mardi, 06/12/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

21/05/2021 09:31 498
Rating: 0/5 (0 votes)
La découverte d'anciennes fosses de kumara (patate douce) juste au nord de Dunedin, datant du 15ème siècle, a mis en lumière la façon dont les preuves scientifiques peuvent compléter les mātauranga (connaissances) Maori. Cela concerne la manière et le lieu de stockage des taonga (trésors) il y a des centaines d'années.

 

L'équipe a travaillé dur pendant les fouilles de 2001. Photo: Université d'Otago

Une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique PLOS ONE rapporte que les premiers Polynésiens stockaient autrefois des patates douces à l'intérieur de fosses creusées dans des dunes de sable à Purākaunui, dans l'est de l'Otago, à moins de 30 km au nord de Dunedin.Les fosses ont été découvertes pour la première fois en 2001 et se trouvent à plus de 200 km au sud de la limite actuellement acceptée, dans l'île du Sud, de stockage de kumara maori dans un climat plus frais. 

 Ces fosses, appelées rua kumara, sont de forme rectangulaires semi-souterraines et utilisées pour le stockage saisonnier, pendant la période fraiche, de racines de kumara.

La recherche sur leur âge, leur contenu et leur contexte a été menée par le professeur agrégé Ian Barber du programme d'archéologie de l'Université d'Otago avect la contribution de l'expert en radiocarbone et co-auteur, le professeur Tom Higham de l'Université d'Oxford.

Dans cette étude historique, la modélisation statistique a daté les fosses de Purākaunui par radiocarbone entre 1430 et 1460 de l'ère commune à 95% de probabilité. Cela en fait l'une des datations au carbone les plus précises à avoir eu lieu en Nouvelle-Zélande grâce à une technologie de pointe.

Les chercheurs pensent que ce sont des patates douces qui y ont été stockées en raison de la découverte de granules d'amidon microscopiques ayant des caractéristiques spécifiques de cette plante.

 

Un gros plan d'une section de la fosse principale. La jonction près des coquillages au centre (à droite de l'incrément de ruban de 550 mm) a été datée au radiocarbone et donne la période 1430-1460 de l'ère commune.

 Cette découverte de kumara la plus au sud de la Polynésie, ajoute un poids incroyable à l'histoire et à la tradition orale maorie locale qui était considérée comme énigmatique sinon négligée par les archéologues. 

Un certain nombre de ces traditions font référence à la perte ou à l'échec du kumara du sud, mais certaines font référence à des souvenirs de kumara, des atua (divinités), des magasins et des cultures notamment du promontoire nord de la péninsule d'Otago Huriawa et à moins de 30 km au nord de Purākaunui. 

L'ancienne rua kumara découverte le long du même littoral représente un lien intéressant entre ces traditions et l'archéologie.

La présidente de Purākaunui Block Incorporation, Nicola Taylor, a déclaré qu'il y avait une grande excitation autour de cette recherche: «Cela confirme pour nous à Purākaunui l'importance de notre très longue histoire et de notre lien avec la terre», dit-elle, «Ces découvertes renforcent notre très longue association avec la terre et contribuent à notre propre compilation d'histoires conçues pour être transmises aux générations futures.»

Selon Barber, l'étude met en évidence le lien important entre les te ao maoris (vision du monde maori) et les pratiques archéologiques traditionnelles: «Nous espérons avoir modelé le respect autant que la science dans l'engagement du savoir et de l'archéologie maoris».  Il dit que certaines questions subsistent quant à savoir si les racines de kumara stockées ont été importées de localités plus chaudes du nord ou récoltées localement dans une production microclimatique: «Cependant, le sol archéologique sombre et sableux de Purākaunui suggère qu'il a peut-être été utilisé pour des cultures anciennes.» 

Dans les deux cas, cette découverte représente la plus ancienne rua kumara datée de manière sûre à Aotearoa. Il rejoint un petit nombre d’exemples de kumara américains en Polynésie datés d'avant les navigations de l’explorateur Christophe Colomb. Il dit que cette chronologie fine identifie et place également le stockage de la rua kumara à peu près au moment de l'extinction du moa, peut-être pour atténuer la perte de cette précieuse source de nourriture.

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

MNHV

Shares: