vendredi, 01/03/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

04/07/2023 15:14 588
Rating: 0/5 (0 votes)
 

La tablette cunéiforme restituée était arrivée en Italie dans les années 1980, ont précisé les Carabinieri. AHMED SAAD, REUTERS

L'Irak a dévoilé dimanche une tablette cunéiforme vieille de près de 2800 ans, et tout juste restituée par l'Italie, lors d'une cérémonie organisée dans un palais présidentiel de Bagdad. La tablette porte les insignes de Salmanazar III, roi assyrien qui régna sur la région de Nimrod, dans le nord de la Mésopotamie, de 858 à 823 avant notre ère.

«Je souhaite remercier les responsables italiens pour leurs efforts et leur coopération qui ont permis de ramener cette pièce», s'est félicité dimanche le président irakien Abdel Latif Rachid, avant de transmettre la tablette au Musée national de Bagdad. Cette restitution intervient au moment où l'Irak intensifie ses efforts pour récupérer de pays étrangers les antiquités pillées les nombreux sites archéologiques qui ponctuent son territoire.

Les circonstances de l'arrivée en Italie de la tablette du roi Salmanazar restent obscures. L'objet a été récemment saisi par les Carabinieri, après quoi les autorités italiennes ont restitué la pièce à Abdel Latif Rachid lors d'une visite du président irakien à Bologne, le 14 juin. Le ministre irakien de la Culture, Ahmed Fakak al-Badrani, a reconnu que les circonstances dans lesquelles cette tablette avait été découverte restaient obscures. «Peut-être lors de fouilles archéologiques ou durant les travaux du barrage de Mossoul», a-t-il indiqué. Le directeur du Conseil irakien des Antiquités et du Patrimoine, Laith Majid Hussein, a mentionné que la tablette «est arrivée en Italie dans les années 1980».

Un texte cunéiforme bien conservé

De petite taille, la pièce archéologique n'en reste pas moins importante, a souligné Fakak al-Badrani. «Son texte cunéiforme a été intégralement préservé», s'est réjoui le ministre. La tablette «porte les titres du roi Salmanazar III et ceux de son père Assurnasirpal II et son grand-père. Tout comme elle rappelle la construction d'une ziggourat», imposant édifice à degrés dans la région de Nimrod, a également indiqué Laith Majid Hussein à l'AFP. Lors de son long règne, Salmanazar III a poursuivi l'agressive politique d'expansion territoriale de l'Assyrie entamée par ses prédécesseurs, en direction du plateau anatolien et des monts Zagros, dans l'actuel Iran.

Berceau des civilisations de Sumerd'Akkad, de Babylone et d'Assyrie, auxquelles l'humanité doit l'écriture et les premières villes, l'Irak souffre depuis des décennies du pillage de ses antiquités. Le phénomène s'est accru dans le chaos de l'invasion américaine de 2003, puis lors de la montée en puissance du groupe État islamique (EI) en 2014. «Nous allons continuer à œuvrer pour récupérer de l'étranger toutes les pièces archéologiques de l'histoire irakienne, a promis le président irakien. Nous souhaitons faire du Musée national irakien l'un des meilleurs musées au monde et nous y travaillerons».

En mai, le procureur de New York Alvin Bragg avait restitué à l'Irak deux sculptures antiques: un éléphant mésopotamien en calcaire et un taureau sumérien en albâtre originaires de la ville archéologique d'Uruk. Les figurines, volées durant la guerre du Golfe, sont arrivées clandestinement à New York à la fin des années 1990, selon un communiqué du parquet. Le taureau faisait partie de la collection privée de Shelby White, milliardaire de 85 ans, administratrice et donatrice du Met.

https://www.lefigaro.fr/

Shares: