samedi, 28/03/2020
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

26/09/2019 14:02 84
Rating: 0/5 (0 votes)
Des crânes humains décharnés et peints, destinés à être portés autour du cou comme des pendentifs, ont été retrouvés enterrés avec un guerrier; c'était il y a plus de mille ans à Pacbitun, une ville maya.

Ils représentaient probablement des symboles macabres de la puissance militaire: des trophées de guerre fabriqués à partir de têtes d’ennemis vaincus.

Les deux crânes ressemblent aux représentations de crânes de trophées portés par des soldats victorieux dans des sculptures en pierre et sur des vases en céramique peints provenant d'autres sites mayas.

 

Fragment du crâne trophée de Pacbitun. Dessins de Christophe Helmke; Laserscan model by Jesse Pruitt, CC BY-ND

Les trous percés ont probablement contenu des plumes, des lanières de cuir ou les deux. D'autres trous servaient à ancrer les mâchoires en place et à suspendre le crâne autour du cou du guerrier, tandis que le dos était scié pour que les crânes reposent à plat sur la poitrine du porteur. Des taches de peinture rouge décorent l'une des mâchoires.

L'écriture glyphique gravée comprend, selon Christophe Helmke, expert en écriture maya, le premier exemple connu du terme maya pour «crâne trophée».

Que peuvent nous dire ces crânes (à partir de là où ils ont été trouvés et d'où ils proviennent) sur la fin du puissant système politique maya qui a prospéré pendant des siècles et qui couvrait le sud-est du Mexique, tout le Guatemala et le Belize, ainsi qu'une partie du Honduras et du Salvador ?

Les chercheurs les ont considérés comme des indices pour comprendre cette période tumultueuse.

Le vaste empire maya s'est développé à travers l'Amérique Centrale, avec les premières grandes villes apparues entre 750 et 500 avant JC. Mais au début du huitième siècle dans les basses terres du sud du Guatemala, du Belize et du Honduras, les habitants ont abandonné les grandes villes mayas de la région.

Les archéologues sont fascinés par le mystère de ce qu'ils appellent "l'effondrement" de ce puissant empire.

De précédentes études s'étaient concentrées sur l'identification d'une seule cause de l'effondrement. Cela aurait-il pu être une dégradation de l’environnement résultant de la demande croissante de villes surpeuplées? Des guerres? Une perte de confiance dans les leaders? La sécheresse?

Tous ces événements ont certes eu lieu, mais rien en soi n'explique pleinement ce que les chercheurs savent sur l'effondrement qui a progressivement balayé le paysage pendant un siècle et demi. Aujourd'hui, les archéologues reconnaissent la complexité de ce qui s'est passé.

Il est clair que la violence et la guerre ont contribué à la disparition de certaines villes des plaines du sud, comme en témoignent les fortifications construites rapidement, identifiées par des relevés aériens au LiDAR sur plusieurs sites.

Les crânes trophées, combinés à une liste de plus en plus longue de découvertes éparses provenant d'autres sites au Belize, au Honduras et au Mexique, fournissent des preuves intrigantes du fait que le conflit aurait pu être de nature civile, opposant les puissances montantes du nord aux dynasties bien établies du sud. 

Retrouver le contexte social des crânes

Les récipients en céramique découverts aux côtés du guerrier (ou guerrière, les os étant trop fragmentaires pour déterminer avec certitude le sexe) de Pacbitun et son crâne trophée remontent au 8ème ou 9ème siècle soit juste avant l'abandon du site.

Au cours de cette période, Pacbitun et d'autres villes mayas des basses terres du sud commençaient à décliner, tandis que les centres politiques mayas du nord, dans l'actuel Yucatan (Mexique), dominaient.

 

Morceaux du crâne trophée de Pakal Na trouvé dans le sud avec un guerrier du nord. Patricia A. McAnany, CC BY-ND

Mais le timing et la nature exacte de cette transition de pouvoir restent incertains.

Dans beaucoup de ces villes du nord, l'art de cette époque est notoirement militariste, regorgeant de crânes et d'os et montrant souvent des captifs de guerre en train d'être tués et décapités.

À Pakal Na, un autre site situé au sud du Belize, un crâne similaire a été découvert, gravé de feu et d'images d'animaux ressemblant au symbolisme militaire du Nord, suggérant une origine septentrionale du guerrier avec lequel il a été enterré. La présence d'attirail militaire du nord sous la forme de ces crânes peut indiquer une perte de contrôle des dirigeants locaux.

La piste du cacao.

Patricia McAnany, archéologue, a fait valoir que la présence des habitants du Nord dans les vallées fluviales du centre du Belize pourrait être liée au commerce lucratif du cacao, la plante à partir de laquelle le chocolat est fabriqué.

Le cacao était un ingrédient important dans les rituels, et un symbole de richesse et de pouvoir des élites mayas. Or, la géologie du nord du Yucatan rend difficile la culture du cacao à grande échelle, ce qui nécessitait la mise en place d'une source d'approvisionnement fiable provenant d'ailleurs.

Sur le site de Xuenkal, au Mexique, Vera Tiesler et ses collègues ont utilisé des isotopes de strontium pour déterminer l’origine géographique d’un guerrier et de son crâne trophée. Il était originaire du nord, mais le crâne trophée qu'il a ramené, découvert sur sa poitrine, provenait d'un individu qui avait grandi dans le sud.

Cette étude a réuni plusieurs centaines d'archéologues du monde entier, qui ont rassemblé de vastes ensembles de données résumant des décennies de recherches archéologiques.

Ils ont trouvé des preuves de l'exécution d'une famille régnante et de la profanation de sites sacrés et de tombes appartenant à l'élite.

Dans la capitale régionale, Tipan Chen Uitz, à environ 30 km à l’est de Pacbitun, ils ont découvert des restes de plusieurs monuments en pierre taillée qui semblent avoir été volontairement brisés et éparpillés sur le devant de la pyramide cérémonielle principale.

Les crânes trophées et les dynamiques de pouvoir

Les archéologues ne sont pas seulement intéressés par l'identification du moment et des facteurs sociaux et environnementaux associés à l'effondrement, qui varient selon les régions. Ils essayent également de comprendre comment des communautés spécifiques et leurs dirigeants ont réagi aux combinaisons uniques de ces stress auxquels ils ont été confrontés.

 

Une autre partie du crâne trophée de Pacbitun. Dessin de Shawn Morton, CC BY-ND

Bien que les preuves fournies par une poignée de crânes trophées ne montrent pas de manière concluante que des sites situés dans certaines parties des basses terres du Sud ont été envahis par des guerriers du nord, elles indiquent au moins le rôle de la violence et, potentiellement, la guerre comme contribuant à la fin de l'ordre politique établi au centre du Belize.

Ces artéfacts macabres ajoutent un élément surprenant à la succession d'événements qui ont abouti à la fin de l'une des cultures les plus riches, les plus sophistiquées et les plus avancées sur le plan scientifique de son époque.

Traduit de l'article original écrit par Gabriel D. Wrobel, Professeur associé d'anthropologie, à l'Université d'Etat du Michigan.

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: