jeudi, 22/02/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

29/09/2023 22:22 637
Rating: 0/5 (0 votes)

1. Située au pied de la montagne Dong Thoc, dans la zone de Ngu Dai Son(quartier Hoang Tien, ville de Chi Linh, province de Hai Duong), la pagode Ngu Dai-Kim Quang est une vestige pitorresque très connue. Selon l’histoire des vestiges, cette pagode a été construite sous le règne du roi Tran Minh Tong, en 1320 et restaurée sous les dynasties des Le et des Nguyen.Au fil du temps et avec de nombreux bouleversements historiques, cette pagode a été gravement endommagée. En 2003, le peuple et les bienfaiteurs ont contribué à la reconstruction de la pagode en forme de la caractère Dinh (T), comprenant cinq travées principales et deux sérails, et des deux salles de culte consacrés aux Déesses- Mères Lieu Hanh, Mau Thoai (celle des Eaux), Mau Thuong Ngan (celle des Forêts et Montagnes), etc.

En arrivant à Ngu Dai, nous pouvons encore imaginer l’espace et les paysages de la pagode de ses débuts. Cette pagode était construite dans un creux de montagne, entourée de montagnes sur les quatre côtés. En face, au sud-ouest se trouve la chaîne de montagnes Ba Doi considérée comme un paravent reposé sur la montagne Dong Thoc, en dessus se trouvent le mont Bat Huong et plus loin se trouve la Porte du Ciel (Cong Troi). Les deux côtés de la pagode, se trouvent les deux chaînes de montagnes qui s’étendent pour former un trône, à droite de la pagode se trouve la chaîne Hang Khanh/Chach, à gauche se trouve la ravine Hang Man/Mau. Avec cette disposition, la pagode Ngu Dai occupe une position centrale de la zone bouddhiste, très appropriée et similaire à l'espace des pagodes et des tours bouddhistes Truc Lam dans le Nord-Est aujourd’hui.

La plate-forme architecturale de la pagode Ngu Dai à l’époque des Le Trung Hung (aux XVIIe-XVIIIe siècles).

Selon la légende, dans l’ancienne zone de Ngu Dai Son, on se trouvait de grandes et petites pagodes sacrées, avec des centaines de travées répartissant du pied au sommet des montagnes Dong Thoc, Cong Troi, etc, tels que les pagodes de Ham Long, Bat Huong, Hang Pheo, etc. En plus, un parc de pierre “Cong vien đa” se trouve sous diverses formes d’animaux comme le Lapin, la Tortue, le Crapaud ou les pieds de Bouddha, La porte du Ciel, le Puits du Ciel, le Fiole à alcool, etc, cela fait l’espace de Ngu Dai Son le lieu le plus sacré de Chi Linh, Hai Duong. Avec les grandes valeurs du paysage, de l’histoire, et de la culture de l’espace de la pagode Ngu Dai et de la zone de Ngu Dai Son, les dirigeants et les habitants de la province de Hai Duong en général et de la ville de Chi Linh en particulier ont des orientations dans la préservation et la promotion de la valeur des vestiges. Et pour avoir des données scientifiques plus spécifiques et complètes pour servir efficacement les travaux d’aménagement, de préservation, d’embellisement et de valorisation de l’espace des vestiges de la pagode Ngu Dai et de la zone Ngu Dai Son. Demi-août 2019 à fin juin 2020, le Service de la Culture, des Sports et du Tourisme de la province de Hai Duong et le Musée National d’Histoire du Vietnam (MNHV) se sont coordonnés pour mener des enquêtes, explorations et fouilles dans la zone des vestiges de la pagode Ngu Dai. Avec une superficie de plus de 1200 mètres carrés explorées et fouillées, les archéologues ont découvert 4 couches architecturales superposées, appartenant à 4 phases de construction, de restauration et de changement du vestige, de ce fait, déterminant la surface, la structure et l’échelle de la pogode Ngu Dai à travers les périodes historique, à partir du 14ème siècle (à la dynastie des Tran) au début du 20ème siècle (à la dynastie des Nguyen). Les résultats de fouilles ont également livré un grand nombre des reliques, y compris des matériaux architecturaux, des objets de culte, des objets de la vie quotidienne, contribuant à l’étude et à la datation des vestiges à travers des périodes historiques.

Les résultats de fouilles ont montré que sous la dynastie des Tran, la pagode Ngu Dai était construite au pied de la montagne de Dong Thoc, composée de deux structures rectangulaires espacées par une cour de 16m de large, et sa façade se portait vers le sud-ouest. La première structure architecturale était située juste derrière la pagode actuelle, elle avait une plate-forme rectangulaire, d’environ 21m de long et 7m de large. La deuxième structure était située à l’arrière, juste au pied de la montagne Dong Thoc et avait une plate-forme rectangulaire, de 24m de long et de 10m de large.

Selon l’histoire des vestiges et les légendes populaires, la pagode Ngu Dai est l’une des pagodes appartenant à la secte bouddhiste zen Truc Lam et avait une relation étroite avec le système de pagodes de Yen Tu, Quynh Lam, Ngoa Van (province de Quang Ninh) et avec celui de Thanh Mai, Con Son (province de Hai Duong) et celui de Vinh Nghiem, Yen Ma, Am Vai, Kham Lạng, etc (province de Bac Giang), ces trois systèmes créant une “triangle bouddhiste Truc Lam Yen Tu” briamment développée. Ce sont des informations majeures, qui facilitent le processus d’apprentissage et de recherche sur l’espace de répartition du système des vestiges de pagodes et de tours bouddhistes Truc Tam Yen Tu ainsi que sur les questions de sécurité et défence du pays de Dai Viet sous la dynastie Tran.

Sous la dynastie des Le, au début du XVIIe siècle, les résultats de fouilles ont montré que la pagode Ngu Dai a continué à recevoir l’attention et des investissements à grande échelle de la cour royale, des mandarins au cours de la période des Le-Trinh. Pendant cette période, on avait conçue, restaurée et nouvellement construite cette pagode à l'emplacement de la pagode de la dynastie Tran. La plate-forme de la pagode suit le style Noi Cong ngoai Quoc, dans lequel, le premier sanctuaire (Tam Bao) comprend Tien Duong, 21 m de long, 7 m de large, se composant de 5 travées, 2 appentis et 4 rangées de colonnes; Thuong Đien mesure 10,75m de long, 6,7m de large, comprenant une travée, 2 appentis et 4 rangées de colonnes; Thieu Huong mesure 5,5 m de long, 4,5 m de large, comprenant 3 travées et 4 rangées de colonnes. Derrière le sanctuaire Tam Bao, se trouve l’architecture de Hau Duong, de 21m de long et 6,5m de large, comprenant 7 travées, 2 appentis, et 4 rangées de colonnes. De Tien Duong à Hau Duong sont reliés par deux couloirs à deux côtés (13m de long, près de 3,0m de large et deux rangées de colonnes). Autour de la zone centrale, trouve de nombreuses autres unités architecturales comme la maison destinée aux moines, la maison destinée aux invités, la cuisine, des tours funéraires, etc.

La stèle sur la réparation et la restauration de Ngu Dai Son est actuellement conservée à la pagode, cette stèle était gravée sous le règne du roi Le Kinh Tong, à l’année de Nham Ty, à 13 ème année du règne de Hoang Dinh (1612). Son contenu a montré que au début du 17è siècle, Thuong Dien était restauré, Tien Duong était élargi, les statues du bouddha étaient colorées et dorés. Avec la nouvelle envergure et apparence de la pagode, à cette époque, dans l’esprit des habitants, la pagode Ngu Dai était devenue la plus grande pagode restaurée à cette époque. Le dicton “le premier est Ngu Dai, le deuxième est Yen Tu” popularisé par le peuple vient peut-être aussi de la magnificence et de la splendeur de la pagode Ngu Dai après cette restauration.

À l’époque des Nguyen, avec de nombreux bouleversements historiques, les conditions économiques devenaient de plus en plus difficiles, de sorte que les investissements dans la construction et la restauration de la pagode ont considérablement diminué. Bien qu'à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle, cette pagode a également été réparée, rénovée et élargi l’espace de culte derrière Hau Duong, mais de nombreuses structures ont été démolies, par exemple l’espace résidentiel des moines, les deux couloirs. L’architecture de cette pagode fut progressivement endommagée, et de la fin du 19e siècle au début du 20e siècle, il reste des travées destinés aux invités au pied de la montagne, utilisées comme lieu de culte. Et plus tard, en raison de fortes pluies et de l’humidité tout le long l’année, le peuple s’est déplacé vers un autre endroit plus haut pour construire une autre architecture à plus petite échelle (en 1936) comme l’emplacement actuel.

2. Selon les documents historiques, les légendes populaires, les résultats de recherche et de fouilles archéologiques, on a clairement déterminé l’emplacement, l’échelle, la structure, les caractéristiques architecturales, la chronologie, la restauration, l’embellissement et la transformation des vestiges de la pagode Ngu Dai. De ce fait, on affirmera l’authenticité des informations enregistrées dans la stèle et légendes populaires sur cette pagode. Ces résultats prouvent que cette pagode a été construite sous la dynastie des Tran au début du 14e siècle, et elle a bénéficié d’une importante restaurationau début du 17ème siècle et de continuer la conservation et l’embellissement à la fin du 18e au début du 19e siècle. Au début du 20e siècle, on a continué d’investir et de construire des nouveaux structures et s’est déplacé vers son emplacement actuel. Par conséquent, la réparation, l’embellissement et la valorisation de la zone de vestiges sont très nécessaires et disposent de sufffisamment de bases scientifiques pour la mise en œuvre. Du point de vue des professionnels, nous proposons les solutions suivantes:

2.1. En ce qui concerne l'aménagement et la préservation des vestiges

Il est nécessaire d’avoir un plan directeur pour toute la zone de Ngu Đai Son, dont la pagode de Ngu Dai est l’élément central. Il est possible d’élargir l’espace de conservation des vestiges, à partir du sommet de la montagne Cong Troi (environ 531 m de haut) jusqu’au pied de la montagne Dong Thoc et l’endroit de la montagne Ba Doi, créant un complexe de vestiges culturelles et spirituelles célèbre dans l’histoire.

 Il faut empêcher le processus de contruction, d’excavation et d’amélioration des terres arables, qui cause le déformation du paysage et de l’espace des reliques.

2.3 Pour les travaux de réparation et d’embellissement des vestiges de la pagode Ngu Dai

À travers les résultats de fouilles, la plate-forme architecturale de la pagode Ngu Dai à travers les périodes de construction et de transformation a été complètement révélée. Par conséquent, pour restituer l’ancien espace des vestiges, il faut étudier,  restaurer et embellir cette pagode pour le rendre digne. À notre avis, nous devrions choisir la plate-forme architecturale de la pagode à l’époque des Le Trung Hung au début du XVIIe siècle, avec le style Noi Cong ngoai Quoc pour le design de la restauration.

Il s'agit d'une plate-forme architecturale à grande échelle et ses traces de fondation encore assez complètes, il est possible de déterminer clairement l'échelle et la structure de l’ouvrage, et c'est aussi la période où la pagode Ngu Dai a été reconnue et exaltée pour sa monumentalité et sa magnificence, attirant l’attention de la grande majorité des classes sociales, à partir des aristocrates jusqu’aux travailleurs.

De plus, avec le style architectural Noi cong ngoai Quoc, il s'agit actuellement d'un style architectural populaire, de nombreuses reliques de ce style sont encore préservées, on peut les appliquer à l’étude et au design. Cette plate-forme architecturale est également un type qui peut répondre facilement aux besoins de disposition des statues de culte et de l'espace de culte.

Les scientifiques visitent la pagode de Ngu Dai

Concernant l’emplacement de construction et de restauration de la pagode, afin de respecter la loi sur le patrimoine culturel et la Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites et d’assurer l’efficacité de la reconnaissance du patrimoine culturel mondial, à notre avis, il faut garder le central axe dans la direction sud-ouest comme les anciennes pagodes, en prenant l’étang de lotus comme Minh Duong, et  toute l’architecture de la pagode est construite en arrière (nord-est) près de la montagne Dong Thoc. Au pied de la montagne, il faut aménager et réparer l’étang de lotus, le porche. À l’emplacement actuel de la pagode, il faut construire un clocher et un pavillon, à deux côtés se trouve un système de marches couvert par l’auvent.

Il faut préserver l’état premier des traces des fondations architecturales révélées lors des fouilles archéologiques. D'une part, il faut concevoir un plan du parc archéologique en plein-air sous forme de plantation d'herbes pour mettre en évidence les traces de vestiges, en même temps, montrer le dessin de la plate-forme architecturale à travers les périodes historiques. D'autre part, la préservation et la conservation des traces archéologiques, c'est également la préservation des marques historiques et la prouve de leur authenticité et de leur intégrité, servant ainsi efficacement l'élaboration du dossier à sousmettre à l’Unesco afin de reconnaître ces vestiges comme site du patrimoine culturel mondial.

Ce sont ci-dessus quelques opinions pour les travaux d’aménagement, de préservation, de restauration et de valorisation des vestiges de la pagode Ngu Dai. Espère qu’avec la détermination de l’administration et de la population de la ville de Chi Linh, province de Hai Duong, il y aura, dans un avenir proche, une destination touristique culturelle et spirituelle majeure dans la zone de Ngu Dai Son, contribuant à créant “une voie du patrimoine” du Bouddhisme Truc Lam dans le Nord-est du pays.

MNHV

Shares: