dimanche, 14/04/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

02/06/2023 15:32 495
Rating: 0/5 (0 votes)

Après des heures de route dans le désert nigérien, elles surgissent comme des mirages au milieu d’une palmeraie enchevêtrée. Des forteresses de sel et d’argile dressées sur des éperons rocheux, assiégées par les sables.

 
Vue aérienne du village autour de la forteresse de Djaba près du Djado le 21 mai 2023. (SOULEYMANE AG ANARA/AFP via Getty Images)

Derrière les murailles crénelées, sommeillent des ruelles tortueuses, des tours de gardes, des galeries souterraines, des passerelles, des greniers, des puits, témoignages du génie de bâtisseurs oubliés.

Des générations de voyageurs ont rêvé devant les ruines des forts du Djado, situés à plus de 1.300km de Niamey, au nord-est du Niger. Sans jamais résoudre leurs énigmes. Qui a bâti ces « ksars », villages fortifiés bâtis en pierre salière dont les vestiges hantent les oasis du Kawar, une région désertique et isolée au nord est du Niger ? À quelle époque ? Et pourquoi ont-ils été abandonnés ? Aucune fouille, aucune datation scientifique n’a jamais été entreprise dans la zone pour répondre définitivement à ces questions.

 
Vue générale de la forteresse du Djado, à Djado le 22 mai 2023.(SOULEYMANE AG ANARA/AFP via Getty Images)

L’insécurité a fait fuir les touristes

Chercheurs et touristes ont déserté depuis vingt ans cette région troublée qui jouxte les frontières de la Libye et du Tchad, à cause de l’insécurité. Le Kawar, jadis un important noeud des routes caravanières, est aujourd’hui un couloir des trafics d’armes et de drogue transsahariens. « Depuis 2002, il n’y a plus de touristes étrangers. Dans le temps où le tourisme allait bien, c’était un potentiel économique pour la communauté », déplore Sidi Aba Laouel, maire de la commune de Chirfa, qui englobe les sites du Djado.

La découverte de gisements d’or dans la zone en 2014 a donné un nouveau souffle à la commune et attiré des ressortissants de toute l’Afrique de l’ouest, ainsi qu’une nuée de bandits qui ont leurs repaires dans les montagnes voisines. Les ruines n’intéressent guère ces nouveaux visiteurs.

Le maire préfère ne pas s’avancer sur l’histoire du patrimoine communal. Il s’en réfère à de vieilles photocopies enfouies dans le placard de son bureau : celles d’un ouvrage d’Albert le Rouvreur, un militaire français qui fut en poste à Chirfa à l’époque coloniale et tenta sans succès d’élucider le mystère.

À l’arrivée des premiers Européens en 1906, les ksars avaient perdu leur utilité. Celle de protéger les habitants contre les razzias et les invasions qui ont dévasté la région pendant des siècles.

 
Vue générale de la forteresse du Djado, à Djado le 22 mai 2023. (SOULEYMANE AG ANARA/AFP via Getty Images)

Les Sao, un peuple animiste établi dans la région depuis l’antiquité, sont les premiers occupants connus du Kawar, et peut-être à l’origine de ses premières fortifications. Mais les toitures de palme qui subsistent ici et là dans les ruines de Djado, semblent indiquer des constructions plus récentes.

Entre le 13ème et le 15ème siècle, les Kanouri s’établirent dans la zone. Leurs oasis furent ravagées aux 18ème et 19ème siècles par les raids successifs des nomades touaregs, arabes et toubou. Ces derniers prirent racine au Djado et y établirent l’un de leurs fiefs, jusqu’à l’arrivée des militaires français qui conquirent définitivement la zone en 1923.

Kanouri et Toubou sont aujourd’hui métissés, mais les autorités traditionnelles de la région, les « maï », sont encore issues des grandes lignées kanouri. Elles sont les propriétaires coutumiers des ksars et dépositaires de la tradition orale, susceptible d’apporter des éléments de réponse.

Kiari Kelaoui Abari Chegou, « maï » de Bilma et de son ksar en ruines, s’est toutefois heurté aux mêmes énigmes que les voyageurs de passage. « Même nos grands pères ne savaient pas. On n’a pas gardé nos archives », déplore-t-il.

L’oasis de Fachi

Trois cents kilomètres plus au sud, un autre joyau du patrimoine régional repose dans les creux d’une mer de dunes. L’oasis de Fachi est célèbre pour sa forteresse et sa vieille ville, aux murs quasi intacts. Quelques emplacements symboliques de l’ancienne cité sont encore utilisés pour les cérémonies traditionnelles. Le muezzin de la localité en est l’ultime habitant. L’autorité traditionnelle de Fachi, Kiari Sidi Tchagam, estime l’âge de sa forteresse à « au moins 200 ans « . Nombre de ksars dans les autres pays sahariens furent effectivement bâtis entre le 17ème et le 18ème siècle. « Selon les informations que nous avons reçu, il y avait un arabe qui était venu de la Turquie, c’est lui qui a donné l’idée aux gens de construire ce fort là », assure-t-il.

 
Vue prise par un drone de l’ancienne forteresse de Fachi le 25 mai 2023. (SOULEYMANE AG ANARA/AFP via Getty Images)

A Dirkou, où se trouvent les ruines d’un autre ville ancienne, c’est Agi Marda Taher, ancien député, qui fait autorité sur l’histoire du patrimoine local. D’après lui, les Turcs établis dans la Libye voisine, furent impliqués dans la construction de plusieurs ksars et notamment ceux du Djado. Les Kanouri auraient ensuite érigé leurs propres fortifications à Dirkou, Bilma, et Fachi, les principales oasis de la région.

Une fierté pour leurs descendants, inquiets pour la sauvegarde de ces fragiles architectures de sel menacées par les pluies. « Il est vraiment impératif d’inscrire ça au patrimoine mondial de l’Unesco. On se retrouve à travers ce fort là, ça fait partie de notre culture, de toute notre histoire », estime Kiari Sidi Tchagam.

Depuis 2006, les fortins du Djado végètent sur une liste indicative en vue d’une éventuelle demande d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Abandonnées dans le silence du désert, les citadelles défendent encore leurs héritiers contre l’oubli.

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

https://www.epochtimes.fr/

Shares: