vendredi, 17/05/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

15/12/2022 14:48 882
Rating: 0/5 (0 votes)

Des tombes romaines datant d'il y a environ 2.000 ans ont été une nouvelle fois exhumées dans le nord de la bande de Gaza, a annoncé le ministère local des Antiquités.

 
Des tombes romaines exhumées à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 12 décembre. Photo : AFP/VNA/CVN

En début d'année, des ouvriers palestiniens avaient découvert une trentaine de tombes de l'époque romaine à Beit Lahia, sur le site d'un projet de construction financé par l'Égypte dans le cadre des efforts pour reconstruire Gaza.

Dans la foulée de cette découverte, une partie des travaux de construction avaient été interrompus et des recherches s'étaient poursuivies sur place ce qui a favorisé de nouvelles découvertes, a indiqué lundi 12 décembre Fazl al-Atal, le chef local de l'équipe de fouilles.

"Jusqu'à présent 51 tombes romaines datant du premier siècle après JC ont été trouvées", soit une vingtaine de plus qu'en début d'année, a-t-il ajouté. "Nous nous attendons à trouver au total entre 75 et 80 tombes", a souligné M. al-Atal, se félicitant de ces travaux sur ce "premier cimetière romain complet découvert à Gaza".

"Nous sommes dans la phase de documentation, de recherche et de protection du site. Notre but est de connaître (...) la cause des décès", a ajouté M. al-Atal.

 
Chantier de fouilles sur le site d'un cimetière romain à Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 12 décembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Cette nécropole était adjacente à la ville romaine d'Anthédon, sur la route d'Ascalon, qui est aujourd'hui la ville israélienne d'Ashkelon, située à la sortie de l'enclave palestinienne sous blocus israélien.

Le site est "d'une grande importance et est considéré comme une extension du site de l'ancienne ville d'Anthédon, qui était un port de Gaza pendant les périodes grecque et romaine", a souligné le directeur général des Antiquités de la bande de Gaza, Jamal Abou Reda.

En Israël et dans les Territoires palestiniens, l'archéologie est un sujet sensible, de nombreuses découvertes ayant été instrumentalisées pour justifier ou étayer les revendications politiques de chacun des peuples.

Or si Israël dispose d'un arsenal d'archéologues qui rend compte d'un nombre impressionnant de trésors antiques, ce secteur reste largement en friche dans la bande de Gaza, un territoire pauvre où peu de spécialistes sont à pied d'oeuvre.

Outre la nécropole romaine, des mosaïques datant du Ve au VIIe siècle et une statuette en pierre vieille de plus de 4.500 ans, représentant le visage d'une déesse antique, ont néanmoins été découverts au cours de la dernière année à Gaza.

AFP/VNA/CVN

https://lecourrier.vn/

Shares: