vendredi, 17/05/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

24/03/2023 16:10 887
Rating: 0/5 (0 votes)


Vue de l'exposition « Notre-Dame de Paris: au coeur du chantier », à la Maison du chantier et des métiers - Détail sur l’une des quatre têtes d’ange polychromes qui ornaient la voute de la croisée du transept, rescapée de l’incendie. © Romaric Toussaint / Etablissement public Rebâtir Notre-Dame de Paris.

À quelques pas de la cathédrale, l’exposition « Notre-Dame de Paris : au cœur du chantier » donne les clés pour comprendre le gigantesque chantier qui se déroule en plein cœur de Paris et propose d’aller à la découverte des hommes et des femmes qui y œuvrent quotidiennement.

Cela fait maintenant quatre ans que des centaines de professionnels œuvrent chaque jour sur le chantier de Notre-Dame : architectes, ingénieurs, artisans d’art, compagnons,… chacun rattaché à un domaine d’intervention spécifique. Il fallait rendre hommage à tous ces métiers sans qui n’aurait pas été possible la formidable opération de sauvetage et de reconstruction de la cathédrale. Et rappeler qu’ils doivent perdurer afin que le patrimoine français continue de bénéficier des savoir-faire indispensables à sa survie. C’est l’objectif de l’exposition « Notre-Dame de Paris: au cœur du chantier », inaugurée le 7 mars dernier au sein de la Maison du chantier et des métiers, dans l’« Espace Notre-Dame », sous le parvis de la cathédrale.

Expliquer le chantier au plus grand nombre

Les curieux qui se pressent aux abords de la cathédrale pour apercevoir le chantier de Notre-Dame peuvent désormais découvrir les opérations qui s’y déroulent au sein d’un parcours en accès libre et gratuit, qui durera au moins jusqu’à la fin du chantier. Conçu par l’Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, il propose une approche didactique destinée à intéresser aussi bien les amateurs de patrimoine que les plus jeunes. Cette exposition permet en effet d’apporter une vision unifiée et clarifiée du chantier, grâce notamment à de nombreux supports de médiation. Vidéos, schémas, maquettes et artefacts servent à illustrer tout un vocabulaire technique. Ils ont aussi pour but de mettre des images et des visages sur les chiffres vertigineux qui scandent le parcours : « 2000 statues et décors sculptés restaurés ou resculptés », « 41 000 m2 de pierres nettoyées », « plus de 1000 compagnons et artisans, répartis dans toute la France »…

 
Un panneau de vitrail issu du cloître de la sacristie représentant la légende de sainte Geneviève, patronne de la ville de Paris, présenté au sein de l’ilôt consacré à la restauration des peintures et des vitraux. © Hortense Albisson.

Le chantier vu à travers les métiers au chevet de Notre-Dame

La visite s’ouvre ainsi sur une imposante maquette à l’échelle 1/55e de la cathédrale qui offre une vision à taille humaine des différents lieux des opérations. Où se situent la « forêt de Notre-Dame », le beffroi, la croisée du transept ? Des vidéos viennent animer la maquette, donnant par exemple à voir des restauratrices occupées à nettoyer les peintures murales et sculptures d’une chapelle. Ce sont ces opérations que vont découvrir les visiteurs au cours du parcours organisé non pas chronologiquement- au fil des étapes de la reconstruction- mais thématiquement, autour des métiers. Ce choix permet de ne pas figer l’exposition à une certaine étape du chantier, qui serait vite dépassée du fait de l’avancement des travaux. Seul le film introductif, qui résume les étapes marquantes de 2019 à aujourd’hui (depuis les images toujours aussi frappantes de l’incendie, en passant par la découverte des sarcophages sous la croisée du transept) pourra être complété des moments clés à venir : l’élévation de la flèche, la fermeture des voûtes…

 
Au sein de la maquette, un focus présente la restauration des chapelles sous

forme d’animation. © Romaric Toussaint / Etablissement
public Rebâtir Notre-Dame de Paris.

Donner la parole aux acteurs du chantier

Après un premier espace introductif, l’exposition s’attache à présenter les différents corps de métiers impliqués dans chaque secteur de travaux: du cordiste au chercheur, de l’expert forestier au couvreur ornemaniste, du carrier au maître verrier. Mais aussi les entités en charge du pilotage du chantier: la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre, la direction régionale des affaires culturelles,… Huit îlots organisent le parcours, associés chacun à un type d’opération, auquel correspondent un ou plusieurs métiers. Celui consacré à la reconstruction des voûtes et des éléments sculptés donne ainsi la parole, via des capsules vidéo, à un carrier, un maçon, un tailleur de pierre et un restaurateur de sculptures, qui présentent leur parcours, leur métier et leur rôle sur le chantier. En tout, le visiteur peut découvrir une trentaine de portraits.

 
L’ilôt consacré à la reconstruction de la charpente propose des maquettes pour décourir les différents stades de l’élaboration d’une ferme de charpente.

© Hortense Albisson.

Tête d’ange et orgue miniature

Des objets propres à chaque thématique complètent les principaux îlots: des œuvres d’art rescapées, comme une des quatre têtes d’ange qui ornaient la voûte de la croisée du transept, des vestiges de bois brûlés issus de la charpente du XIIIe siècle ou encore du coq de la flèche. L’objectif didactique se traduit par la possibilité de manipuler plusieurs artefacts : un mannequin d’orgue miniature qui permet de découvrir la complexité de l’instrument, une maquette de bois pour reproduire une ferme de charpente… L’exposition présente aussi des reproductions, destinées par exemple à décrire les grandes étapes de la restitution d’une sculpture de grand-duc qui ornait la flèche, au sein de l’îlot consacré à la restauration de la charpente et de ses ornements. Sont reproduits la sculpture en bois du grand-duc, le moule en élastomère, et le résultat final en plomb.

 
Les différents stades de la restitution d’un ornement en plomb avec l’exemple d’un grand-duc qui ornait la flèche. © Hortense Albisson.

Susciter des vocations

L’exposition s’achève sur « une fresque des métiers », figurant l’ensemble des métiers du chantier et le réseau de ramifications qui les réunit: l’archéologue travaille ainsi aussi bien avec le chercheur qu’avec le cordiste, qui travaille lui-même avec l’échafaudeur et le maçon-tailleur de pierre, qui collabore avec le carrier… Le désastre initial de l’incendie a laissé la place à un chantier qui constitue une formidable vitrine des métiers essentiels à la sauvegarde du patrimoine bâti. À travers la mise en avant des savoir-faire, l’exposition réussit ainsi à réunir le patrimoine et l’humain. Elle vise donc aussi à faire naître de nouvelles vocations et les différentes formations qui conduisent à ces professions sont résumées à la fin du parcours sur des fiches métiers. La visite de l’Espace Notre-Dame peut se poursuivre par la visite de trois autres expositions qui y sont proposées: « Revivre Notre-Dame », conçue par l’association diocésaine de Paris, qui présente des objets liés à la célébration du culte, l’exposition immersive « Éternelle Notre-Dame », qui permet de parcourir la cathédrale et son histoire grâce à la réalité virtuelle, et «Orange & Notre-Dame: Genèse d’un engagement » qui met en avant les projets autour de Notre-Dame mis en place par le groupe Orange à travers le monde.

Espace Notre-Dame – Parvis de la cathédrale
Entrée face au 6 rue de la Cité – 75004 Paris
Du mardi au dimanche, de 10h à 20h
Accès libre et gratuit, sans réservation.
https://www.connaissancedesarts.com/

Shares: