mercredi, 28/09/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

17/01/2022 16:30 472
Rating: 0/5 (0 votes)

Pour célébrer le nouvel An lunaire 2022, l’année du Tigre,  le Musée National d’Histoire du Vietnam (MNHV) en collaboration avec la zone des vestiges historiques des rois Hung et certains collectionneurs privés organisera une exposition thématique intitulée «Le Tigre dans les beaux arts vietnamiens ». La cérémonie d'ouverture aura lieu le 18 janvier 2022, au MNHV, au n01, rue de Trang Tien, Hanoi. 

L'image du tigre apparait depuis longtemps dans la culture du Vietnam. Des documents concernés montrent que le tigre est un objet de vénération et un totem de nombreuses tribus depuis la préhistoire. Il y a plus de 2.000 ans, l’image du tigre était entrée dans les beaux arts du bronze de Dong Son, avec la conception sur la peur et la vénération, le culte de la puissance et de la majesté de cet animal. Parallèlement au processus historique et culturel du Vietnam, l’image du tigre a des évolutions et des significations correspondantes, à partir du sens spirituel, de la religion, des croyances, des symboles de la royauté jusqu’aux objets et aux décorations dans la vie quotidienne du peuple; le façonnage, le style et l’application et la signification du tigre de chaque époque existent également des différences. L’image du tigre a accompagné et apporté des caractéristiques unique avec un complexe esthétique à l’histoire de l’art vietnamien.    

Avec plus de 30 objets et documents, images sélectionnés, l'exposition présentera au public des œuvres d'art uniques portant sur le tigre à travers plus de 2000 ans d’histoire des beaux-arts du Vietnam. L’expositon thématique "Le Tigre dans les beaux arts vietnamiens» sera présentée selon la chronologie lié et le type, comprenant les contenus suivants:

LE TIGRE DANS L’ART DE LA PÉRIODE DE DONG SON

L’image du tigre chassant le cerf et du chasseur de tigre est apparue dans la décoration sur la surface et la caisse des tambours de Dong Son découverts à Kai et Sangeang (Indonésie), elle est décrite par H.R.Van Heekeren dans l’ouvrage "The Bronze-Iron age of Indonesia" publié en 1958. Ces tambours en bronze sont issus de la culture de Dong Son et sont actuellement exposés au Musée National d’Indonésie.

La houe en bronze a été collectée par L.Pajot en juillet 1921 et puis on l’a ramené au Musée Louis Finot. Sur les deux surfaces de ce objet, on trouve l’image du tigre avec des points sur son corps. Dans l’étape d’exploration archéologique en 1972 au site de Lang Ngam (Gia Binh, Bac Ninh) effectuée par l’équipe du Musée d’Histoire du Vietnam (aujourd’hui le MNHV), les archéologues ont découvert de nombreuses plaques de bronze ajourées à l'effigie de tigres et de cerfs.

Les images du tigre décorées de motifs gravés que le peuple de Dong Son ont représenté à travers la production des statues rondes comme quatres statues de tigres animés sur le couvercle de la jarre de bronze de Van Thang (Cam Xuyen, Phu Tho), une statue d’un tigre associé à un serpent, et une statue d’un éléphant sur le manche de couteau de Dong Son découverts au site de Lang Vac (Nghe An), etc. l’art de la sculpture et de la décoration est ici à la fois vériste et conventionnel, montrant d'une façon vivante la puissance mystérieuse de cet animal.

L'apparition du tigre dans l'art de Dong Son a concerné à la conception sur la vénération et le culte de la puissance et de la majesté de cet animal, ainsi que peut-être liée aux croyances d'adoration des totems de cette époque. Cette adoration est encore très populaire dans certaines régions et ethnies à ce jour.

LE TIGRE DANS LES ARTS DES 10 PREMIERS SIÈCLES DE NOTRE ÈRE

Il y a plus de 2000 ans, la culture vietnamienne a accepté de plus en plus les les éléments culturels chinois. L’image du tigre a également des changements sur la forme, le sens et la connotation culturelle. L’image du tigre de cette période apparue était associée aux conceptions sur les quatre mascottes, également baptisées quatres amimaux sacrés: Thanh Long (Est), Bach Ho (Ouest), Chu Tuoc (Sud) et Huyen Vu (Nord). Ces bêtes représentent aussi d'autres aspects tels que les 4 saisons de l'année, les vertus, les éléments de la nature, la position des constellations dans l’univers antique. Le tigre est devenu un symbole chez les animaux sacrées avec le sens spirituel et religieux, donc, en termes de forme corporelle, l'image du tigre est différente de l’animal réel. L'imagination et la pensée esthétique de cette période se sont portées sur l'harmonie et les caractéristiques du corps du tigre.

À l’inverse, dans d’autres temps et espaces culturels, le tigre n’est pas considéré comme un symbole de la peur et de l’adoration de la puissance et  du pouvoir surnaturel; on a également imité et utilisé l’image du tigre. Dans ces cas, la façonnage du corps manque souvent de combinaison et d’harmonie en termes de proportions; le façonnage des parties du corps n’est pas suivi les règles de l’esthétique. Cependant, la différence sur le sens esthétique entre le tigre des périodes et dans de différentes applications de la vie quotidienne, montre clairement l’origine et l’évolution de l’image du tigre dans l’histoire et la culture de chaque époque.

LE TIGRE DANS LES ARTS DU 10e-20e SIÈCLES.

Les statues du Tigre dans les tombes datant du 13e au 18 siècle.

Depuis le 10e siècle, le Vietnam entrait dans la période de l’édification des dynasties féodales autonomes. Sous les dynasties féodales comme les Dinh (968 - 980), surtout les Ly (1009 - 1225), l’édification nationale était promue avec de nombreuses empreintes profondes dans tous les aspects de la culture, de la religion, du droit, de l’économie, de la politique, etc.  Avec plus de 200 ans d’existance, la dynastie des Ly a apporté la prospérité au pays, consolidé son autonomie, et favorisé le développement puissant de la civilisation du Dai Viet. Selon des documents historiques, on a enregistré de nombreuses histoires concernant le tigre telles que nourrir le tigre, des duels entre e les tigres pour divertir l’empereur et les hauts dignitaires, et punir des prisonniers, le dignitaire Le Van Thinh se transforme en tigre, etc. Il semble que dans les conceptions contemporaires, le tigre représente le férocité, la punition, créant le sens d’horreur, par conséquent, jusqu’à présent, aucune image de tigre n’a été découverte dans les arts de cette période.

À partir de la dynastie des Tran (1225 - 1400), le tigre était apparu avec une bonne forme et vivante, exprimant le courage et la majesté et il est considéré comme un animal sacré pour exorciser et protéger les tombeaux. La statue du tombeau de Tran Thu Do (Hung Ha, Thai Binh) et celle du roi Tran Hien Tong (Đong Trieu, Quang Ninh) sont des sculptures rares restantes de la dynastie des Tran, elles ont ouvert une tradition de placer des statues aux tombeaux.

La zone des tombeaux impériaux de la dynastie des Le (Thanh Hoa) fournit des informations plus précises sur l’échelle et la structure des tombeaux impériaux à l’époque féodale. Ces tombeaux comportent également 10 statues de petite taille (environ 110 cm pour la statue humain et 60cm pour la statue animale), partagées en 5 paires, y compris: singes, licornes, rhinoceros, chevaux, singes. Dans certains tombeaux, la statue d’éléphant remplace celle du tigre tandis que d’autre statues restent les mêmes. Une caractéristique marquante, on trouve facilement que les statues dans les tombeaux impériaux de la dynastie des Le So ont presque la même disposition, plan et dimension. Les tombeaux sont tous de petite échelle, alors, les statues placées dans les tombeaux ne doivent pas être trop grandes. Les statues en général et celles de tigre sont simplement représentées dans leur forme, leurs lignes, mais plein d’expression.

Sous la période des dynasties des Le et des Trinh (aux 17e-18e siècles), ce sont la période florissante des types architecturaux des tombeaux. Lors des villages-natals des généraux célèbres sous les dynasties des Le et des Trinh comme Bac Giang, Bac Ninh, Ha Noi, Thanh Hoa, le complexe des tombeaux des mandarins a été énormément construit avec un dense système architectural. Les statues de tigre dans ces vestiges sont souvent fabriquées à partir des blocs de grand taille et sont minutieusement soignées. Des statues de tigre sont placés à l’extérieur des tombeaux, plusieurs cas situés à l’extérieur du mur d’enceinte, assez loin des statues de couples d’éléphants et de chevaux et de singes. Ainsi, les tigres sont considérés comme un gardien devant les portes des tombeaux.

Le Tigre dans l’art de céramique

Par rapport aux mascottes telles que le dragon, le phénix, la licorne ou d’autres animaux comme l’oiseau, le poisson, le canard, le cheval, etc, l’image du tigre est assez rare sur la céramique. Néanmoins, l'image du tigre était apparue assez tôt et d’une manière continue sur la poterie. Le tigre était apparu bien plus tôt sur des jarres à l’émail brun de la dynastie des Tran,  comme la jarre à l’émail brun sculpté de 3 tigres se poursuivant, conservée au Musée Guimet (Paris, France). Jusqu’à présent, il y a environ 10 jarres à l’émail brun sculptant l’image du tigre, conservées dans des musées, et des collections privées dans le pays et à l’étranger. Les tigres sur ces jarres ont une forme forte et vivante, montrent le courage et la majesté lors qu’ils se poursuivent et chassent leur proie.

L’image du tigre apparaît également sur d’autres lignes de céramique, avec de différents styles et formes, créant ses ses empreintes uniques et intéressantes. Les résultats des fouilles archéologiques à l’ancien épave naufragé de Cu Lao Cham (en 1997-2000) et des fouilles des anciens fours de poterie à Nam Sach, Binh Giang (Hai Duong), ont montré que des céramiques d’exportation avec de différents types dans lesquelles il existe de nombreux échantillons de céramique décorés des tigres comme une vaste en céramique à l’émail bleu, le Kendy, des assiettes en céramiques d’émail bleu et multicolore, des assisettes en céramique d’émail bleu, boîte en céramique à l’émail bleu, etc. Les tigres n’ont pas exprimé le sens spirituel et religieux, le croyance ou la peur comme ceux dans les périodes précédentes, mais ils sont généralement les images décoratives joyeuses et vivantes.

Le Tigre dans la sculpture des Maisons communales des villages du 16e au 18e siècle.

La maison communale est un monument architectural traditionnel unique du Vietnam, où conserve assez complètement les caractéristiques de l'art architectural, imprégnées de nuances folkoloriques. Les 16e et 18e siècles sont une période florissante de l'architecture de la maison communale; les gravures décorative sur la maison communale ont une valeur artistique unique dans l’ancien art du Vietnam. Le tigre consitue un sujet de prédilection dans les sculptures sur l'architecture de bois de la maison communale. Les Maisons communales célèbres dans l’histoire de l’art vietnamien telles que Tay Dang, Chu Quyen, Nghiem Xa (Hanoi), Trung Ha (Ninh Binh), Đinh Chay (Ha Nam), Tho Tang (Vinh Phuc), Hung Lo (Phu Tho) sont sculptées avec des sujets liés au tigre. Les tigres dans cette sculpture ne sont généralement pas des œuvres isolées, mais ils ont souvent participé à des scènes vivants comme le tigre suivi Dinh Bo Linh dans le scène Ma tang ham rông (l'enterrement à la mâchoire du dragon); l’homme chevauchant le tigre (la Maison communale de Chu Quyen); l’homme qui poignade le tigre avec une lance (la Maison communale de Tay Đăng); le tigre est battu par l’homme et chassé par l’éléphant et l’homme (la Maison communale de Đinh Chay); le tigre laboure un champ (la Maison communale de Hung Lo); l’homme tire sur un tigre (la Maison communale de Ha Hiep), etc.

Le Tigre dans les peintures folkloriques de Hang Trong.

Les cinq tigres est une peinture folklorique appartenant à la ligne de peinture folklorique de Hang Trong. Il s'agit d'une peinture célèbre transmise à la postérité souvent exposée dans les lieux de culte. Dans croyances populaires, le tigre est considéré comme une mascotte puissante, majestueuse et vénérée. Outre la peinture des cinq tigres, il existe également des peintures de tigres des couleurs correspondantes : tigre bleu, tigre blanc, tigre rouge, tigre noir.

Les couleurs dans les peintures de Hang Trong sont assez splendides et majestueuses, mais tout aussi harmonieuses et uniques. Chaque peinture possède son propre style, mais elles impriment toutes les formes selon la technique commune de don tuyen binh do (ligne unique et motif simple). La technique des motifs est appelée Thuan tay hay mat (facile à dessiner et à voir). La peinture folklorique ne respecte pas les lois de la perspective, mais exprime plutôt une méthode d’observation selon différent angles. Les peintures folkoriques de Hang Trong sont principalement utilisées dans des couleurs monochromes mélangées avec l’eau pour créer un ton sombre et légère qui est très spéciale. L’ordonnance de la peinture de Hang Trong est complètement libérale, diverse et détaillée. La peinture utilise non seulement la théorie des cinq éléments du yin et du yang, mais elle apporte aussi beaucoup de sens profonds, en particulier le sens moral (fidèle, piété filiale, humanité et loyauté, courageux …). Ce type artistique contient à la fois les principes philosophiques et esthétiques dans la culture de la nation depuis des millions années, soulevant la morale de la société vietnamienne, avec une grande humanité.

Le Tigre dans les beaux-arts de la dynastie des Nguyen du 19e au 20e siècle.

La dynastie des Nguyen a laissée de nombreux et précieux héritages artistiques avec de diverses images décorative. L’image du tigre- un symbole de la force est couramment assez utilisé sur des carrés mandarins, sur des panneaux, des peintures brodées, des meubles en bois inscrustés, des objets en jade, des objets en bronze émaillés, des paravents dans les vestiges, les temples, etc. l’Arène de tigres (Ho Quyen) se trouve dans l’ancienne capitale de Hue, c’est le lieu qui a organisé des duels entre tigres et éléphants pour divertir l’empereur et les hauts dignitaires de la Cour, est construit en 1830 sous la règne du roi Minh Mang. L’image du tigre est encore fondue sur une urne dynastique (Cao Đinh)- la plus grande urne dans neuf urnes dynastiques, un trésor symbolisant l’oeuvre royale longue et stable de la dynastie des Nguyen.

L’image du tigre sous la dynastie des Nguyen (19e-20e siècles) était représentée d’une manière diversifiée, à partir de la Cour royale au folklore, des symboles religieux à la vie quotidienne, cela contribue à apporter des caractéristiques uniques à l'histoire de l'art vietnamien. Dans la collection des peintures brodées au MNHV, le thème du tigre est beaucoup utilisé avec le bon sens, la félicitation et la conjuration des esprits malfaisants, etc. Les œuvres expriment clairement le caractère artistique de la broderie traditionnelle, la technique de broderie sur chaque sujet, la nom de propriétaire; certaines peintures trouvent encore la date de production.

À travers l’exposition, le MNHV souhaite aider le public à découvrir et à mieux comprendre les collections d’objets ainsi que la signification du Tigre, l’un des mascottes importantes dans les 12 signes zodiaques dans l’histoire et la culture du Vietnam.

L’exposition se prolongera jusqu’au 31 août 2022.

Le MNHV tient à remercier les représentants des agences de presse qui s’intéressent à cet événement et y assistent et informent de l’exposition thématique.

MNHV

Pour archiver des informations, nous espérons que les reporters renvoient leurs articles publiés dans les journaux,  à l’adresse: Le Bureau de la Communication et de la Relations extérieures, du MNHV.

Téléphone: 842.4) 38253518          E-mail: truyenthongbtlsqg@gmail.com.

MNHV

Shares:

Features

La visite du Premier ministre Nguyen Xuan Phuc au MNHV

La visite du Premier ministre Nguyen Xuan Phuc au MNHV

  • 23/01/2019 08:48
  • 1532

Le matin du 20 janvier 2019, le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a visité le Musée National d’Histoire du Vietnam (MNHV). L’a accompagné des camarades Nguyen Hoa Binh, secrétaire du Comité central du Parti communiste du Vietnam (PCV), président de la Cour populaire suprême; M. Hoang Binh Quan, membre du Comité central du PCV, chef de la Commission centrale des Relation extérieures; M. Vu Duc Dam, membre du Comité central du PCV, vice- Premier ministre du gouvernement;M. Mai Tien Dung, membre du Comité central du PCV, directeur du cabinet du Gouvernement; M. Phan Van Giang, membre du Comité central du PCV, chef d’État-major général de l’Armée populaire du Vietnam, vice-ministre vietnamienne de la Défense; M. Le Quang Tung, membre suppléant du Comité central du PCV, vice- ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme; M. Nguyen Van Hung, membre du Comité central du PCV, secrétaire du Comité provincial du Parti, président du Conseil populaire de la province de Kon Tum; etc.

Others

Le MNHV participe à la conférence internationale “Éducation au patrimoine culturel de l’ASEAN 2021”

Le MNHV participe à la conférence internationale “Éducation au patrimoine culturel de l’ASEAN 2021”

  • 12/01/2022 16:49
  • 446

La Conférence internationale sur l'éducation au patrimoine culturel de l'ASEAN 2021 sur le thème “Établir une alliance internationale pour contribuer à l’éducation au patrimoine cuturel dans 10 États membres de l’ASEAN” organisé en ligne, par le Centre de recherche et de développement humaine, de l’Université Sophia (Japon) (appelé: le Centre d’Asie Sophia), a eu lieu du 8 au 9 janvier 2022.