jeudi, 23/05/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

01/03/2024 10:55 620
Rating: 0/5 (0 votes)

Une nouvelle technique naturelle pour nettoyer et préserver les papyrus égyptiens anciens inestimables a été découverte par des chercheurs. Elle utilise le wasabi pour lutter contre la menace de dommages fongiques sur ces précieux documents historiques.

 

Le Livre des Morts de Hounefer, feuillet 3

L'étude, dirigée par Hanadi Saada et son équipe, a étudié l'efficacité des vapeurs de wasabi pour éliminer la croissance microbienne qui détériore les objets en papyrus, qui ont une importance historique et culturelle, en particulier dans l'Égypte ancienne.

Les techniques utilisées jusqu'à présent pour nettoyer et assainir les papyri présentaient certaines difficultés. 

Des produits chimiques ont été utilisés qui, tout en éliminant efficacement les microbes, ont parfois endommagé la fibre du papyrus ou altéré les pigments des illustrations. 

D’autres méthodes physiques, comme les rayons ultraviolets ou la chaleur, ne permettent pas toujours d’éliminer complètement les agents biologiques sans provoquer de dommages collatéraux. C'est là que le wasabi entre en jeu.

L’équipe du Grand Musée égyptien a imaginé une solution « verte » qui vise à protéger ces textes anciens sans mettre en péril leur intégrité, en générant des vapeurs de pâte de wasabi.

Les scientifiques ont simulé une contamination microbiologique sur des échantillons de papyrus avec différents pigments, dont le rouge, le jaune et le bleu.

Dans cette expérience, un traitement aux vapeurs de wasabi pendant 72 heures a éradiqué la croissance microbienne dans les échantillons de papyrus peints et non peints avec une efficacité d'inhibition de 100 %. 

Notamment, le traitement a amélioré la résistance à la traction des papyrus de 26 % sans provoquer de changement notable dans la couleur ou la morphologie de la surface des artéfacts. De plus, les analyses IRTF (Spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier) et EDX (microscopie électronique à balayage) ont indiqué des changements chimiques négligeables, soulignant la nature non invasive du traitement.
En plus d’offrir une option plus sûre et plus respectueuse de l’environnement pour préserver les papyrus archéologiques, cette technique de pointe garantit la longévité de ces reliques sans sacrifier leur intégrité. 

Les résultats de l'étude soulignent un changement radical en faveur de techniques de conservation respectueuses de l'environnement et soulignent l'importance des méthodes durables pour la préservation du patrimoine culturel et de l'archéologie.
Cela pourrait avoir un impact sur les méthodes de préservation d’une variété de matériaux archéologiques organiques, allant au-delà de la conservation des papyrus. 

La communauté archéologique suit de près ces recherches dans l’espoir que cette solution ouvrira la voie à une nouvelle ère pour la préservation du patrimoine culturel mondial.


https://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: