mercredi, 12/06/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

30/11/2022 09:21 828
Rating: 0/5 (0 votes)

 

Fossile de Kimberella © Masahiro miyasaka / Wikimedia Commons

Une équipe internationale de scientifiques pense avoir découvert des traces du plus ancien repas du monde, dans un fossile vieux de 550 millions d'années.

Une découverte majeure. Des chercheurs de l'université nationale australienne (ANU) ont analysé d'anciens fossiles de la période édiacarienne, découverts en Russie en 2018. Et d'après les résultats, publiés dans la revue Current Biology, des traces du "plus ancien repas du monde" auraient été découvertes.

Dans un spécimen fossilisé de Kimberella, l'équipe a détecté des molécules de phytostérol conservées dans l'intestin de la créature. Les analyses de ce produit laissent à penser que ces espèces mangeaient des algues et des bactéries du fond de l'océan. Selon le coauteur de l'étude, Jochen Brocks, professeur à l'université nationale australienne, les algues riches en nutriments pourraient avoir contribué à la croissance des Kimberella. "La nourriture riche en énergie peut expliquer pourquoi les organismes du biote d'Ediacara étaient si grands. Presque tous les fossiles qui ont précédé le biote édiacarien étaient unicellulaires et de taille microscopique", a détaillé le professeur, dans un communiqué, relayé par CNN.

Un vrai système de digestion

Les paléontologues à l'origine de ces recherches suggèrent que le Kimberella était probablement l'une des créatures les plus avancées de l'ère édiacarienne avec une bouche et un intestin, favorisant une digestion similaire à celle des animaux modernes. "Ce n'est qu'après avoir analysé les molécules de son intestin que nous avons pu déterminer exactement ce qu'elle mangeait et comment elle digérait les aliments", poursuit Jochen Brocks.

Les fossiles de Kimberella et de Dickinsonia, l'un des premiers animaux de la Terre, ont été collectés sur des falaises près de la mer Blanche dans le nord-ouest de la Russie en 2018, par l'auteur principal de l'étude, le Dr Ilya Bobrovskiy du centre de recherche allemand GFZ. Il a réalisé ces travaux dans le cadre de sa thèse de doctorat à l'ANU. Le chercheur s'est félicité de ces découvertes qui aident les scientifiques à suivre l'évolution des premiers animaux et leur relation avec leurs descendants.

"Nos racines"

Dans ses travaux, le Dr Ilya Bobrovskiy décrit les animaux du biote édiacarien, qui vivaient sur Terre avant "l'explosion cambrienne", comme "l'origine" du monde d'aujourd'hui. Certaines de ces espèces avaient "déjà des propriétés physiologiques similaires à celles des humains et d'autres animaux actuels", a-t-il expliqué dans le communiqué de presse. "Ces créatures sont nos racines visibles les plus profondes."

https://www.geo.fr/

Shares: