mercredi, 27/10/2021
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

17/12/2020 10:06 562
Rating: 0/5 (0 votes)
Du 9 au 21 juillet 2013, j’ai participé à l’équipe de tournage de la Télévision de Ho Chi Minh-ville sur la souvernaineté maritime et isulaire du Vietnam. Nous sommes venus à des bibliothèques, des musées et des centres archéologiques dans les villes d’Osaka, Sakai, Naha, Fukuoka, Nagasaki, Tokyo, Matsue, etc, au Japon pour filmer des documents, cartes et artefacts liés au processus de l’exploration, de l’exploitation, du défrichement, de l’établissement, de l’exécution de la souveraineté maritime et isulaire du Vietnam, actuellement conservés à ces endroits.

Au cours de ce voyage, nous avons eu l’occasion de visiter le Musée National de Kyushu, dans la ville de Fukuoka, où a organisé avec succès l’exposition intitulée The Great Story of Vietnam (Le Vietnam- une grande histoire) du 16 avril au 9 juin 2013. Il s’agit d’une exposition sur l’histoire et la culture du Vietnam, notamment les relations diplomatiques entre le Vietnam et le Japon aux XVIe et VIIIe siècles, à l’occasion du 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Vietnam et le Japon (1973-2013).

L’exposition a mobilisé des artefacts de nombreux musées, pagodes, temples, centres d’archéologie, bibilothèques, archives, partout au Japon, et de nombreuses images documentaires, inscriptions, estampages des stèles du Vietnam.

Des nombreux collègues japonais ont apprécié que c’est la plus grande exposition sur le Vietnam qu’un musée au Japon a organisé au cours de ces dernières années et c’est une exposition “très intéressante”. Le professeur Shiraishi Masaya de l’Université Waseda a envoyé un e-mail pour me conseiller de venir tôt à Fukuoka, avant juin 2013, pour voir cette exposition. Malheureusement, comme nous ne sommes pas venus au Japon plus tôt, alors, lorsque nous sommes arrivés au Musée National de Kyushu, cette exposition a été terminée. Cependant, M. Fujita Reio, le conservateur du musée nous a fourni des informations en détail sur l’exposition, nous avons reçu le catalogue officiel de l’exposition, et puis avons été autorisés à entrer dans la réserve pour filmer et prendre des photos de documents et d’artefacts sélectionnés pour l’exposition. Et puis, nous avons visité le Musée d’histoire et de culture de Nagasaki et le Centre d’archéologie de la ville de Nagasaki; ce sont les deux adresses qui conservent de nombreux objets et documents sur les relations diplomatiques Vietnam- Japon, dont il y a de nombreux documents et objets utilisés dans l’exposition intitulée «le Vietnam- une grande histoire »

En consultant le catalogue official de l’exposition “le Vietnam- une grande histoire” et voyant les documents et artefacts conservés actuellement au Musée National de Kyushu, au Musée d’Histoire et de Culture de Nagasaki et au Centre d’archéologie de Nagasaki, je m’intéresse particulièrement aux documents et artefacts liés à les relations entre le Đang Trong (le Cochinchine, ou la contrée en dedans) et le Japon pendant les siècles XVI-XVIII. Ces relations ont été représentées par le sujet “un parcours de rêves” dans l’exposition, décrivant le processus de traversée de l’océan des Japonais pour faire du commerce et découvrir l’histoire, la culture des pays voisins, y compris le Vietnam.

Le territoire de Đang Trong était une région où les japonais “frappent à la porte” très tôt et Hoi An, une ville de Quang Nam était “la première porte” qui les ont accueilli. Les traces de ces relations de longue date sont reproduites de manière vivante dans l’exposition “le Vietnam- une grande histoire”. Des dessins, cartes, lettres et artefacts,… liés au processus de découverte du territoire de Đang Trong des japonais et les relations commerciales nippo-vietnamiennes au cours de la période de Shuin-sen, au règne de Shogunat Tokugawa, les échanges dans les lettres entre le pouvoir des seigneurs Nguyen et et le pouvoir des Tokugawa, le marriage du commerçant japonais Araki Sotaro avec une fille du seigneur Nguyen Phuc Nguyen (1563-1635) qui ont été introduits dans l’exposition, à travers de nombreux artefacts et documents historiques, et ont “raconté” aux visiteurs “des histoires intéressantes sur le Vietnam” et les relations Japon- Vietnam au cours des cents dernières années.

Cet article présente des documents et objets exprimant les relations particulières entre le Japon et le territoire de Đang Trong du Vietnam pendant les XVIe-XVIIIe siècles, introduits dans cette exposition. Plusieurs documents et artefacts ont été classés par le Ministère de la Culture et de l’Éducation du Japon comme le Yuzo bunkazai (le bien culturel important du pays). Voici les documents et objets les plus typiques:

- La peinture Annan to kaisen gaku sur bois (68,7 cm x 79,8cm), dessinée par le peintre Hisikawa Magobei en 1647, représente l’image des navires commerciaux japonais de faire du commerce avec le Đang Trong, pendant le XVIIe siècle.

- La peinture Suetsugu sen e ma utsushi sur papier (153cm x 186cm), datée du XIXe siècle, qui représente le navire commercial shuin-sen, et enregistre le nom des 26 marchands venus à Hoi An pour faire du commerce pendant le XVIIe siècle.

- Une collection de 8 cartes dont 6 cartes dessinées par les japonais, pendant les XVIe-XIXe siècles, décrivent l’itinéraire maritime que des navires commerciaux japonais et internationaux venant à faire du commerce avec le Dang Trong aux XVIe-XVIIIe siècles; deux cartes restes dessinées par des néerlandais pendant les années 1598 et 1600, décrivent le réseau martitime reliant l’Europe au Japon et à des ports maritimes en Asie du Sud-Est, dont il y a le Vietnam. Sur ces cartes, se trouvent l’image des deux archipels de Hoang Sa (y compris Truong Sa) situés dans la zone maritime du Vietnam.

- Une collection de 4 shuin-jo (châu ấn trạng) (le laissez-passer), sont les textes délivrés par le pouvoir des Tokugawa pendant les années 1604, 1605 et 1614, pour permettre aux navires commerciaux japonais de faire du commerce avec le Đang Trong, au début du XVIIe siècle.

- Une collection de deux contrats d’achat de marchandises pour des navires marchands, signés par des marchands japonais avec des marchands du territoire de Đang Trong, en 1617 et 1633.

- Une collection de 9 lettres envoyées par des seigneurs Nguyen et des madarins du territoire de Quang Nam au gouvernement Japonais pour réfléter les relations diplomatiques et les échanges commerciaux entre les deux pays. Ces lettres avaient été écrites pendant les années de 1591, 1609, 1610 (2 lettres), 1672 (2 lettres). On y trouve notamment la lettre dipplomatique datée du 14e année du règne de Quang Hung (1951), envoyé par An Nam Quôc Pho Đo Đương Phuc, de famille Nguyen au roi japonais pour proposer au Japon d’établir les relations diplomatiques avec l’Annam (le territoire de Đang Trong). Il s’agit d’un document envoyé au Japon par le pouvoir du territoire de Đang Trong, étant le texte le plus ancien jamais découvert.

- Une liste des cadeaux du pouvoir du territoire de Đang Trong envoyés au pouvoir japonais en 1632.

 

- La peinture Kiyo Suwa Myojin saishiju (1003cm x 36,1cm), datée du XIXe siècle, représente la fête Suwa Myojin à Nagasaki, en l’honneur de la princesse Anio, l’épouse du marchand Araki Sotaro, qui s’est assise dans une chaise à porteurs.

- Un miroir avec cadre en bois (38,6cm x 34,5cm), daté du XVIIe siècle, placé dans une boîte en laque dorée, qui était un souvenir de la princesse Anio, était apporté du Vietnam.
- La collection de 4 lettres datées du XVIIe siècles, ce sont des lettres d’échange entre le Vietnam et le Japon, liées aux activités commerciales de la célèbre famille de l’homme d’affaire Kadoya au Japon à l’époque d’Edo.

- Le livre Annan-ki (23,5cm x 16,5cm), est un document rédigé par la famille Kadoya depuis de nombreuses générations, et révisé par son descendant Kadoya Shichirojiro en 1807. C’est un livre qui enregistrait des affraires commerciales de la famille de Kadoya au territoire de Đang Trong, dont il y a des descriptions sur la vie socio-économique, des coutumes, des vêtements, avec des illustrations très vivantes etc, des populations du territoire Đang Trong, notamment la province de Quang Nam.

- La peinture Thác kiến Quan Âm tượng (peinture de la statue de Bouddha Guanyin), en provenance de la pagode Ngu Hanh Son, à la province de Quang Nam, était offerte par un seigneur Nguyen à un marchand de la famille de Chaya, une célèbre famille marchande du Japon, à l’époque d’Edo, qui faisait du commerce avec le Đang Trong, afin de reconnaître les contributions de cette famille aux relations commerciales entre le Japon avec la dynastie des seigneurs Nguyen. Cette peinture est actuellement pratiquée la culte dans le temple de Jomyo-ji, à la préfecture d’Aichi.

- La peinture de défilement Yonoe maki mono (487cm x 27,5cm) dessinée par le peintre japonais Ogata Tanko, au XIXe siècle, représente deux éléphants qui avaient été achetés à Quang Nam par le Général Tokugawa Yoshimune (1684 - 1751), et cette peinture était amenée au Japon en 1728 et puis introduite dans le palais royal Kyoto pour dédier à l’empereur Nakamikado (1701 - 1737) et à l’empereur Reigen (1654 - 1732) en 1729.

- La peinture de défilement Chaya Shinroku Kochi toko zukan (500cm x 16,5cm), dessinée au XVIIe siècle, représente l’itinéraire de navigation des navires marchands de la famille Chaya, de Nagasaki à Giao Chi (c’est-à-dire le territoire de Đang Trong) pour faire du commerce.

- La peinture de défilement Shuin-sen Kochi toko zukan, 11m de long, dessinée vers la fin du XVIIIe siècle- au début du XVIIIe siècle. Cette peinture représente une itinéraire de navigation des navires marchands japonais pour faire du commerce avec le territoire de Đang Trong, en partant du port de Nagasaki, en traversant la mer, en passant par Cu Lao Cham, en entrant au port commercial de Hoi An pour faire du commerce, et puis venant à la citadelle royale de Phu Xuan pour rencontrer le seigneur Nguyen et lui dédier des cadeaux.

Des érudits japonais tels que le professeur Kikuchi Seichi, le docteur Abe Yuriko, etc, ont minutieusement étudié ces peintures de défilement, ils ont comparé les images dans les peintures avec celles sur le terrain au Japon et au Vietnam. Depuis lors, ils ont identifié la position du port de Nagasaki, des estuaires sur l'île de Kyushu, des îles dans la mer Orientale et à Cu Lao Cham, l’estuaire de Hoi An, la rue des japonais, la rue des chinois, des anciens comptoirs commerciaux à Hoi An, l’estuaire de Thuan An, la citadelle royale de Phu Xuan, etc. En particulier, les images de la vie quotidienne des habitants et d’étrangers à Hoi An, des bureaux à Quang Nam représentées sur les deux peintures qui ont révélé des informations intéressantes sur la vie socio-économique à Hoi An aux XVIIe-XVIIIe siècles, et ont permis d’identifier les traces de la citadelle de Quang Nam sur le terrain.

L’exposition présente encore des copies de lettres du mandarin Teijun Shigen à l’époque d’Edo, envoyées aux mandarins du territoire de Đang Trong pour échanger des informations sur les relations diplomatiques et commerciales entre les deux pays. En outre, l’exposition a également présenté les inscriptions des stèles Phổ Đà sơn linh trung Phật et Trùng tu Lai Viễn kiều ky, qui sont les deux stèles importants du territoire de Quang liés aux relations Vietnam-Japon du XVIe au XVIIIe siècle. De nombreux objets en céramique du Japon et du Vietnam, qui étaient des marchandises échangés entre les deux pays, découvertes au Japon et au Vietnam, sont également introduits dans cette exposition, contribuant à “raconter” davantage aux visiteurs des histoires intéressantes sur le processus d’échanges commerciaux entre les deux pays dans l’histoire.

Je suis particulièrement impressionné par les objets et peintures liés à la princesse Anio, c’est peut-être la première femme vietnamienne à devenir l’épouse du territoire de Phu Tang. Pendant que les sources historiques vietnamiennes n’avaient pas presque abordé ce personnage, mais, son origine, son identité et son image étaient présentés dans de nombreuses de sources historiques du Japon. Au temps où elle vivait au Japon, elle avait reçu la confiance et le respect de la population locale. Après sa mort, les habitants avaient construit un temple pour la pratiquer le culte, et chaque année les japonais organisent la fête de Suwa Myojin à Nagasaki afin de la honorer et se souvenir d’elle. Un registre généalogique de la famille d’Araki qui a été également introduit dans l’exposition, a enregistré la vie et l’oeuvre du marchand Araki Sotaro et ses contributions à la construction d’une relation amicale entre le Japon et le territoire de Đang Trong, ainsi que les bons sentiments que les japonais ont destinés à son épouse vietnamien après son arrivée au Japon.

En 2013, Le Japon et le Vietnam ont officiellement célébré le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques. Mais en fait, les relations entre le Japon et le Vietnam avaient commencé il y a 400 ans et étaient consolidées par les générations précédentes. Les documents et objets présentés dans l’exposition “le Vietnam- une grande histoire” au Musée National de Kyushu sont les preuves réelles de cette relation amicale.

Tran Duc Anh Son (texte)

MNHV

Shares:

Others

À partir des travaux de conservation à l’éducation au musée

À partir des travaux de conservation à l’éducation au musée

  • 17/10/2019 14:02
  • 931

Le musée est une agence d’éducation publique, un lieu qui préserve les valeurs de l’histoire et de la culture traditionnelle de chaque nation, et une destination fréquente du public lorsqu’il souhaite se renseigner et découvrir des connaissances sur les domaines de l’histoire et de la culture et admirer le patrimoine. Actuellement, le musée est non seulement un lieu d’exposition des objets, mais il est également un lieu privilégié où le public peut y avoir des interactions, faire l’expérience et découvrir directement des artefacts et des travaux spécifiques du musée. En conséquence, les activités éducatives du musée ont progressivement rénovées pour relier les artefacts au public, relier les travaux d’exposition, de collecte, de conservation d’objets, de gestion avec l’éducation et le public.