jeudi, 17/09/2020
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 11:18 784
Rating: 0/5 (0 votes)
Au service du Projet d’établissement d’un village culturel des peuples du Vietnam, le Musée National d’Histoire Vietnamienne a tentrepris l’exploration archéologique au quartier sud du lac Dông Mô (municipalité de Son Tây, Hà Tây). L’exploration fut entreprise sur une large superficie d’environ 500ha, sur la région “semi-montagnarde” en communication avec une partie des provinces de Hà Tây, Hoà Binh, et la basse région de Phu Tho avec des basses collines et des cours d’eau, considéré comme espace de résidence du peuple Muong.

Les résultats recueillis sont remarquables, avec une grande quantité de vestiges de différentes époques le long de l’histoire nationale. A côté de la richesse des vestiges de la préhistoire, l’exploration a aussi découvert des vestiges des époques féodales, dont les plus nombreux sont les tombeaux Muong, datant des 12-13e siècles aux 15-16e siècles, correspondant au temps des Ly, Trân et premiers Lê.

Lea traces des anciens tombeaux Muong sont disséminées sur une large surface dans le quartier sud Dông Mô, ainsi que les anecdotes sur les “ombres” humaines flottantes au quartier de la colline des Faiences, du Bec de Canard, à la crevasse de l’Essence… et des objets d’or pris dans les tombeaux anonymes… par les chercheurs d’antiquités en 1980.


Les résultats de l’exploration ont montré qu’il existe ici une assez grande densité de traces d’anciens tombeaux Muong sur une grande surface, qu’on a recueilli sur la surface des débris de céramique et de faience, laissés là par l’érosion, le labourage et les fouilles furtives. Ces traces sont concentrées surtout dans 5 quartiers de tombeaux répartis au flanc des collines de Faience, à la crevasse de l’Essence, au quartier des produits aquatiques, au quartier du Bec de Canard et au quartier de l’ile Verte. Dans ces lieux, on peut distinguer clairement les traces des anciens tombeaux Muong avec des pierres tombales de dissérentes formes et dimensions, utilisant du grès gris et brun rouge, au grain grossier, mou, facile à tailler, longues de 0,7-0,9m. Spécialement, le tombeau au quartier du Bec de Canard utilise le quartz qui est le matériau trouvé pour la première fois. A côté sont des traces de charbon de bois disséminées sur la surface, ou agglomérées sur les parois des fossés laissés par les chercheurs d’antiquités. Les traces des fouilles furtives laissés par centaines détruisent le site. D’après la population, les fossés profonds et larges sont les tombeaux qui contiennent de nombreux objets précieux, ayant une grande valeur économique comme des tambours de bronze, des jarres de bronze, des jarres de céramique à fleurs, brunes et de grande dimension… par contre les fossés peu profonds sont des tombeaux qui ne contiennent pas d’objets accompagnants, ou dont les objets accompagnant n’ont pas de valeur.

Les plus remarquables sont les “surfaces” de débris de céramique vietnamienne datant des 12-13e aux 15-16e siècles, surtout des bols, assiettes, réservoirs, vases, jarres… avec les émaux blanc ivoire, blanc à fleurs brunes, couleur de jade, et brun avec décoration de chrysanthèmes et de fleurs de lotus, caractéristiques des céramiques émaillées du temps des Ly-Trân, à côté d’une petite quantité de céramiques émaillées blanc dessinées bleues des premiers Lê. On trouve aussi des porcelaines chinoises avec toutes sorte d’émail, depuis des émaux de jade, blanc, à fleurs bleues de qualité supérieure (Long tuyên) et de seconde qualité (des fours de la Chine du sud).


En outre, on trouve des “surfaces” d’écuelles de faience, surtout des écuelles cylindriques, des cages de poulets avec des bords tranchants ou arrondis couleur rose et violet clair, décorés de dessins en touffe combinés avec des vagues d’eau qui sont caractéristiques du temps des Trân et sont répandus dans le site de production de Xom Hông (Hai Duong). La présence d’une grande quantité des céramiques et faiences fait connaître en partie “l’identité” des propriétaires de ces tombeaux, ils sont “riches” ou “pauvres”, ont une position haute ou basse dans la société de ce temps.

L’exploration a montré que le quartier de Dông Mô a une grande densité d’anciens tombeaux Muong. C’est un très grand quartier de tombeaux des Muong depuis le temps des Ly-Trân au temps des premiers Lê. Il est possible que le nom de Dông Mô est une déformation de amas de tombeaux/amas de tombes/champs de tombeaux/champs de tombes. Là, on trouve des tombeaux sérieusement endommagés, mais aussi des tombeaux relativement “intacts” comme le quartier du Bec de Canard. Ici, outre les traces notées ci-dessus, on a trouvé des tombeaux relativement intacts avec des rangées d’écuelles bordant les tombeaux, des tombeaux laissant voir des couches de latérite servant à recouvrir le tombeau. Espérons que dans l’avenir, avec la construction du Village Culturel des Peuples Vietnamiens, ces tombeaux seront préservés et valorisés.

Nguyễn Văn Đoàn

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: