samedi, 28/03/2020
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

26/09/2019 14:00 65
Rating: 0/5 (0 votes)
Les découvertes, publiées dans le journal Plos One, apportent un nouvel éclairage sur la façon dont les habitudes de consommation des boissons de ce peuple variaient en fonction de la classe sociale et des évènements.

L'étude suggère qu'ils ont utilisé des récipients fabriqués localement, mais aussi importés, pour boire du vin grec et de la bière locale. De plus, même si la bière était bue par tout le monde, les guerriers buvaient de la bière de mil tandis que les élites buvaient de la bière d'orge ou de blé.

 

Des récipients pour boire, tels que celui-ci, étaient utilisés pas les celtes dans ce qui est  aujourd'huila Bourgogne. (Photo: Württemberg State Museum: P. Frankenstein / H. Zwietasch.)

Les élites avaient tendance à être les principales à boire du vin, mais des preuves suggèrent que les artisans utilisaient aussi le vin pour la cuisine, rapporte l'auteur principal, Philipp Stockhammer de l'Institut Max Plank.

Les archéologues ont longtemps supposé que les anciens celtes, qui vivaient en Europe il y a plus de 2 000 ans, importaient du vin et des céramiques méditerranéens pour imiter les grecs. Mais les celtes avaient leur propre coutumes concernant la boisson.

Les grecs, qui pensaient que la bière étaient pour ceux qui étaient peu cultivés, auraient été consternés de découvrir, à l’instar de cette étude, que les celtes buvaient de la bière dans des vases en céramique raffinés venant de Grèce.

De plus, des recherches antérieures ont révélé que les premières femmes celtes avaient un pouvoir social et buvaient au grand air avec les hommes. 

Mais comment les scientifiques ont-ils pu déterminer si les celtes copiaient grossièrement les coutumes grecques ou bien s'ils utilisaient du vin et de la céramique grecs pour leurs propres pratiques culturelles ?

Elites, artisans ou guerriers: qui buvaient quoi et où ?

Les chercheurs ont analysé chimiquement les résidus organiques trouvés sur 99 fragments de céramique et remontant aux alentours de 500 avant JC. Ces pièces provenaient de l'ancien site fortifié Mont Lassois à Vix en Bourgogne. Ils ont étudié les fragments de récipients en terre cuite provenant de quatre endroits du site.

 

L'étude a été menée sur l'ancienne implantation de Mont Lassois à Vix. (Photo: Victor S. Brigola)

En comparant les analyses des résidus avec le type de récipient et l'endroit où il a été trouvé, les chercheurs on pu commencer à comprendre la signification sociale donnée à l'alcool dans différentes parties de la société celte. Pour Rachel Popelka-Filcoff, archéochimiste à l'Université Finders: "Ce type d’analyse vous permet de commencer à déduire le contexte culturel: on perçoit la différence entre la boisson dans un contexte rituel et le fait de rester à la maison boire une bière." 

Les récipients de poterie grecque de luxe étaient concentrés sur le plateau de la colline où vivaient les élites. On a découvert que ces marchandises étrangères contenaient du vin, mais aussi de la bière épicée avec des résines.

La poterie locale a également été utilisée par les élites, mais il a été découvert qu'elle ne contenait que des résidus de bière, probablement d'orge ou de froment.

Les artisans, qui vivaient probablement dans la partie inférieure du site, semblaient ne stocker le vin que dans des récipients de cuisson. "À mon avis, une explication probable est qu'ils ont cuit quelque chose comme ce qui pourrait être l'ancêtre du bœuf bourguignon" suppose le professeur Stockhammer.

A l'entrée de l'implantation, où des gardes armés on dû boire, il n'a pas été trouvé de trace de vin dans les récipients pour boisson. Ils contenaient plutôt des résidus de bière de millet, une bière différente de celle qui était bue par les élites.

Le seul endroit où du vin a été trouvé dans des récipients à boire fabriqués localement était à l'extérieur de la colonie, près d'un site religieux. Le vin sur ce site peut avoir été donné en offrande religieuse.

La science moderne a-t-elle hérité du snobisme de la Grèce antique ?

On pensait auparavant que les anciens celtes n'étaient pas activement impliqués dans le choix de ce qu'ils rapportaient du monde méditerranéen à leur culture, a déclaré Bettina Arnold de l'Université du Wisconsin-Milwaukee, experte en culture celte qui n'a pas participé à l'étude: "Cela découle d’une manière de voir les choses centrée sur la Méditerranée, selon laquelle les barbares [les anciens celtes] avaient une façon plus primitive de participer à des activités que les grecs considéraient comme essentielles à leur civilisation".

Bien que les anciens celtes avaient une structure sociétale très complexe, ils n'étaient pas encore alphabétisés. Du coup, les scientifiques modernes ont privilégié les points de vue et les observations d'autres sociétés alphabètes de l'âge du bronze, telles que les grecs. "Notre société moderne privilégiera invariablement les documents par rapport à toute autre source de preuve," ajoute Arnold.

Elle ajoute que l'opinion selon laquelle les celtes étaient primitifs provenait de l'écriture d'auteurs grecs célèbres comme Hérodote ou Strabon, auxquels la recherche moderne aurait accordé trop d'importance: "ces gens n'étaient pas ethnographes, ni historiens, au sens où nous l'entendons aujourd'hui". 

Comment s'enivraient les celtes ?

Dans l'ancienne Grèce, l'élite masculine buvait du vin lors des "symposiums", ces rassemblements interdis aux femmes respectables.

Si les élites celtes essayaient d'imiter les grecs, ils auraient dû rejeter la bière et exclure les femmes des festins, dit Stockhammer, "Une des différences majeures en ce qui concerne les fêtes grecques était que les femmes honorables n'avaient jamais la possibilité d'assister à un symposium. Les femmes celtes avaient évidemment le pouvoir d'assister à la plupart des fêtes représentatives".

Et l'attirail de boisson trouvé sur les lieux de sépulture des femmes suggère qu'elles étaient des buveuses aguerries.
L'un des plus grand récipient en bronze utilisé pour mélanger le vin, haut de 1.6 mètre, a été découvert dans la tombe élaborée d'une femme sur ce même site, confirmant que vin et femme allaient ensemble dans cette société.

 

Ce cratère géant en bronze utilisé pour mélangé le vin a été trouvé dans la tombe d'une femme sur le site du Mont Lassois. (Photo - Flickr: Karsten Wentink)

"L’élite celte tenait à boire du vin dans des poteries grecques comme les grecs, mais seulement à l'occasion. Le plus souvent, ils semblent avoir apprécié les bières locales dans les récipients importés, sans tenir compte de ce que les grecs auraient pu penser." ajoute Stockhammer.

Quel goût avaient donc le vin et la bière de cette époque ?

Les anciens celtes avaient une bière très similaire à ce que l'on a de nos jours, d'après le professeur Stockhammer. Cependant, une grande partie de la bière était pauvre en alcool et utilisée pour l'hydratation quotidienne. "Si vous vivez dans une société où vous n’avez pas accès à de l’eau salubre, la meilleure chose à faire est de boire de la bière, qui a un fort impact nutritionnel," explique-t-il, "mais j'imagine que les anciens celtes étaient suffisamment intelligents pour brasser différentes sortes de bières. Nous savons déjà qu'ils utilisaient différents types de céréales. Alors pourquoi ne pas produire différents type de bière ? Une pour faire la fête et une pour le quotidien. En ce qui concerne le vin, nous ne savons pas si les anciens celtes le pimentaient ou le diluaient," dit le professeur Stockhammer, "le vin n'avait pas le goût élégant auquel nous sommes habitués. Mais il avait pour objectif de vous enivrer."

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: