lundi, 28/11/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

12/05/2021 15:50 532
Rating: 0/5 (0 votes)
Une collaboration entre des chercheurs du Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana (CENIEH) et de l'Human Evolution Research Center (HERC) de l'Université de Californie à Berkeley, a abouti à la publication d'une étude dans le Journal of Archaeological Method and Theory.

 

Fouilles dans les grottes d'Amalda (Amalda III). Photo: Joseba Rios Garaizar

 Les chercheurs ont passé en revue les méthodes traditionnelles mais aussi d'autres plus innovantes pour identifier les concentrations horizontales inhabituelles de matériaux archéologiques sur les sites paléolithiques, en vérifiant les données aussi bien pour les grottes que pour les sites en plein air.

En plus de passer en revue les méthodes existantes, avec leurs avantages et leurs limites, cette étude a également mené une identification d'accumulations importantes sur des sites spécifiques, qui pourraient nous renseigner sur les usages distincts faits de l'espace par les groupes humains, ainsi que sur les processus de formation des sites. 

Ce travail permet de mieux comprendre le fonctionnement d'un site et son agencement interne, en vue d'élucider les modèles de peuplement et l'organisation économique et sociale des sociétés paléolithiques. 

Ce type d'investigation utilisant des techniques d'analyse spatiale est en cours depuis quelques décennies à travers différentes méthodes, mais il connaît un nouveau souffle récemment grâce à la combinaison des méthodes d'environnement SIG (Systèmes d'Information Géographique) et des tests de statistiques spatiales, qui sélectionnent les ensembles importants de matériaux archéopaléontologiques. 

«Nous avons commencé à appliquer ce type de test aux sites paléolithiques du laboratoire de cartographie numérique et d'analyse 3D du CENIEH en 2016, et depuis lors, ils sont largement utilisés sur des sites du monde entier», rapporte le géologue Alfonso Benito Calvo, l'un des co-auteurs de l'étude.

Ce travail est dirigé par Laura Sánchez-Romero, chercheuse postdoctorale au HERC, dont la thèse de doctorat propose une méthodologie unifiée d'analyse spatiale des sites paléolithiques, indépendamment de leur contexte, de l'origine des données, de la chronologie ou de la méthode de fouille. 


http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: