lundi, 28/11/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

20/04/2022 09:52 458
Rating: 0/5 (0 votes)


Des épaves coulées dans les profondeurs ont révélé des milliers d’artefacts du passé. Mais la machine d’Anticythère est sans aucun doute l’une des plus fascinantes et des plus intrigantes. C’est en 1901 que l’appareil a été mis au jour dans une épave au large de l’île grecque d’Anticythère.

Depuis, il n’a cessé d’interroger les scientifiques. Ce mécanisme à engrenages est en effet le plus ancien connu à ce jour. Son examen a permis de déterminer qu’il s’agissait d’un calculateur astronomique utilisé pour prédire des événements tels que les éclipses, les phases de la Lune ou la position des cinq planètes connues à l’époque.

L’objet en bronze, parfois appelé « le plus vieil ordinateur du monde », s’est cependant avéré très incomplet. L’ensemble récupéré comprend 82 fragments représentant à peine un tiers du mécanisme complexe. Depuis des décennies, c’est donc un véritable puzzle que les scientifiques tentent de reconstituer dans l’espoir de comprendre comment l’ensemble a fonctionné.

Une nouvelle date de départ ?

Les observations de l’épave ont montré qu’il s’agissait d’une galère romaine transportant de nombreuses amphores, statues, pièces de monnaie et autres objets divers. Il aurait coulé lors d’une tempête survenue il y a plus de 2 000 ans. Mais la datation exacte de la machine d’Anticythère, ainsi que l’identité de son concepteur, suscitent de nombreux débats.

Les estimations se situent généralement entre le IIIe et le Ier siècle av. Aujourd’hui, cependant, les archéologues affirment être arrivés à une datation beaucoup plus précise. Dans une nouvelle étude publiée en ligne sur arXivils suggèrent que le mécanisme aurait été calibré – et donc mis en marche – le 22 ou 23 décembre 178 av.

« Tout système de mesure, du thermomètre au mécanisme d’Anticythère, nécessite un étalonnage afin de [réaliser] correctement ses calculs« , a expliqué le Nouveau scientifiqueAristeidis Voulgaris, archéologue de la Direction de la Culture et du Tourisme de Thessalonique en Grèce et co-auteur de l’étude.

« Évidemment, [le système] n’aurait pas été parfait – ce n’est pas un ordinateur numérique, ce sont des engrenages – mais il aurait été très bon pour prédire les éclipses solaires et lunaires« , il a continué. Cette date aurait donc constitué le point de départ des calculs, une sorte de « jour 0 » pour déterminer les dates suivantes.

Une longue éclipse lunaire...

Pour parvenir à cette conclusion, Voulgaris et ses collègues ont mené une nouvelle analyse d’un cycle appelé Saros composé de 223 mois. Ce cycle, lié à l’orbite de la Lune, donne le temps au Soleil, à la Terre et à la Lune de revenir à la même position et de donner lieu aux éclipses lunaires et solaires.

Sur la base de ces données et des inscriptions du mécanisme, l’équipe a émis l’hypothèse que la date d’étalonnage devait coïncider avec une éclipse solaire annulaire. Ce phénomène se produit lorsque les trois étoiles sont alignées mais que la Lune, plus petite, ne recouvre qu’une partie du Soleil, révélant son contour sous la forme d’un « anneau de feu ».

Les archéologues ont parcouru une base de données de la NASA pour identifier tous les exemples de telles éclipses solaires qui se sont produites pendant la période de construction potentielle de la machine. C’est ainsi qu’est apparue la date du 23 décembre 178 avant JC : cette journée aurait été marquée par une longue éclipse annulaire d’environ douze minutes.

« Généralement, pour effectuer des calculs de temps, il est plus courant de sélectionner une date du passé récent plutôt qu’une date future, en particulier pendant les temps anciens, lorsque les calculs de temps et les prévisions à long terme étaient plus incertains et discutables qu’aujourd’hui.», écrivent les auteurs dans leur rapport.

Et d'autres événements astronomiques

L’éclipse ne serait pas le seul phénomène à suggérer cette date. Selon Voulgaris et ses collègues, d’autres événements astronomiques importants se seraient également produits près de ce jour. Y compris le solstice d’hiver fixé au 23 décembre et une nouvelle phase lunaire commencée le 22 décembre.

« C’est une date unique et très précise», a soutenu l’archéologue avec le Nouveau scientifique. « En une journée, trop d’événements astronomiques se sont produits pour que ce soit une coïncidence. A cette date, c’était la nouvelle lune, la lune était à son apogée, il y avait une éclipse solaire, le Soleil entrait dans la constellation du Capricorne, c’était le solstice d’hiver« , a-t-il résumé.

Tous ces phénomènes auraient rendu cette date non seulement importante mais aussi facilement détectable. « 22/23 décembre 178 avant JC est une date initiale idéale, fonctionnelle et représentative pour calibrer la position initiale des pointeurs du mécanisme», disent les auteurs dans leur article.

Cependant, il est important de noter que cette étude n’a encore été publiée dans aucune revue et n’a donc pas encore été évaluée par des pairs. Ce que certains spécialistes n’ont pas manqué de souligner. « Ce n’est pas un article qui résisterait à une bonne évaluation par les pairs», a estimé Alexander Jones, interrogé par Sciences en direct.

178 ou 204 avant J.-C ?

Selon ce professeur de l’Institute for the Study of the Ancient World de l’université de New York, cette étude comprendrait « de nombreux problèmes allant des problèmes majeurs aux problèmes mineurs« et qui serait »symptomatique du manque de base solide dans le contexte de l’astronomie et de la science antiques« .

Par exemple, considérer le 22 décembre 178 av. J.-C. comme date de début reviendrait à placer Kraneios, une saison inscrite sur le mécanisme d’Anticythère et associée au vin, au cours du mois de février. Un mois « ce qui n’est pas particulièrement bon pour la maturité des vignes», a souligné Alexander Jones.

Le problème viendrait, selon lui, du fait que le cycle de Saros ne fournit pas une équation très fiable quand on remonte trop loin dans le temps. D’autres calculs auraient donc abouti à une date très différente. Deux études publiées en 2014 suggéraient que les prédictions auraient commencé en 204 av.

Plus précisément, cette recherche pointe vers la date du 12 mai, qui commencerait et terminerait le cycle avec une éclipse lunaire. Pour Aristeidis Voulgaris, cependant, cette date n’expliquerait pas pourquoi le solstice d’hiver est ainsi représenté dans les inscriptions de la machine. Le débat est donc loin d’être clos sur le mystérieux mécanisme.

En 2021, des scientifiques britanniques ont publié une étude affirmant qu’ils avaient réussi à développer un modèle décrivant l’ensemble de l’appareil et comment les engrenages et les cadrans fonctionnaient pour montrer le mouvement des étoiles. Mais encore fallait-il construire une version physique du modèle pour vérifier s’il fonctionnait réellement.

https://generationsnouvelles.net/

Shares: