vendredi, 01/03/2024
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

14/08/2023 13:49 349
Rating: 0/5 (0 votes)

Les 54 ethnies qui cohabitent au Vietnam ont chacune une, voire plusieurs danses qui leur sont propres. Comment préserver et valoriser ces danses qui participent de l’identité nationale? Certains spécialistes ont partagé avec nous leurs réflexions.

 

La danse Xoe des Thai à Môc Châu (province de Son La). Photo: Phuong Hoa/AVI

Les danses folkloriques puisent leurs origines dans les activités quotidiennes et les relations sociales de chaque communauté dont elles traduisent la créativité et l’esthétique. Elles portent ainsi l’identité culturelle de la communauté, mais aussi les caractéristiques culturelles de la région concernée. Ainsi, si les peuples des Hauts plateaux du Centre pratiquent des danses plutôt naturelles, ceux du Nord-Est préfèrent des danses très rythmées et joyeuses, tandis que la population du delta du fleuve Rouge danse avec souplesse, flexibilité et lenteur. Pour ce qui est des accessoires de danse, les Muong ont des bâtons en bambou, les Thai adorent les chapeaux coniques et les foulards, les Khmers dansent avec des tambours et les Ede, avec des gongs… Mais parallèlement aux danses folkloriques, les ethnies vietnamiennes ont également développé des danses spirituelles pratiquées lors des cérémonies de culte ainsi que des danses exclusivement réservées à la cour. 

La sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine préoccupent les responsables du secteur de la culture, et en particulier les chorégraphes, dont Truong Thi Ngoc Bich, directrice du département des danseurs à l’Académie de danse du Vietnam. 

«La sauvegarde passe d’abord par la collection et les recherches sur les danses traditionnelles, afin d’en identifier les origines et la logique des mouvements. Il faudrait organiser des séminaires et des ateliers lors desquels des professeurs hautement qualifiés viendraient transmettre leurs connaissances aux professionnels de la danse», propose-t-elle.

 

Les femmes Muong et leur danse traditionnelle. Photo: baodantoc.vn

En réalité, des milliers de danses folkloriques sont devenues une source d’inspiration intarissable pour les chorégraphes contemporains. D’après l’artiste du peuple Nguyên Van Quang, les jeunes chorégraphes ont la lourde responsabilité d’introduire des éléments de la danse traditionnelle dans la danse professionnelle contemporaine sans les déformer. 

«Nos chorégraphes pourront être aussi modernes qu’ils le souhaiteront, mais ils n’ont pas le droit de négliger l’identité culturelle nationale. Les gestes de danse pourront ainsi être modifiés pour mieux convenir à la société actuelle, sans pour autant perdre totalement de leur identité originelle», souligne-t-il. 

Truong Thi Ngoc Bich, de l’Académie de danse, va encore plus loin dans la sensibilisation à l’importance de la danse traditionnelle. 

«Les danses traditionnelles contribuent à façonner l’image du pays, à augmenter sa force persuasive, à stimuler son développement économique et à accroître son prestige sur la scène internationale. Le Vietnam peut tout à fois être fier de sa culture et de ses danses», insiste-t-elle.

Les responsables de la culture ont trouvé quelques solutions pour développer la danse vietnamienne sur la base du patrimoine folklorique. Il s’agit entre autres d’investir dans la création et d’incorporer les danses de minorités ethniques dans des produits culturels et touristiques…

https://vovworld.vn/

Shares: