mardi, 15/10/2019
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

28/08/2019 10:42 23
Rating: 0/5 (0 votes)
Des chercheurs ont découvert qu'un tertre funéraire, près de Bordeaux, a été réutilisé pendant près de 2000 ans. Pourtant, ce qui a attiré les gens vers cette butte pendant deux millénaires reste une énigme.

Nommé le Tumulus des Sables, il avait été découvert par hasard en 2006, lorsque des écoliers étaient tombés sur des restes humains dans un jardin d'enfants.

 

Photo: Patrice Courtaud, Université de Bordeaux

Hannah James, doctorante à l'Université Nationale Australienne (ANU), rapporte que l'on avait tout d'abord supposé que le site avait été utilisé uniquement par la Culture Campaniforme, l'une des premières cultures à se répandre en Europe: "Nous savons maintenant que des gens revenaient sur ce site et y enterraient leur corps, et ce, depuis le néolithique jusqu'à l'âge du fer. Nous examinons des restes datant d’environ 3600 ans avant notre ère, jusqu’à environ 1250 ans avant notre ère."

C'est inhabituel, car ce site n'est pas vraiment apparent ni prestigieux.

C'est un tertre d'environ 50cm de profondeur. Ce n'est pas une colline ou un endroit facilement remarquable, il y a donc quelque chose d'autre sur ce site qui a amené les gens à revenir et à l'utiliser.

A l'aide de la datation au radiocarbone et en analysant quatre isotopes différents, l'équipe a pu rassembler plus d'informations sur les individus enterrés en ce lieu. "Le carbone et l'azote nous disent quel type de nourriture ils mangeaient: curieusement, cela provenait des terres. Ils ne semblaient pas chasser ou récolter près de la rivière voisine ou pêcher dans l’océan, situé à 10 km. Cela n'a pas changé au cours du temps"

Les éléments découverts montrent que l'un des individus était né dans un climat beaucoup plus froid, comme la chaîne des Pyrénées. On ne sait pas si cette personne a migré dans la région du Tumulus des Sables ou si son squelette entier, ou une seule dent, a été ramené et déposé là.

Des restes minuscules compliquant l'identification des ossements

D'après James, tous les autres "ont une signature locale. Nous avons trouvé beaucoup de dents de jeunes enfants, ainsi que des dents sans racines complètes, ce qui signifie que la personne est morte pendant son enfance, alors que la dent était encore en formation".

Les archéologues ont aussi trouvé un mélange de métal, de poterie et d'os d'animaux sur le site, ce qui a rendu difficile l'identification des restes humains.

"Tous les restes de squelette sont vraiment mélangés, et nous avons affaire à de minuscules fragments d'os" ajoute James, "nous avons analysé la même dent à chaque fois, pour être sûr que nous avions affaire à des personnes différentes. Mais le nombre réel de personnes enterrées ici pourrait être beaucoup plus important".

https://www.paperblog.fr/

MNHV

Shares: