jeudi, 05/12/2019
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

23/01/2015 08:57 1250
Rating: 0/5 (0 votes)
1. Le Musée de Louis Finot- le plus grand musée en Indochine

Dans le discours d’inauguration du Musée de Sai Gon, le 1 janvier 1929, M. Louis Finot (en ce temps-là, le directeur de l’École français d’Extrême Orient) a dit: « Peut-être, certaines personnes se demanderont: quels sont les intérêts du musée ?. Nous répondrons que les intérêts du musée sont exprimés à trois aspects: sciences, éducation et tourisme».

L’arrivée des Français au Vietnam au 19ème siècle a marqué de son empreinte le paysage architectural hanoien en se fondant progressivement et harmonieusement aux valeurs traditionnelles du Vietnam. Les bâtiments officiels qui étaient destinés à la puissance coloniale ont été conçus, par des architectes français, dans des styles variés mais principalement néoclassique. A la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, les ingénieurs français ont importé un modèle d'urbanisation en damier. les Français ont fait construire à Hanoï la gare, la poste, la cathédrale, le grand opéra, l’hôtel, le parc, la fontaine, en particuler les musées. Ils ont utilisé des techniques avancées et ont fait venir des matériaux nouveaux pour l’époque qui ont métamorphosé la physionomie de Hanoi, créant un style unique qui n’existait pas en Asie du Sud-Est, voire même dans toute l’Asie.

Parlant de la naissance des musées au Vietnam, le nom de l’École française d'Extrême-Orient (EFEO) n’est pas inconnu. Jusqu’au départ d’Indochine, l’EFEO a fondé en Indochine les huits musées, dont au Vietnam, il ya des 5 musées construits et chacun apporte une caractéristique particulière.

Dans le cadre de ce texte, l’auteur présente aux lecteurs les trois musées construits par les français dans trois régions: Nord, Centre et Sud du Vietnam. Ce sont une partie du Musée National d’Histoire du Vietnam, à Hanoi- le Musée de Sculpture Cham, à Da Nang- le Musée d’Histoire du Vietnam, à Ho Chi Minh-ville).

En 1902, le centre administratif déplacé de Sai Gon à Hanoi, Hanoi est devenue la capitale de la Fédération de l’Indochine, est construit et planifié par les français. Étant le plus grand centre administratif de l’Indochine à ce moment-là. C’est pourquoi, Hanoi est choisi comme une lieu pour construire un musée de grande envergure en Indochine. Le plan de construction du Musée de l’École française d’Extrême Orient est approuvé par le grouveneur général de l’Indochine, en 1925, sur une superficie de 1.835m2, et remis à l’entrepreneur Aviat, mais en raison de difficultés, ce contrat de construction n’a pas été exécuté. Et ensuite, l’exécution des travaux est remise à l’autre entrepreneur Trinh Quy Khang en 1929 et cet entrepreneur a achevé la construction de l’édifice en 1932.

Dessin de la façade ouest du Musée Louis Finot, réalisé par l’architecte Charles Batteur, membre de l’École française d’Extrême Orient, en 1925.

Le Musée Louis Finot dressé en 1925 par les architectes C.Batteur et E.Hébrard, a été construit sur le terrain situé derrière l’Opéra. Ce bâtiment repart le long du bord de la Fleuve Rouge et au point fini de la rue de Quai Guillemoto (la rue de Tran Quang Khai actuelle), un emplacement peut créer un point marquant architectural pour la ligne au bord de la digue.

Le point marquant du bâtiment constitue l’association harmonieuse entre les deux styles architecturals de l’Asie-Europe. Une des bâtiments culturels le plus typiques, grand représentant du style architectural indochinois, est subtilement associée les valeurs de l’architecture française et l’architecture indigène.

Mais, non seulement on se concentrait sur l’apparence du bâtiment, les Français s’intéressent également les éléments fonctionnels pour s’accorder avec la fonction d’utilisation. La plate-forme du musée est dressé selon les exigences de l’espace architecturale de l’exposition, alors, construite sur la base du grand espace d’ouverture. L’espace de la grande salle en forme octogonale avec une taille de chaque grande côté de 11m de longueur; l’espace d’exposition principale situé juste en l’arrière de la grande salle, est en forme rectangulaire et organisé sous la forme des sections consécutives, ses transitions se tiennent ingénieusement. Il ya également des espaces d’exposition thématique situés à deux côtés de la grande salle, formant l’ensemble spacieux d’exposition.

Au-dessous de l’étage d’exposition est un rez de chaussée de 2,5 de hauteur, qui est utilisé comme un lieu de restauration, de réserve, et considéré un espace de séparation de l’humidité qui apporte le sec pour l’espace d’exposition au-dessus.

L’actuel bâtiment du Musée National d’Histoire du Vietnam

Ce bâtiment est construit pour conserver et exposer des oeuvres de l’École française d’Extrême Orient, une institution culturelle française dont son siège est présent au Vietnam et aux pays d’Asie du Sud-Est. Dans la forme de collection des artefacts de différentes cultures, les français ont présenté des collections d’oeuvres artistiques des pays, avec une très grand nombre, comme la Chine, le Myanmar, la Thaïlande, le Japon, le Laos, le Cambodge, etc.

En 1954, la résistance contre les colonialistes français s’est terminée avec une grande victoire, les régions du Nord sont complètement libérées. Le 22 avril 1958, le gouvernement de la République Démocratique du Vietnam a pris en charge la gestion du Musée Louis Finot, et puis il a fait avancer les travaux de recherche, de collectage, d’exposition et ensuite, converti d’un musée artistique au Musée d’Histoire du Vietnam.

Après avoir reçu des établissements dont les français ont remis, le Ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme du Vietnam a dirigé de rénover le système d’exposition du Musée d’Histoire du Vietnam. Cependant, ce travail a rencontré de nombreuses difficultés, par exemple, pour réaliser la construction du système d’exposition d’un musée, il faut un processus de préparation minutieuse et à long terme, des oeuvres complètes pour répondre aux questions de fonctions et de tâches d’un musée. Malgré un volume massif des oeuvres est reçue des français, mais la plupart des oeuvres appartient à des collections artistiques des pays d’Asie du Sud-Est. Les objets de la culture indigène occupe également en petite quantité, parmi lesquels, on doit mentionner des oeuvres confondues, des dossiers perdus.

Malgré les difficultés rencontrées, mais avec l’aide des scientifiques, des organes dans le pays et un grand public qui aiment l’histoire nationale, souhaitent faire revivre la tradition de l’histoire nationale. Grâce à ces efforts et ces contributions, après 5 mois, le 3 septembre 1958, le Musée National d’Histoire du Vietnam a été ouvert au public.

(encore)

Thu Nhuan (texte)

Nguyen Thuy (traduction)

Musée National d'Histoire du Vietnam

Shares:

Others

Conservation des oeuvres de bronze de Dong Son au Musée National d’Histoire du Vienam.

Conservation des oeuvres de bronze de Dong Son au Musée National d’Histoire du Vienam.

  • 18/12/2014 11:56
  • 918

La culture de Dong Son est une culture archéologique célèbre, ayant une position et un rôle particulier important dans l’histoire et la culture nationale. La culture de Dong Son est connue grâce au développement brillant des collections de bronzes extrêmes riches en quantité et varitété de formes, elle obtenait un niveau élevé sur la technique de fabrication et l’art esthétique. On peut dire, toutes élites de culture des anciens Viet se concentraient sur le représentation des modèles et des motifs décoratifs sur les oeuvres de bronze. Par conséquent, en plus de la recherche, le collectage et l’exposition visant à honorer et à valoriser la valeur du patrimoine culturel de Dong Son, le Musée National d’Histoire du Vietnam attache toujours de l’importance au travail de conservation, et de préservation de la collection des oeuvres de cette culture célèbre, notamment le groupe d’oeuvres de bronze.