dimanche, 07/08/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

24/08/2021 17:45 367
Rating: 0/5 (0 votes)
Des archéologues travaillant dans le village de Konthagai, dans le sud de l'Inde, ont trouvé un poignard en fer rouillé conservé dans une urne funéraire à côté de restes squelettiques.

La découverte fait partie de fouilles importantes dans l'État du Tamil Nadu qui cherchent à faire la lumière sur l'ancienne civilisation Keeladi. 

 

Le manche en bois bien conservé de ce poignard en fer peut aider les chercheurs à dater les artéfacts trouvés à Konthagai. (Photo: Département d'archéologie du Tamil Nadu)

Bien que la lame en acier de 40 centimètres du poignard était rouillée et cassée en deux, une partie de son manche en bois est restée intacte. 

R. Sivanandam, directeur du département d'archéologie du Tamil Nadu, raconte que ce type d'arme était utilisé par les guerriers pendant la période Sangam, qui s'étendait à peu près du IIIe siècle avant notre ère jusqu'au IIIe siècle de notre ère. 

La préservation inhabituelle du bois peut permettre aux chercheurs de dater avec précision les artéfacts trouvés sur le site. Sivanandam rapporte qu'un laboratoire aux États-Unis tentera de dater le manche du poignard.

Depuis le début de la saison des fouilles en février dernier, les archéologues de Konthagai ont découvert 25 urnes funéraires. Certaines étaient remplies d'ossements, d'armes et d'autres objets. 

Des scientifiques de l'Université Madurai Kamaraj au Tamil Nadu effectuent des tests ADN sur les restes humains. 

 

Les chercheurs pensent que Konthagai était un lieu de sépulture pour la civilisation Keeladi. 

Des équipes fouillent également d'anciens sites de Keeladi dans les villages d'Agaram, Manulur et Keeladi, le lieu qui a donné son nom à la civilisation.

Selon le département d'archéologie du Tamil Nadu, la datation au carbone d'artéfacts datait de 580 avant notre ère. Les fouilles ont livré un grand nombre de squelettes de vaches, de bœufs, de buffles et de chèvres, suggérant une activité agricole de l'ancien peuple Keeladi. 

Les archéologues ont également trouvé des structures avec des sols en argile, des murs de briques, et des trous de poteaux qui ont pu contenir des poteaux en bois utilisés pour soutenir les toits. 

 

La civilisation Keeladi pourrait être liée à la célèbre civilisation de la vallée de l'Indus, ou Harappan. (Photo: Département d'archéologie du Tamil Nadu)

Les artéfacts récupérés sur le site montrent que les membres de la civilisation jouaient à des jeux de société et inscrivaient des lettres sur des poteries en utilisant l'écriture tamoul-brahmi. 

De nombreuses découvertes faites dans la région datent d'environ 500 av. JC, quand un surplus agricole a permis aux gens de construire des centres urbains dans ce qu'on appelle la « deuxième urbanisation » du sous-continent. Le nom reflète un contraste avec la "première urbanisation" beaucoup plus ancienne de la civilisation harappéenne, ou vallée de l'Indus, qui a commencé vers 2500 avant notre ère.

Alors que les chercheurs pensaient auparavant que la deuxième urbanisation s'est produite principalement le long de la plaine centrale du Gange dans le nord de l'Inde, les nouvelles preuves suggèrent qu'un phénomène similaire s'est également produit dans le sud. 

Des descendants de la civilisation Harappéenne ?

Sivanandam estime que les découvertes sur les sites de Keeladi montrent des preuves d'anciens sites de production industrielle. Les archéologues ont trouvé des outils de filature et de tissage, des ateliers de teinture de tissus, des fours à briques et des ateliers de céramique.

En 2019, M.C. Rajan du Hindustan Times a rapporté que des découvertes à Keeladi suggèrent que la communauté qui y vivait, également appelée civilisation Vaigai d'après une rivière voisine, pourrait être descendue de la civilisation harappéenne. Au fur et à mesure qu'elle déclinait, ses habitants ont peut-être voyagé vers le sud pour commencer une nouvelle vie.

Les résultats offrent également des preuves matérielles sur la période Sangam, qui est principalement connue pour sa littérature tamoule. Sur la base des preuves archéologiques, certains chercheurs disent maintenant que la période Sangam a commencé plus tôt qu'on ne le pensait, vers 600 avant notre ère. 

T. Udayachandran, secrétaire du département archéologique de l'État, a déclaré que la civilisation était « une culture urbaine indigène, bien développée et autonome, avec une industrie et un scénario, indiquant que les gens de cette époque étaient très alphabétisés ».


http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: