vendredi, 06/12/2019
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

18/03/2019 16:09 572
Rating: 0/5 (0 votes)
Jusqu’à présent, le gouvernement vietnamien a autorisé à mener des fouilles archéologiques pour les septs anciens navires naufragés dans la zone maritime du Vietnam. De l’excavation du premier ancien navire de Hon Cau à la coordonnée X en 1990, jusqu’à celle de l’ancien navire de Binh Chau en 2013, ont apporté une énorme quantité d’objets, principalement de céramiques chinoises, vietnamiennes et thaïlandes, avec de nombreux types et en autres matériaux tels que le bois, le métal, les os, etc.

En 1992, après plus de 3 saisons d’excavation, on a découvert un ancien navire sombré au fond de la mer, enfoui sous 0,6 et 1 metrès de sable, sous le profondeur de 40 mètres par rapport à la surface de la mer. Ce navire a une longueur de 32,71 mètres et une largeur de 9 mètres. Les scientifiques ont déterminé qu’il avait sombré en 1690. Plus de 60.000 artefacts ainsi que ce navire ont été retiré du fond de la mer.

En 1991, des excavations d’un ancien navire de 30 mètres de long et de 7 mètres de large qui ont effectuées dans la zone maritime de Hon Dam (Kien Giang) à une profondeur de 17 mètres, ont apporté plus de 10.000 artefacts, principalement des céramiques céladon en provenance de Thaïlaide avec beaucoup de nuances différentes.

Au cours de la période 1997-2000, le gouvernement a autorisé à organiser des fouilles archéologiques à l’ancien navire de Cu Lao Cham (province de Quang Nam). Ce navire est situé à une profondeur de 72m, 29,4 m de long et 7,2m de large. Les chercheurs ont remonté plus de 240.000 d’artefacts. Le Musée d’Histoire du Vietnam (MNHV) a reçu plus 789 objets uniques, y compris des objets et de matériels de l’équipage comme des céramiques chinoises et thailandaises, d’autres objets en métal tels que des pots, casseroles, tasses, pièces de cuivre, bagues en or, etc. Le musée a également reçu plus 4300 objets parmi 10% objets divisés aux musées, ces objets sont identifiés comme céramiques vietnamiennes datant du 15e siècle.

Au même moment de la fouille de l’ancien navire de Cu Lao Cham, en 1998-1999, les chercheurs ont mené des fouilles archéologiques à l’ancien navire de Ca Mau. Ce navire est immergé à une profondeur de 36m, 24m de long et 8m de large. Les marchandises dans ce navire sont des céramiques chinoises. Les chercheurs ont également trouvé des matériels de l’équipage comme des casseroles en fonte, lampes, pots, boîtes, serrures en laiton, sceaux et pierre à encre, etc.

L’ancien navire de Binh Thuan a été autorisé par le gouvernement à mener des fouilles en 2001-2002. Ce navire mesure 23,4 m de long sur 7,2 m de large, et il est immergé à une profondeur de 39 à 40 m. Lors de ces fouilles archéologiques, les chercheurs ont remonté plus 60.000 objets à la surface, ce sont des céramiques chinoises datant de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Le Musée d’Histoire du Vietnam a reçu une collection de 246 objets.

En 2013, le premier épave de navire à Binh Chau a été remonté (datant de 500 à 700 ans), accompagné de près de 4.000 objets en porcelaine datant de l’époque des Ming et des Qing.

Avec 6 anciens navires excavés, le Musée National d’Histoire du Vietnam est l’un des musées qui a reçu des collections d’artefacts précieux, mais pose également un défi majeur en matière de conservation de ces collections. La plupart des objets trouvés à partir des épaves de navires conservés au Musée National d’Histoire du Vietnam sont des artefacts en céramique. Par conséquent, dans le cadre de cet article, nous ne abordons que la conservation des artefacts en céramique découverts aux fouilles archéologiques sous-marines.

 

Sel cristallisé sur un artefact en céramique

La collection d’objets en céramique trouvés aux fouilles archéologiques sous-marines conservée au Musée National d’Histoire du Vietnam comprend de nombreux types et divers origines, donc, l’état de ces objets est également différente. La collection de porcelaines chinoises est pour la plupart en bon état, l’émail est assez stable. Cependant, la collection de céramiques vietnamiennes, en particulier, l’état de la collection de céramiques de Cu Lao Cham est instable, les traces restantes de la peinture colorée sur l’émail peuvent s’être décollées si elles sont légèrement touchées, la couche d’émail est craquelée et s’est décollée de plus en plus, des taches apparues sur la surface de céramique masquent les motifs décoratifs. Cet état est due à la différente technique et à différents niveaux traitement de poterie comme le température de la cuisson, le type de sol pour fabriquer de la céramique, la technique d’émaillage, matériaux et techniques de coloration, etc.

 

La couche d’émail sur l’objet en céramique est endommagée

La cause principale des problèmes mentionnés ci-dessus est due à la grande quantité de sel de la mer qui a envahi et resté dans les artefacts. Bien que des artefacts sont immergés dans l’eau douce lorsqu’ils sont remonté à la surface pour éliminer les dépôts de sel, mais à cause des raisons subjectives et objectives, le processus de traitement du sel n’est pas encore complet, il reste encore une grande quantité de sel dans la poterie avant que les artefacts soient séchés. Lorsque les artefacts sont secs, l’eau évaporée laisse du sel sous forme de cristaux à l’intérieur des artefacts, ce qui provoque des fissures et ruptures et d’autres effets négatives sur les artefacts. L’élimination du sel est un processus particulièrement important pour la collection de céramiques trouvées aux fouilles archéologiques sous-marines. Par conséquent, afin de conserver les artefacts pendant une longue période, nous avons d’abord sommes procédé à l’élimination du sel pour les artefacts.

 

 
L’artefact avant et après la conservation

L’élimination du sel dans la poterie est souvent basée sur la diffusion du sel dans l’eau utilisé pour le lavage des artefacts. Il existe quelques méthodes différentes dans l’élimination des dépôts du sel. En fonction de l’état des artefacts pour que nous pouvons choisir une méthode convenable. Pour la collection d’objets en céramique trouvés aux fouilles archéologiques sous-marines conservée au MNHV, nous avons sélectionné la méthode de nettoyage statique: Placer l’artefacts immergé dans l’eau distillée, l’immerger et remplacer périodiquement de l’eau distillée. Utiliser du nitrate d’argent pour vérifier l’eau jusqu’à l’eau n’ait plus de chlorure pour terminer le traitement du sel. Retirer doucement l’artefact et le sécher.

 

Tester le chlorure dans l’eau utilisé pour immerger les artefacts

Cependant, comme mentionné ci-desssus, en raison des traces de couleur sur de nombreux artefacts, la couleur de laque est facile à s’est décollée, ce qui risque de la perdre dans le processus de l’élimination du sel. Alors, pour ces artefacts, nous renforçons ces traces de couleur avant d’effectuer le processus de l’élimination du sel. Vous trouverez ci-dessous le résumé du processus de conservation de la collection de céramiques trouvées aux fouilles archéologiques sous-marines réalisé par le Musée National d’Histoire du Vietnam.

- Nettoyer des taches sur la surface: test de la solubilité de la couche de peinture sur l’émail, vérification de la durabilité de la couche émaillée pour choisir la méthode de nettoyage appropriée pour chaque objet.

- Renforcer les couches de peinture colorées sur émail.

- Immerger les artefact pour éliminer le dépôts de sel.

- Stabiliser la surface, renforcer la couche de peinture sur émail

- Documenter le processus de conservation: prendre des photos et noter l’ensemble du processus de conservation.

 

Le conservateur renforce la couche de décoration de couleur avant d’immerger l’objet en céramique trouvé aux fouilles archéologiques sous-marines pour éliminer du sel.

Après avoir terminé le processus de l’élimination du sel, l’artefact est conservé dans la réserve du musée (avec l’humidité relative (RH) 50 ÷ 60%; température (T): en été 22 ÷ 260C; en hiver: 18 - 220C et ce ne peut être changé à plus de 5% de RH et à 4° C en 24 heures).

Jusqu’à présent, la collection d’objets en céramique trouvés aux fouilles archéologiques sous-marines conservée au MNHV a réussi à éliminer les dépôts de sel pour bien répondre à la recherche, à l’exposition et à la promotion de la valeur.

En 2018, pour la première fois, le gouvernement vietnamien, le Ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme ont confié au MNHV la mission de présider l’excavation d’un ancien épave de navire, le 7ème navire sombré au large de Dung Quat, Quang Ngai, Vietnam. C’est une grande responsabilité qui reflète la conviction des dirigeants envers le Musée National d’Histoire du Vietnam. Afin d’éviter des risques et des dommages inutiles comme avant, nous avons concentré tous nos efforts sur la construction du processus de l’élimination du sel pour les artefacts après que les artefacts sont remontées à la surface. Parallèlement, avec les conseils des experts coréens, nous préparons également des plans pour traiter d’autres matériaux lors du chantier d’excavation, comme le corp du navire en bois- un nouveau travail très difficile nécessite beaucoups de connaissances, de temps et de fiancement.

Mme. Nguyen Thi Huong Thom (responsable du Bureau de la Conservation, du MNHV)

MNHV

Shares:

Others

Les bijoux des anciens.

Les bijoux des anciens.

  • 24/09/2018 14:57
  • 825

Dans le processus historique de la nation, il existe des trois cultures archéologiques considérées comme les trois berceaux de la civilisation ancienne sur le territoire du Vietnam. Ce sont la culture de Dong Son (VIIe siècle avant JC- Ier siècle après JC), la culture de Sa Huynh (Xe siècle JC- la fin du IIe siècle après JC) et la culture d’Oc Eo (Ier- la fin du IIe siècle après JC). Ces trois cultures archéologiques ont créé un “triangle culturel” dans le début de l’histoire de la nation vietnamienne. Les propriétaires de ces trois cultures ont créé les brillantes réalisations dans les domaines comme l’agriculture, la pêche, la production de sel, la fonte du bronze, la production d’objets en céramique et en verre, la fabrication des bijoux, ainsi que les coutumes et croyances originals et mystérieux, attirant des archéologues dans le pays et à l’étranger, à étudier et à explorer depuis plus d’un siècle.