dimanche, 02/10/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

03/09/2014 09:15 1243
Rating: 0/5 (0 votes)
Il est un lieu qui est entré dans l’histoire de la nation, c’est la zone de sécurité de Dinh Hoa, province de Thai Nguyên (Nord). En plus d’être la «capitale» de la résistance durant la période 1946-1954, elle a apporté aussi d’importantes contributions au succès de la Révolution d’Août 1945.

Durant la résistance anti-française (1946-1954), Thai Nguyên a accueilli la zone de sécurité centrale, sorte de «capitale» de la résistance. C’est donc dans la zone de sécurité de Dinh Hoa, à Thai Nguyên, que le Président Hô Chi Minh, le Comité central du Parti, le gouvernement et l’armée vietnamienne ont dirigé la résistance dont l’apogée fut la victoire de Diên Biên Phu (7 mai 1954).

Durant ces années de résistance où Hô Chi Minh et le politburo du Parti étaient installés à Dinh Hoa, la population locale a accompli brillamment sa tâche de protéger le Président et les organes centraux de la résistance. La zone de sécurité est devenue un vestige historique de la révolution nationale.

Vision stratégique

Visiteurs à la Maison des expositions de la zone de sécurité de Dinh Hoa, à Thai Nguyên (Nord). Photo : Thu Hang/VNA/CVN

Pour préparer la résistance contre les colonialistes français, Hô Chi Minh et le Comité central du Parti ont décidé de faire de Thai Nguyên le centre de la «base du Viêt Bac», région montagneuse du Nord composée de six provinces : Hà Giang, Tuyên Quang, Cao Bang, Bac Kan, Lang Son et Thai Nguyên.
À l’automne 1945, la Révolution d’Août a abouti à la naissance de la République démocratique du Vietnam. Mais la joie fut de courte durée, toute la nation devant entrer ensuite dans une lutte pour protéger l’indépendance du jeune État. Mi-1947, les zones de sécurité du Comité central du Parti ont été formées, implantées principalement dans les districts de Dinh Hoa et Dai Tu (Thai Nguyên), Cho Dôn (Bac Kan), Son Duong, Yên Son... (Tuyên Quang). Le cœur du système était Dinh Hoa, ultra protégé et «top secret».

«Dinh Hoa est une zone montagneuse accidentée dotée d’un emplacement stratégique sur le plan militaire, choisie comme le principal centre de direction de la résistance contre les colonialistes français durant neuf ans», a écrit le Dr Hoàng Ngoc La dans son ouvrage Từ ATK Thái Nguyên đến chiến thắng lịch sử Điện Biên Phủ (De la zone de sécurité de Thai Nguyên à la victoire historique de Diên Biên Phu). Le choix de Dinh Hoa et des zones adjacentes - districts de Cho Don (Bac Kan), Son Duong, Yên Son (Tuyên Quang) - comme zones de sécurité ne fut pas le fruit du hasard, d’un choix à la va-vite, mais au contraire une décision réfléchie, perspicace, traduisant la vision stratégique du Parti et du Président Hô Chi Minh.

Quartier général de la résistance

Tous les sites révolutionnaires de la zone de sécurité de Dinh Hoa sont les éléments majeurs de l’ensemble des vestiges de la «base de résistance du Viêt Bac», la plus importante du peuple vietnamien au cours du XXe siècle, associée à sa lutte pour l’indépendance.

La baraque Tin Keo (à Dinh Hoa), où le politburo du Parti a décidé, le 12 juin 1953, d’ouvrir la campagne de Diên Biên Phu. Photo : Thê Luong/CVN

Ce sont dans les zones de sécurité du Viêt Bac, en particulier à Dinh Hoa, que le Président Hô Chi Minh et le Comité central du Parti ont pris des décisions cruciales pour le destin du pays comme la campagne des frontières de l’automne-hiver 1950, de l’hiver-printemps 1953-1954, et de Diên Biên Phu. Sans compter d’autres questions non moins importantes telles que la convocation du 2e Congrès national du Parti, le lancement du mouvement de «Lutte contre la faim, l’analphabétisme, l’invasion étrangère», la promulgation de politiques de l’impôt agricole... C’est également ici que le Président Hô Chi Minh a écrit le célèbre ouvrage Sửa đổi lề lối làm việc (Modifier les méthodes de travail) dont la valeur est encore d’actualité, rédigé des documents de synthèse de la guérilla en Chine et écrit au peuple français pour l’appeler à soutenir le peuple vietnamien.

Nouvelle vie

À ce jour, près d’une centaine de sites historiques de la zone de Dinh Hoa ont été classés par l’État comme sites à préserver au niveau national.

Une partie de la zone de sécurité de Dinh Hoa.Photo : Wikipedia/CVN

Près de sept décennies se sont écoulées, mais la flamme du patriotisme et l’esprit révolutionnaire sont encore vivaces dans cette zone. Cela se reflète, entre autres, dans les changements intervenus dans cette grande terre révolutionnaire. Les masures à toit de chaume ont été remplacées par de belles maisons sur pilotis en bois ou des maisons en dur à plusieurs étages. Marchés, écoles, hôpitaux, routes et autres services sont bien développés.

Toutes les communes du district de Dinh Hoa sont électrifiées. Les minorités ethniques telles que les Tày et les Dao préservent toujours leurs us et costumes, leurs traditions. Dinh Hoa d’aujourd’hui a de grands potentiels de développement, notamment dans la filière thé et le tourisme.

Minh Quang/CVN

http://lecourrier.vn/

Shares: