dimanche, 14/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

07/04/2022 09:40 235
Rating: 0/5 (0 votes)
Les tombes de ce qui devait être les premiers rois, reines, princes et princesses britanniques de l'époque du mythique roi Arthur ont été révélées par une nouvelle étude. Elle suggère que les tombes royales britanniques datant entre le cinquième et le septième siècle après JC ont été négligées jusqu'à présent, probablement parce qu'elles n'étaient pas élaborées et ne contenaient aucun mobilier funéraire de valeur.


L'étude suggère que les tombes "perdues" de la royauté britannique post-romaine sont les tombes à enclos trouvées sur plusieurs sites funéraires paléochrétiens dans l'ouest de l'Angleterre et du Pays de Galles. (Photo: Ken Murphy/Dyfed Archaeological Trust)

La recherche reconsidère les preuves archéologiques d'une période peu comprise de l'histoire britannique, entre la fin de la domination romaine et les derniers royaumes anglo-saxons; une époque traditionnellement décrite par les légendes du roi Arthur. 

Près de 65 tombes identifiées

La nouvelle étude de Ken Dark, professeur émérite d'archéologie et d'histoire à l'Université de Reading au Royaume-Uni, identifie jusqu'à 65 tombes qui pourraient être celles de rois britanniques post-romains et leurs familles sur environ 20 lieux de sépulture à l'ouest de l'Angleterre et dans le Pays de Galles, ainsi que les comtés anglais modernes de Somerset et de Cornouailles.

Les britanniques ont continué à régner sur ce qui est aujourd'hui l'ouest de l'Angleterre, le Pays de Galles et certaines parties de l'Écosse au cours des siècles qui ont suivi la fin de la domination romaine en Grande-Bretagne au début du Ve siècle; tandis que les envahisseurs anglo-saxons se sont installés à l'est. 

Mais alors que les dirigeants anglo-saxons de l'époque recevaient des inhumations élaborées avec des cadeaux funéraires précieux et ornés, les chrétiens britanniques ont pu considérer cela comme une pratique païenne, a rapporté Dark. Les britanniques semblaient avoir enterré leurs reines et rois sans objets funéraires, dans de simples tombes sans inscriptions, à côté des tombes de chrétiens ordinaires, bien que de nombreuses tombes royales aient été entourées d'un fossé rectangulaire et probablement encadrées d'une clôture qui a depuis disparu.

Dark, qui est maintenant à l'Université de Navarre en Espagne, est l'auteur de l'étude publiée ce mois-ci dans le Journal de la Royal Society of Antiquaries of Ireland: "Les tombes royales sont très standardisées", dit-il, "Elles ont des variations, tout comme les tombes ordinaires, certaines sont plus grandes, d'autres plus petites, certaines n'ont qu'une seule tombe au centre tandis que d'autres en ont deux ou trois." 

 La Grande-Bretagne post-romaine 

La domination romaine en Grande-Bretagne a duré de l'an 43, à la suite d'une invasion romaine sous l'empereur Claudius, jusqu'à environ l'an 410, lorsque les dernières troupes romaines ont été rappelées en Gaule (la France moderne) au milieu de rébellions internes dans l'Empire romain et d'invasions par des tribus germaniques. Le général romain Jules César avait envahi le sud de la Grande-Bretagne en 55 avant J.-C. et 54 avant J.-C., mais il n'avait pas établi de domination permanente.

Entre le cinquième et le septième siècle, les chrétiens britanniques ont gouverné ce qui est aujourd'hui l'ouest de l'Angleterre et du Pays de Galles; c'était un patchwork de petits royaumes qui essayaient de perpétuer les traditions romaines chrétiennes. À la même époque, des tribus païennes germaniques, les Angles, les Saxons et les Jutes, originaires du nord de l'Europe, se sont installées dans les parties orientales du pays. 

Les légendes du roi Arthur, qui était censé être britannique et chrétien, se déroulent à cette époque, bien que la plupart des historiens pensent qu'Arthur n'a pas réellement existé. 

Dark, cependant, estime qu'une personne réelle ou un héros fictif de ce nom était célèbre dès le VIe siècle, car ses études précédentes suggèrent qu'il y a eu un pic soudain dans l'utilisation du nom "Arthur" parmi les Britanniques et les Irlandais. 

Dark a commencé son étude pour résoudre un ancien mystère archéologique: alors que de nombreux rois britanniques étaient connus pour avoir vécu pendant cette période, aucune de leurs tombes n'avait jamais été retrouvée. 

Jusqu'à cette étude, l'inhumation d'un seul roi britannique de cette époque était connu après avoir été découvert dans le nord-ouest du Pays de Galles ; une inscription sur une pierre tombale nomme la personne enterrée comme Catamanus (Cadfan en gallois) et déclare qu'il était un roi (rex en latin.). Mais Cadfan a peut-être pris sa retraite de la royauté pour devenir moine avant sa mort, et la formulation de l'inscription implique que sa tombe était commémorée en raison de son statut de moine, a supposé Dark. 

Pendant ce temps, les tombes d'au moins neuf dirigeants anglo-saxons de l'époque ont été découvertes, dont une à Sutton Hoo, le fameux navire-tombe, près de la côte est de l'Angleterre.

Des tombes royales oubliées

Pour aller au fond du mystère, Dark a passé en revue les travaux archéologiques précédemment effectués sur des milliers de sites funéraires de cette période dans l'ouest de la Grande-Bretagne et de l'Irlande. Son étude suggère que les tombes royales britanniques ont été placées dans des cimetières paléochrétiens ; et bien qu'elles aient été désignées comme celles de personnes de haut rang, elles semblent très humbles par rapport aux tombes païennes ornées et aucune n'a de pierres avec des inscriptions indiquant qui y a été enterré.

Les enceintes extérieures varient en taille et certaines contiennent jusqu'à quatre tombes, mais elles mesurent généralement environ 4 à 9 mètres de diamètre et jusqu'à 9 m de long. "Nous avons un tas d'inhumations qui sont toutes les mêmes, et une infime minorité sont marquées comme ayant un statut plus élevé que les autres", a ajouté Dark, "Quand il n'y a pas d'autres candidats possibles, cela me semble être un assez bon argument pour qu'il s'agisse de tombes royales perdues".

Sur un site à Tintagel, une péninsule fortifiée sur la côte de Cornouailles qui a longtemps été associée à la royauté britannique post-romaine et aux légendes du roi Arthur, ce que l'on pense être cinq tombes royales britanniques dans un cimetière paléochrétien prennent une autre dimension (voir à ce sujet l'article: "Des vestiges royaux découverts à Tintagel, lieu de naissance du Roi Arthur selon la légende"). 

 

Des tombes supposées appartenir à des rois britanniques, recouvertes de monticules de terre, ont également été découvertes à Tintagel sur la côte de Cornouailles - un site longtemps associé à la royauté britannique, et en particulier à certaines légendes du roi Arthur. (Crédit image: David Slauson)

 Chaque tombe était recouvert d'un monticule de terre, peut-être parce que les tombes royales irlandaises sont également couvertes de monticules appelés "ferta". Les Britanniques post-romains avaient des liens étroits avec l'Irlande celtique ; les anciens Irlandais et Britanniques étaient tous deux d'origine celtique et avaient des langues similaires.

Mais le schéma consistant à placer les tombes royales au centre d'une enceinte, généralement rectangulaire, parfois circulaire, semble être un style funéraire développé par les chrétiens à la fin de la Grande-Bretagne romaine. 

"La tradition des tombes fermées vient tout droit des pratiques funéraires romaines tardives. Et c'est une bonne raison pour laquelle nous les avons en Grande-Bretagne, mais pas en Irlande; parce que la Grande-Bretagne faisait partie de l'empire romain, et l'Irlande n'en faisait pas partie", explique Dark.

Bien que des études antérieures aient noté que les tombes fermées étaient censées détenir des personnes d'un statut social élevé, plutôt que des membres d'une famille royale; et que les archéologues s'attendaient à ce que les sépultures royales soient recouvertes de monticules de terre ou marquées d'inscriptions sur la pierre, Dark suggère "que cette pratique funéraire était spécifiquement royale."

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: