jeudi, 22/02/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

02/11/2023 14:04 374
Rating: 0/5 (0 votes)

Des pièces d'argent et de bronze ont été découvertes cachées sous une pierre de la cheminée d'une maison rurale du village de Glencoe, en Ecosse. Ce trésor révèle de nouvelles informations sur le massacre du clan MacDonald en 1692.

 

Les 36 pièces sont importantes pour comprendre un peu plus comment ont vécu les MacDonald et leur chef Alasdair Maclain. Elles ont été cachées avant le massacre de Glencoe, le 13 février 1692, car elles constituaient un trésor mais personne n'est jamais venu les récupérer.

Dans un village des Highlands (Ecosse), Glencoe, une maison atypique, est excavée. En dessous d’une pierre de la cheminée se trouvait un pot contenant 36 pièces d’argent et de bronze très importantes pour les archéologues. Elles apportent de nouvelles informations sur l'histoire du massacre d'un des plus grands clans écossais, celui des MacDonald, le 13 février 1692. Récit.

Le massacre du clan MacDonald, le 13 février 1692

Pour comprendre l'importance de cette découverte, revenons en 1689. "Le roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande Guillaume III d’Orange, intronisé cette année-là, est un ennemi du précédent roi exilé Jacques VII, pour des raisons religieuses, nous raconte Michael Given, chercheur de l'université de Glasgow (Écosse) et superviseur des fouilles archéologiques. Jacques VII, retranché en France, possède encore des sympathisants écossais, notamment dans les Highlands. Mais cédant à la pression, il leur demande de jurer allégeance à Guillaume d’Orange, et ce, avant le 1er janvier 1692. Le chef du clan MacDonald, Alasdair Maclain, tarde à donner sa réponse. Il réside dans un village au nord-est d’Édimbourg, nommé Glencoe. La météo y est particulièrement rude, surtout en hiver."

 
 
Le village de Glencoe dans les Highland Ecossaises est situé au niveau du curseur rouge (via Google Maps)

Alors, lorsque Maclain se décide enfin à se rendre dans un fort pour prêter serment d’allégeance, il se fait retarder par la neige et le mauvais temps. Il se fait également retenir de force pendant 24 heures, ce qui le pousse à accepter l’autorité du roi le 6 janvier 1692, soit six jours en retard. Il n’en faut pas plus pour que les détracteurs du clan le considèrent comme un "traitre à la couronne". Il obtient tout de même gain de cause grâce à des témoins affirmant qu’il voulait jurer fidélité à Guillaume III le 31 décembre 1691, mais qu’il n’avait pas trouvé de personnes suffisamment influentes pour se porter garantes. L’incident prétendument clos, il accueille convenablement en début février un contingent de 120 hommes venus récolter l’impôt.

Cependant, Maclain reste méfiant et demande à ses hommes de conserver à leurs dispositions des armes, les cachant sous les matelas de pailles, derrières des sacs de grains, etc. Il fait également partir les femmes sans mari ni enfant à la maison d’été, grande demeure où se déroulent banquets et autres festivités. Le massacre de 38 membres du clan débute le 13 février 1692, à cinq heures du matin précisément. Les soldats attaquent ceux qui les ont hébergés sous l’ordre du secrétaire général d’Ecosse. Deux autres unités avaient été dépêchées dans les montagnes entourant la vallée afin de bloquer toutes fuites éventuelles.

Mais le mauvais temps fait encore des siennes, bloquant les soldats et permettant aux familles de la vallée de quitter les lieux. Beaucoup de fuyards meurent des conséquences de l’exposition au froid et au blizzard hivernal. Maclain et son épouse sont tués dans l’affrontement, mais leurs deux fils survivent. Ce sont grâce à eux et aux témoignages des rescapés que nous possédons autant de détails sur ce jour funeste.

 
Tableau de Horacio McCulloch (1805-1867), peintre écossais, intitulé Glencoe. Crédits : Glencoe and North Lorn Folk Museum

Une maison atypique remplie de trésors archéologiques

En août 2023, lors de fouilles archéologiques, Lucy Ankers, une élève de l’Université de Glasgow, découvre un pot caché sous une pierre de la cheminée, contenant pas moins de 36 pièces d’argent et de bronze. La maison qu'elle fouille est celle d’Alasdair Maclain, et celle-ci suscite depuis longtemps un grand intérêt chez les archéologues. "Le plus fascinant, c'est que cette maison est atypique ! Elle est située dans la campagne, possède des indices témoignant d’une cavité agricole mais elle a également un magnifique sol pavé, richement décoré, une immense cheminée et on a retrouvé des poteries allemandes ainsi que les fameuses pièces. Ce n’est clairement pas le profil d’une maison rurale de l’époque", nous confie Michael Given.

En août 2023, lors de fouilles archéologiques, Lucy Ankers, une élève de l’Université de Glasgow, découvre un pot caché sous une pierre de la cheminée, contenant pas moins de 36 pièces d’argent et de bronze. La maison qu'elle fouille est celle d’Alasdair Maclain, et celle-ci suscite depuis longtemps un grand intérêt chez les archéologues. "Le plus fascinant, c'est que cette maison est atypique ! Elle est située dans la campagne, possède des indices témoignant d’une cavité agricole mais elle a également un magnifique sol pavé, richement décoré, une immense cheminée et on a retrouvé des poteries allemandes ainsi que les fameuses pièces. Ce n’est clairement pas le profil d’une maison rurale de l’époque", nous confie Michael Given.

"Ces pièces sont très importantes car elles nous en apprennent plus sur la vie quotidienne du clan en 1692", rajoute-t-il.  Par exemple, trois des pièces sont percées en leur centre dans le but de les porter en collier. Il est courant à l’époque d’en faire des talismans, surtout si ces dernières sont frappées de croix.

 
Lucy Ankers, étudiante en archéologie de l'université de Glasgow, a trouvé dans un pot sous une pierre de la cheminée des pièces anciennes. Crédits : Gareth Beale

Des pièces placées sous la cheminée avant le massacre

Ce qui est également très intéressant, c'est la datation : les plus vieilles pièces datent de la fin des années 1500 et les plus récentes de 1680. Cela signifie deux choses : la première, c’est qu’elles devaient certainement représenter des souvenirs de voyages (pour celles provenant de France ou d’Espagne), "car des pièces presque centenaires ne servent pas à payer ses courses !", s’exclame le professeur Given. Or l'on sait que, dans sa jeunesse, Alasdair Maclain a voyagé en Europe, séjournant à Paris ou en Italie et il a dû ramener les pièces dans ses bagages lors de son retour en Ecosse.

La deuxième chose, c'est que ces pièces ont été placées sous la cheminée avant le massacre. "On peut en être sûr car il n’y a aucune pièce datant de 1693 par exemple. Ont-elles été cachées là par leur propriétaire quelques jours avant le jour funeste ou bien était-ce avant ? Ont-elles été les témoins des crimes ayant eu lieu dans la maison ?", se demande le professeur Given dans le communiqué.

"Des études sont actuellement menées pour connaitre la datation exacte des pièces et des poteries retrouvées dans la maison et ainsi pouvoir déterminer la chronologie des évènements et en apprendre un peu plus sur les habitudes de vie de ce clan", conclut Michael Given.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Shares: