jeudi, 29/09/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 11:23 1130
Rating: 0/5 (0 votes)
Le 17 Janvier 2008, au Comité Populaire de la commune de Minh Khai (Tu Liêm, Hanoi), le Musée National d’Histoire Vietnamienne, en coordination avec le Service de Culture et d’Information de Hanoi et le Bureau de Gestion du Millénaire de Thang Long – Hanoi, a organisé la Réunion de rapport préliminaire des résultats d’exploration et de fouille du site du temple de Dông Cô (hameau de Nguyên Xa, commune de Minh Khai, huyên de Tu Liêm, Hanoi). La série de recherches est commencée depuis la fin d’octobre 2007, dans le programme de recherche archéologique sur le territoire de la ville de Hanoi, pour commémorer le Millénaire de Thang long – Hanoi.

Le tambour de bronze est un vestige spécial, lié à la vie spirituelle des Vietnamiens antiques, et le culte du génie de Dông Cô (g«(nie du tambour de bronze) est devenu une religion populaire. Actuellement nous connaissons jusqu’à trois sites de culte du génie de Dông Cô, dont le temple de Dông Cô au hameau de Nguyên Xa, commune de Minh khai, huyên de Tu liêm, ville de Hanoi. Les notes des annales, des décrets, des tables généalogiques et les légendes populaires nous apprennent que le génie de Dông cô est très miraculeux, est apparu en rêve aux rois Ly en guerre avec le Cha«’pa, avec la révolte de Tam Vuong et les a aidés à gagner la guerre. Il fut baptisé génie, on construit des temples pour célébrer son culte, avec la cérémonie de Minh Thê (cérémonie du serment).

A travers une longue existence, il est difficile de se figurer la physionomie du temple ainsi que les annales et la tradition populaire l’ont noté. Les 9 fossés de fouille, avec une superficie totale de 150m2 sont concentrés essentiellement dans la colline de terre derrière le temple (au nord). Les fossés, d’une profondeur de 1m à 1,8m, ont mis à découvert des couches architecturales et culturelles, des tombeaux de la période Dông son – Han, du temps des Trân et des Lê…qui ont aidé à éclaicir certains problèmes, alors que d’autres sont restés des hypothèses de travail.

La disposition des couches ainsi que le système des vestiges trouvés dans les fossés de fouille prouve que le site est situé sur un terrain à longue histoire. La haute position (mamelons et collines) et la proximité des courants d’eau (la rivière Nhuê et ses affluents) font que cette région est devenue très tôt une plate-forme de résidence humaine.

Les contenus historiques notés dans les annales et la tradition populaire apparaissent nettement dans les fossés. En particulier, on a trouvé des céramiques des Ly et des vestiges architecturaux des Trân. Quoique ce ne fut que des vestiges reflétant la vie quotidienne et des amas de rebuts, et non des fondations des constructions, car la fouille était limitée par les constructions actuelles, les fossés ont prouvé la présence des constructions des Trân sur ce lieu. Sont-ce des vestiges de l’ancien temple, rapportés par le Viêt diên U Linh et le Dai viêt Su Ky Toan Thu, c’est ce qu’il faut éclaircir.

Pour le temps des Lê (17 – 18e siècles), les fossés de fouille découvrent d’une manière assez concentrée des matériaux de construction, surtout des débris de tuiles, montrant l’existence du temple. En particulier, on a trouvé des fours de cuisson des matériaux servant à la construction du temple. Il a montré en quelque sorte l’envergure de la construction. Pourtant, ce ne sont que des matériaux, et non des fondations de la construction.

Au temps des Nguyên, le temple est reconnu plus nettement avec des vestiges de fondations de l’est et de l’ouest, qui sont ce qui reste du temple jusqu’en 1952, date à laquelle il fut transféré à l’emplacement actuel.

Parmi les vestiges découverts pendant ces recherches, en dehors de la valeur de recherche et d’exposition de la collection des objets, nous voulons attirer l’attention sur les tombeaux de terre (période de Dông Son – Han), les tombeaux de jarre (des Trân), les tombeaux de vase (des Lê)… surtout les vestiges de four de matériau du temps des Lê (17 – 18e siècles) qui sont relativement intacts. C’est un four de cuisson des matériaux à structure assez spéciale, rarement trouvée. Le four sera transféré au dépôt temporaire du Musée de Hanoi, qui dispose des moyens de conservation et de restauration pour servir l’exposition.

Sur la base des recherches et des fouilles archéologiques au site du temple de Dông Cô, la réunion apprécie hautement les résultats de recherche et de fouille qui ont permis de déterminer d’une mani«(re préliminaire l’espace de répartition du site, de là déterminer le caractère et la date des couches architecturales/culturelles, la durée d’existence ainsi que les problèmes relatifs au culte du génie de Dông Cô, contribuant à la conservation et valorisation historique – culturelle du site. La réunion a aussi proposé aux services fonctionnels la délimitation de l’espace de protection du site devant le processus d’urbanisation et d’empiètement du terrain par la population, ainsi que les mesures de protection du site et du jardin de manguiers séculaires derrière le temple, très précieux, que ne peut avoir n’importe quel site.

Đoàn- Chiến

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: