dimanche, 02/10/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 10:09 1163
Rating: 0/5 (0 votes)
La Loi sur les patrimoines culturels encourage les collectionneurs à enregistrer leurs objets antiques, ce qui inquiète pas mal de gens qui pensent que leur droit de propriété est lésé. C’est une compréhension déficiente de la Loi, alors que l’état a reconnu le droit de propriété des privés sur leurs objets antiques, déjà exposé dans les articles antérieurs de la Loi.

Des collectionneurs se sont demandé, et demandé aux autres, ce qu’ils obtiendront après l’enregistrement. Ils obtiendront beaucoup, mais ce n’est pas visible.

- La loi reconnait le caractère légal de la collection que vous possédez, surtout dans la conjoncture actuelle où nous sommes en train d’édifier un état de droit, où nous nous engageons dans l’ouverture et l’intégration, où nous sommes devenus membre de WTO.

- La Science reconnait que votre collection a un dossier d’identité. C’est une chose extrêmement importante, faisant augmenter plusieurs fois la valeur de la collection. Pas mal de collectionneurs du monde ont dépensé des tas d’argent pour payer des spécialistes pour qu’ils certifient un ou deux critères seulement, l’âge et l’origine, et c’est seulement après que les compagnies d’assurance acceptent d’assurer la collection à sa valeur. Une identité nette, avec des informations détaillées a permis à un objet antique d’apparence ordinaire d’être acheté au prix de 2,8 millions de dollars, quand l’acheteur a en main le dossier sur l’objet certifiant que l’empereur Can Long (Chine) l’a contemplé trois fois en son temps. L’enregistrement, avec certificat de l’organisation ou de l’individu ayant une autorité dans le cercle scientifique, fait augmenter la valeur de la collection. C’est pourquoi, pas mal de collectionneurs sollicitent une signature sur leurs objets antiques par un contrat ayant une valeur qui vaut un héritage. Au Vietnam, il est plus nécessaire que jamais d’éclaicir l’identité de chaque objet antique, de chaque collection car, à ma connaissance, presque tous ne sont pas des objets d’héritage.

- Du vivant de l’empereur Bao Dai, il a intenté un procès contre une compagnie française d’enchères pour avoir vendu des objets antiques de la cour des Nguyen. Le procès traîne en longueur, mais il manque des preuves légales, quoique le Ministère de la Culture ait aidé de tout son possible. Si les objets antiques concernés avaient des dossiers certifiant leur appartenance à la cour des Nguyen, l’empereur Bao Dai aurait gagné son procès, car ce sont bien des objets d’usage de la cour des Nguyen, qui, par une raison quelconque, se sont égarés en France. On ne peut pas prédire les malchances qui arrivent à chaque objet antique.

- L’enregistrement des objets antiques permet de distinguer des objets précieux de l‘état des objets antiques ordinaires… En Chine, Corée, Japon…, objets antiques et objets précieux de l’état sont deux classes absolument différentes. Ils bénéficient de la protection de l’état, qui a une attitude tout à fait différente d’avec les objets antiques ordinaires. En France, les objets précieux de l’état bénéficient annuellement de subventions d’entretien. Au Vietnam, il faut aussi classifier les objets antiques, et je suis sûr que peu de gens ont conscience de la valeur des objeys antiques en leur possession. Il est possible de prendre du bois moisi pour de l’encens, surtout quand les critères ne sont pas éclaircis par des discussions.

L’enregistrement des objets antiques a des avantages qu’on croit invisibles, immatériaux, mais ce sont là des valeurs matérielles dans l’avenir si les collectionneurs savent s’en occuper dès maintenant.

Pham Quoc Quan

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: