mardi, 12/11/2019
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

09/07/2018 00:00 672
Rating: 0/5 (0 votes)
En octobre 2016, à l’invitation de l’institut coréen, le Musée National d’Histoire du Vietnam (MNHV) a envoyé des cadres pour assiter au programme du 40e anniversaire de la fouille de l’ancien bateau naufragé Shinan- le premier bateau naufragé fouillé directement par des archéologues coréens, a commencé à l’étude en archéologie sous-marine de la Corée du Sud. À travers ce programme, les cadres du MNHV trouvent la formation et le développement de la branche de l’archéologie sous-marine de la Corée du Sud, ainsi que la manière de faire et l’étude du patrimoine culturel subaquatique en particulier, et la gestion de la culture en général en Corée du Sud. Depuis lors, il y a des appréciations sur l’état actuel de l’archéologie sous-marine au Vietnam.
  1. La formation de la branche de l’archéologie subaquatique en Corée du Sud

Par rapport aux pays occidentaux, la branche de l’archéologie subaquatique en Corée du Sud est formée relativement tard, à partir des années 70 du siècle dernier. Cependant, grâce à l’attention et l’investissement de l'Etat ainsi que l’attention de la communauté scientifique dans le monde entier, l’archéologie subaquatique en Corée du Sud a constaté un développement très rapide.

Images sur l’excavation du vavire naufragé Shinan en 1976

(Source: l’Institut national de Recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud).

En 1975, dans la région maritime de Shinan, en Corée du Sud, on a découvert de nombreux traces d’un navire naufragé, batipsé le shinan, c’est le nom de la zone maritime où découvert ce navire, et puis on a commencé à mener des excavations de ce navire. Cet événement a marqué les premiers pas en archéologie sous-marine en Coréen du Sud. En 1981, la Corée du Sud a fondé l’Institut de Traitement et de Conservation du patrimoine culturel, du Service de Gestion de la culture coréenne, à Mokpo, province de Jeolla Nam.

Le processus d’excavation du navire naufragé de Shinan s’est déroulé en sept ans. Les archéologues ont récupéré un nombre d’antiquités en bon état de conservation, parmi les quels il y a plus de 26.000 objets en céramique datant de la dynastie des Yuan (Chine), plus de 800 pièces de monnaies chinoises, plus de 1.000 pièces de bois Tử Đàn đỏ (un type de bois rouge). Les travaux de fouilles archéologiques sous-marines dans la région maritime de Shinan appartiennent au premier projet d’excavation sous-marine en Corée du Sud.

L’exposition des objets du navire naufragé de Shinan au Musée National de Gwangju, en Corée du Sud, en 2016.

Le Shinan est un grand navire datant de la dynastie des Yuan (Chine), qui a réalisé sa tâche de transporter des marchandises du port de Ningbo vers le Japon. Par conséquent, l’étude et les fouilles de ce navire ont reçu l’attention particulière et la coopération étroite de la Chine, du Japon, ainsi que de la communauté internationale, en particulier la Chine. Avant l’établissement des relations dipplomatiques entre la Chine et la Corée du Sud en 1992, ces deux pays ont eu des échanges dans le domaine du patrimoine maritime. En 2010, à l'invitation de l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud, le Centre d’étude archéologique sous marine, le Musée national de Chine coorganise un colloque sur le thème “L'état de l’étude archéologique sous-marine de la Chine et de la Corée du Sud”, les deux pays ont élargi les échanges entre des organisations professionnelles sur la protection du patrimoine culturel subaquatique. Depuis lors, le Musée national de Chine, le Centre d’étude archéologique sous marine de la Chine, l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud ont signé un mémorandum sur les échanges et la coopération principales. Jusqu'à présent, les deux parties ont organisé quatre conférences sur le patrimoine culturel subaquatique en 2011, 2013, 2014 et 2015.

Plan de la voie maritime du navrie de Shinan

(source: L’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud)

  1. Perfectionner la structure organisationnelle et professionnelle sur le patrimoine culturel maritime.

En 1994, l’Institut de Traitement et de Conservation du Patrimoine culturel rebaptisé l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud, sous la gestion du Service de la Culture de la Corée du Sud, est chargé de l’organisation des activités de recherche et de préservation du patrimoine culturel subaquatique en Corée du Sud, ainsi qu’il a fondé un musée maritime. Outre l’exploration et les fouilles du patrimoine culturel sous-marin, cet organe qui a également effectué les travaux de restauration d’anciens navires naufragés et des types de navires traditionnels de la Corée du Sud, a géré la collecte des patrimoines culturels liés à la mer, a préservé des objets en bois et a étudié l’histoire des échanges commerciaux maritimes et des activités d’échanges internationaux en général.

Dans le première étape, les fouilles archéologiques subaquatiques en Corée du Sud ont été menées en collaboration avec la marine. Depuis 2002, l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud a mené des fouilles de façon indépendante. Par ailleurs, l'Institut coréen a été également équipé deux bateaux pour servir aux travaux en archéologie sous-marine et a fondé le Bureau de Conservation du vesige à Taean.

Le siège de l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud

L’Institut coréen est chargé des travaux associés au patrimoine culturel maritime, aux enquêtes, fouilles, conservation, recherche et exposition. Actuellement, l’Institut coréen a 110 employés, y compris des employés administratifs, l’équipe archéologique sous-marin, des chercheurs, des conservateurs, des ingénieurs en technologie, des gestionnaires du musée et des gestionnaires pour les navires naufragés excavés et l’équipage.

  1. Les activités d’exploration et d’excavation.

Jusqu’à présent, la Corée du Sud a effectué de nombreuses explorations et fouilles archéologiques subaquatiques. Au total, il y a 24 projets et on a découvert 14 navires naufragés.

Le projet d’excavation du navire de Shinan est le premier projet mené au cours de 1975 à 1981. C’est un navire datant de la dynastie de Yuan (Chine, au 14e siècle), à 34m de longueur, à 11m de largeur et à 4 m de hauteur. Shinan est aussi le plus grand navire naufragé excavé en Corée du Sud.

L’excavtion du deuxième navire naufragé est effectuée pendant deux ans (1983-1984), pour l’ancien navire naufragé de Wando (en île Yaksando, province de Jeolla du Sud) remontant au milieu du XIe siècle, les archéologues ont trouvé plus 30.000 objets en céramique. Ce navire mesure 10m de longueur et 3,5m de largeur. C’est le plus ancien navire coréen découvert en Corée du Sud.

La restauration du navire de Shinan

En 1992, à Jindo (province du Jeolla du Sud), un navire naufragé de 19m de longueur, et de 2, 34 m de largeur est excavé. Il s’agit d’une grande piroque monoxyle datant de la dynastie des Yuan (Chine), au XIIIe siècle. Selon des chercheurs coréens, cette région maritime pourrait avoir des traces d’autres bateaux naufragés, donc, le projet d’exploration de cette région maritime est en cours d’exécution.

Le navire naufragé de Wando (source: http://www.seamuse.go.kr)

En 1995, à l'île de Dalido (Mokpo), un navire de 10 m de long, 2,7 m de large, datant de la dynastie des Goryeo (Corée du Sud), aux 13e-14e siècles, a été excavé et on a ramassé plus de 600 objets en céramique émaillée céladon dans ce navire

Le navire de Jindo (source: http://www.seamuse.go.kr)

Le navire de Dalido (source: http://www.seamuse.go.kr)

Pendant la période 2003-2004, dans la région martitime près de l'île Sibidongpado (Gunsan, province de Jeolla du Sud), un navire datant de la dynastie des Goryeo (Corée du Sud), aux XIe- XIIe siècles, a été excavé et on a ramassé plus 6.000 objets en céramique émaillée céladon. Ce navire mesure 7m de longueur et 2,5 m de largeur.

Le navire de Sibidongpado (source: http://www.seamuse.go.kr)

En 2005, à l'île d'Anjwado, dans la zone maritime de Shinan (province de Jeolla du Sud), le navire naufragé a été excavé. Ce navire mesure 14,7 m de longueur, 4,53m de largeur, 1,4 m de hauteur. C’est un navire de la dynastie des Goryeo (Corée du Sud), à la fin du XIVe siècle.

En 2006, le navire de Daebudo a été excavé sur l'île de Daebudo Ansan, province de Gyeonggi Jeolla). C’est en fait une petite barque, 6,62m de longueur, 1,4 m de largeur, datant de la dynastie des Goryeo (Corée du Sud), aux XIIe-XIIIe siècles.

Le bateau d’Anjiwado (source: http://www.seamuse.go.kr).

La barque de Daebudo (source: http://www.seamuse.go.kr).

Le navire de Taean a été excavé pendant la période 2009-2010, dans la zone maritime de Taean (province de Chungcheong), de la dynastie des Goryeo (Corée du Sud), au XIIe siècle. On a trouvé plus 3.000 objets en céladon. Ce navire mesure 8,21m de longueur, 1,5m de largeur. Durant ces deux années, à l’ l'île de Mado (la mer de Taean), le navire de Mado 4 a été excavé en parallèle avec le navire en dessus. Ce navire qui date da la dynastie des Goryeo, au XIIIe siècle, mesure 10,8 m de longueur, 3,7m de largeur.

Récemment, les archéologues ont mené à excaver trois navires naufragés de Mado (n01,2 et 3) et ont récupéré plus de 3.000 objets, ce sont les anciens navires datant de la dynastie des Goryeo de la Corée du Sud, au XIIIe siècle. Actuellement, les travaux d’enquête et d’excavation de ces bateaux sont en cours d’exécution.

Le navire de Mado 4 est immergé pour le conserver (source: http://www.seamuse.go.kr)

Ainsi, il y a eu 9 navires naufragés en Corée du Sud excavés par l’Institut national de rechercher sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud. Le navire de Shinan est le premier navire et aussi le plus grand navire naufragé. Les navires sont d’origine chinoise et coréenne. Et la position des navires naufragés se trouve dans la zone maritime de l’Est et du Sud-ouest de la Corée du Sud.

Le plan de la position des navires naufragés excavés en Corée du Sud

Les navires naufragés après être récupérés sont soigneusement manipulés et conservés. Typiquement, le processus d’étude, d’excavation et de conservation de l’ancien navire naufragé de Shinan. En 1981, après l’excavation du navire, le processus de dessalement a duré pendant 14 ans, jusqu’à 1994, des objets du navire sont exposés. De 1994 à 2004, le navire a été reconstruit et présenté au public. Pendant 20 ans (1994-2004) les chercheurs ont toujours effectué les travaux de conservation du navire.

  1. les travaux de présentation au public.

Les travaux d’étude et de préservation du patrimoine culturel subaquatique de la Corée du Sud s’intéressent particulièrement à l’exposition et la présentation au public. La salle d’exposition de l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud est le centre de toute la structure organisationnelle. Ici, les types de bateaux traditionnels, de navires naufragés et des reliques recupérées, des documents liés à la mer et à la vie et la culture des pêcheurs côtiers sont exposés de manière systématique. En outre, certains musées comme le Musée du Céladon de Gangjin, le Musée nation du palais de Corée, le Musée national de Corée se concentrent également sur l’exposition des objets en céladon et des sites d’anciens fours de la Corée du Sud et des patrimoines culturels maritimes.

L’exposition du patrimoine culturel maritime à l’Institut de recherche sur le Patrimoine culturel maritime de la Corée du Sud.

  1. Des navires utilisés pour les fouilles archéologiques.

Pour mieux déployer les travaux d’archéologie sous-marine, la Corée du Sud a également équipé des bateaux spécialisés pour les excavations sous-marines.

Avant 2002, des fouilles archéologiques sous-marines étaient menées avec l'aide de la marine, des équipements des navires de la marine.

Avant d'être équipé du bateau de Nurian, l’institut coréen a également un bateau baptisé le Kayang, mais ce n’était pas un bateau spécialisé de la branche de l’archéologie sous-marine.

En 2012, l’Institut coréen a été équipé d’un premier bateau spécialisé, baptisée le Nurian. Le corp du bateau mesure 34,6 m de longueur, pèse 290 tonnes, ce bateau peut transporter 600 tonnes.

Le bateau de Nurian utilisé à l’excavation sous-marine

Outre le bateau de Nurian, l’Institut coréen a également un bateau d’exploration baptisé le Seamuse. Le bateau de 18m de long, pesant 18 tonnes, est chargé d’explorer et de sonder les sites avec des traces des naufrages dans les régions maritimes.

L’archéologie sous-marine du Vietnam a commencé depuis 1990 par la fouille d’ancien navire de Hon Cau dans la province de Ba Ria- Vung Tau. Au cours des 20 dernières années, nous avons fouillé 6 bateaux naufragés: Hon Cau (1990-1991), Hon Dam (1991), Cu Lao Cham (1997-1999), Ca Mau (1998-1999), Binh Thuan (2001-2002), Binh Chau (2013), mais ces fouilles sont effectuées principalement par de plongeurs dans le pays et à l’étranger, sans la participation des archéologues sous-marins avec des équipements spécialisés et de compétences en matière de fouille archéologique sous-marine.

Selon les experts archéologiques, à présent, dans la région maritime du Vietnam, il y a environ 40 navires naufragés qu’on peut recupérér et excaver. Dans les rivières du Vietnam, on estime qu’il y a des milliers de épaves naufragés. Actuellement, le Musée National d’Histoire du Vietnam se prépare à excaver un navire naufragé dans la région maritime de Dung Quat (province de Quang Ngai). Espérons que ce sera le premier navire naufragé qui est excavé avec succès par des archéologues dans le pays.

Chu Manh Quyen (texte)

Nguyen Thuy (traduction)

MNHV

Shares: