dimanche, 14/04/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

30/05/2023 10:27 549
Rating: 0/5 (0 votes)

Pour la première fois, une exposition des anciennes publications vietnamiennes en Quôc ngu (écriture vietnamienne romanisée) est ouverte à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), à Paris, en France jusqu’au 31 mai.

 

Des anciens imprimés en quôc ngu présentés. Photo : Thu Hà/CVN

L’expo présente au public français 20 publications choisies parmi plus de 1.000 ouvrages publiés au cours de la première étape de développement de quôc ngu à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, rassemblées par ladit bibliothèque.

Les œuvres exposées comprennent les premiers romans du Vietnam écrits dans un style occidental tels que Thay Lazaro Phiên (L'Histoire de Lazaro Phiên) de Nguyên Trong Quan publié en 1887, les premiers numéros du journal Gia Dinh parus en juillet 1865 ou du magazine Nam Phong (1923), les dictionnaires, les manuels d’enseignement du vietnamien, le Truyên Kiêu (Histoire de Kiêu) ou Kim Van Kiêu, chef d’œuvre du poète Nguyên Du (1765-1820).

Selon Nguyên Thi Hai, responsable de l'exposition, la fonte vietnamienne de la BULAC est l'une des plus anciennes collectionnées et conservées en France. Elle a dit que le vietnamien était enseigné à Paris depuis 1869 à l'Université de la Sorbonne. Durant la période 1871-1872, le vietnamien a officiellement été introduite dans l'enseignement à l'École des langues orientales, aujourd'hui l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).

 
Des visiteurs à l'exposition. Photo : Thu Hà/CVN

À cette époque, l'institut a coopéré avec des érudits au Sud du Vietnam tels que Truong Vinh Ky et Truong Minh Ky pour apporter des livres et des journaux vietnamiens en France. Au début du XXe siècle, le gouvernement français a soutenu la diffusion de l’écriture quôc ngu.

De nombreuses publications vietnamiennes ont été rassemblées à la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO) et à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO). Ces livres ont ensuite été transférés à BULAC.

Quôc ngu était le résultat de la coopération entre les missionnaires occidentaux et les premiers érudits catholiques vietnamiens pour faciliter le travail de prédication.

Selon Nguyên Thi Hai, son utilisation a fortement été encouragée par le gouvernement français mais pas par les intellectuels et érudits confucéens. Cependant, au début du XXe siècle, les intellectuels vietnamiens ont commencé à réaliser la valeur du Quôc ngu en tant que moyen de diffusion des idées patriotiques et anticoloniales, et ont travaillé pour le développer en traduisant des œuvres étrangères et en écrivant des articles et de la littérature en quôc ngu.

VNA/CVN
https://lecourrier.vn/

Shares: