarla en Turquie. Et ces ornements auraient pu avoir des significations sociales ou rituelles importantes en cette période.

 
 

Des ornementations personnelles interprétées comme des piercings – des artefacts similaires à des boucles d'oreilles, par exemple – avaient déjà été observées chez les peuples néolithiques ou de la fin de l'âge de la pierre de diverses régions du sud-ouest de l'Asie. Pour autant, les scientifiques n'avaient pas pu explicitement lier ces anciens bijoux à des parties spécifiques du corps où ils auraient pu être portés, il y a plus d'une dizaine de milliers d'années en arrière.

Pour la première fois, des chercheurs en apportent la preuve : dans Antiquity ce 11 mars 2024, ils décrivent comment dans les sépultures du site archéologique de Boncuklu Tarla (sud-est de la Turquie), les piercings ont été retrouvés près des oreilles et des bouches de leurs occupants. Leurs incisives inférieures, vieilles d'environ 11 000 ans, présentaient en outre des motifs d'usure causés par le port d'un labret, un ornement souvent arboré sous la lèvre inférieure – et qui l'est toujours dans certaines cultures, notamment en Éthiopie, en Amazonie et dans les Amériques.

Des parures corporelles chez les chasseurs-cueilleurs

Le site de Boncuklu Tarla (à environ 125 kilomètres de Mardin, sud-est de l'Anatolie), fouillé pour la première fois en 2012, était occupé par des chasseurs-cueilleurs entre 10 300 et 7 100 av. J.-C., période de transition d'un mode de vie nomade à l'installation d'établissements.

Les archéologues ont décelé à ce jour sur place près de 100 000 artefacts décoratifs de l'ère néolithique ; un "nombre stupéfiant" de colliers, bracelets, pendentifs, décorations complexes cousues sur les vêtements, fabriqués à partir de perles. "Les gens [adoraient] simplement les ornements, plus que dans n'importe quel autre site", explique à CNN la Dr Emma L. Baysal, professeure agrégée d'archéologie à l'université d'Ankara (Turquie) et coauteure de l'étude.

Dans les tombes, son équipe a identifié 85 ornements complets, des anciens piercings, fabriqués à partir de matériaux tels que le silex, le calcaire, le cuivre, l'obsidienne (verre volcanique), les galets de rivière.

Il s'agissait de labrets, se présentant sous différentes formes : arrondies, oblongues ou en forme de disque, variant en diamètre (avec un minimum de 7 mm) et en longueur (avec un maximum de 50 mm). Ils ont ainsi été classés en sept types, qui ont permis aux spécialistes d'estimer s'ils étaient plus destinés à être insérés dans le cartilage de l'oreille ou sur la lèvre.

Dans les sépultures, certains des labrets avaient été délogés de leur position d'origine, peut-être par des rongeurs. Mais ils ont toujours été retrouvés près de la tête et du cou des restes humains. D'autres étaient encore "en position sur la surface supérieure ou inférieure du crâne ou sous la mâchoire inférieure", rapportent les auteurs de l'étude.

L'analyse des squelettes a en outre révélé cette fameuse usure sur les incisives inférieures, cohérente avec des exemples de port d'un tel piercing, car observée dans diverses cultures modernes et anciennes.

 
 

Sépulture 2017/103, squelette et artefacts associés montrés in situ et après nettoyage : a) type 1 et b) type 2, tous deux utilisés dans les oreilles ; c) labret de type 5 porté à travers la lèvre. © Boncuklu Tarla Excavation Archive  Kodaş E, Baysal EL, Özkan K. Bodily boundaries transgressed: corporal alteration through ornamentation in the Pre-Pottery Neolithic at Boncuklu Tarla, Türkiye. Antiquity. Published online 2024:1-20. doi:10.15184/aqy.2024.28

Mieux comprendre le Néolithique avec les premiers piercings

Il était depuis longtemps soupçonné que ces curieux objets du Néolithique tardif étaient autrefois employés comme piercings, en relation avec la bouche ou l'oreille notamment. Mais c'est la première fois que des preuves contextuelles solides permettent de l'affirmer.

Elles constitueraient selon leurs découvreurs les plus anciennes traces de perçage des tissus corporels en Asie du sud-ouest, en une époque où ses habitants commençaient tout juste à s'installer dans les premiers villages, "où [les] modes de vie commençaient de plus en plus à ressembler à ce que nous vivons aujourd'hui"… Et où "les piercings étaient risqués, car ils ne pouvaient probablement pas facilement traiter les infections", ajoute auprès de Newsweek Emma L. Baysal.

Par ailleurs, si des personnes de tous âges ont été enterrées à Boncuklu Tarla, seuls les adultes présentaient ces ornements près de leurs têtes, leurs coups ou leurs poitrines. Cela suggère qu'ils n'étaient pas destinés aux enfants, pourtant eux aussi inhumés avec de nombreuses perles.

Les auteurs de l'étude imaginent ainsi que les piercings faciaux n'étaient pas simplement portés à des fins esthétiques. Ils pourraient avoir eu une signification sociale, en lien avec des rituels de passage à l'âge adulte – des indices de telles pratiques ont déjà été observées pour le Néolithique – un rôle particulier dans le groupe social ou encore, l'expression de l'identité d'une communauté.

Ainsi, pour les archéologues qui travaillent à reconstituer comment les peuples préhistoriques interagissaient les uns par rapport aux autres, les ornementations corporelles constituent "la meilleure source d'information absolue que nous ayons sur les personnes de ces périodes, jusqu'à ce que l'écriture soit inventée [il y a environ 5 000 ans dans la région mésopotamienne, considérée comme le berceau de l'écriture, ndlr] et que les gens s'expriment directement", affirme la spécialiste.

Elle ajoute que ces nouvelles recherches devraient mener à la réinterprétation de centaines d'artefacts de période néolithique, identifiés à travers l'Asie occidentale et l'Europe orientale, qui ont sûrement été classés- à tort - comme autre chose que des labrets préhistoriques.

https://www.geo.fr/

Shares: