samedi, 26/09/2020
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

10/12/2019 10:02 251
Rating: 0/5 (0 votes)
Les romains étaient parmi les bâtisseurs les plus sophistiqués du monde antique. A travers les siècles, ils ont adopté une palette de plus en plus avancée de matériaux et de technologies pour créer leurs célèbres structures.

Afin de distinguer les périodes au cours desquelles ces améliorations ont eu lieu, historiens et archéologues mesurent généralement les couleurs, les formes et les consistances des briques et du mortier utilisés par les romains. Il s'appuient aussi sur des sources historiques.

 

Maison des vestales vierges (Atrium Vestae), Rome.

Cependant, dans une nouvelle étude publiée dans The European Physical Journal Plus, Francesca Rosi et ses collègues de Conseil de Recherche National Italien ont amélioré ces techniques grâce à l'analyse scientifique des matériaux utilisés pour construire l'Atrium Vestae (maison des vestales) du Forum romain.

Ils ont découvert que des phases successives de modification de la construction révèlent des améliorations avec des matières premières de meilleure qualité, des températures de cuisson des briques plus élevées et de meilleurs rapports entre les matériaux de construction à base de carbonate et de silicate.

Les analyses de l'équipe peuvent apporter d'importants compléments aux techniques actuellement utilisées par les historiens et les archéologues. Cela pourrait également permettre à ces universitaires de mettre un terme aux différends de longue date concernant les périodes de certaines techniques de construction.
Alors que l'Atrium Vestae a été modifié en cinq phases de construction distinctes s'étendant sur plusieurs siècles, l'étude a mis en évidence des améliorations technologiques tout au long de l'époque romaine avec des niveaux de détail sans précédent. 

Les techniques employées par Rosi et ses collègues comprennent la microscopie optique et électronique et la mesure de la diffraction des rayons X à travers les matériaux. Ils ont également déterminé les empreintes moléculaires, ou spectres, des matériaux. Celles-ci sont basées sur les façons caractéristiques dont leurs molécules vibrent lorsqu'elles sont éclairées par un rayonnement électromagnétique d'énergies spécifiques.

À l'aide de ces méthodes, l'équipe a révélé pour la première fois les couleurs, les textures et les compositions chimiques des matériaux de construction romains à des échelles microscopiques, révélant clairement les améliorations technologiques au cours des siècles.

Les conclusions de l'équipe de Rosi démontrent clairement les avantages des méthodes scientifiques pour l'analyse archéologique. Leurs techniques pourraient bientôt être utilisées dans de futures études pour résoudre de nouveaux mystères concernant les technologies utilisées par les civilisations anciennes.


http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/

Shares: