mercredi, 27/10/2021
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

25/08/2021 17:45 207
Rating: 0/5 (0 votes)
Qui a dirigé l’Armée populaire du Vietnam pour vaincre les deux grands empires dans le 20e siècle? Sa réponse est Vo Nguyen Giap, le premier général et commandant en chef de l’Armée populaire du Vietnam (APV). Durant savie révolutionnaire qui dura plus de 80 ans, le général a grandement contribué à l’œuvre révolutionnaire du Parti Communiste Vietnamien (PCV) et du peuple. En tant qu’excellent élève et proche du président Ho Chi Minh, il a été le premier général et le commandant en chef de l’APV. Aimé et respecté du peuple, il a forcé l’admiration des amis internationaux, il est la fierté de générations de militaires. Une véritable légende, de son vivant, une des figures les plus représentatives du peuple vietnamien d’aujourd’hui et demain

Le général Vo Nguyen Giap (photo documentaire)

Vo Nguyên Giap (nom de naissance: Vo Giap, alias : Van) est né le 25 août 1911, dans le village d’An Xa, district de Lê Thuy, province de Quang Binh (Centre). Enfant d’une famille pauvre, il grandit sur une terre aride fouettée par un vent chaud et sec, venant du Laos. Adulte, il prend part aux activités révolutionnaires et devient un général hors pair. Sa vie et son oeuvre sont liées à la guerre de libération nationale, à l’histoire de la formation et de la croissance des forces armées populaires. Il est un brillant et proche disciple du Président Hô Chi Minh, le compagnon d’armes des dirigeants du Parti communiste et de l’Etat du Vietnam.

Le général Giap aime évoquer les souvenirs de l’ancienne cité impériale de Huê, où il a fait ses études au Lycée d’élite Quoc hoc- Hue, le berceau du mouvement étudiant patriotique dans la région Centre, où les élèves échangeaient des poèmes sur ce thème. Hai Trieu, un théoricien pionnier de la presse révolutionnaire vietnamienne, lui a fait lire le Procès de la colonisation française, le journal anticolonialiste le Paria et Việt Nam Hồn (Âme du Vietnam)- au service des Vietnam résidant à l’étranger, tous de Ho chi Minh. À ce temps, Vo Nguyen Giap s'est lié d'amitié avec Nguyên Chi Diêu, Hai Triêu, Nguyên Khoa Van, qui deviendont plus tard de grands révolutionnaires, cause de sa participation à la grève scolaire d’avril 1927, de son renvoi du collège. Autodidacte, il écrit des articles pour le journal "La voix du peuple" fondé par le patriote Huynh Thuc Khang, puis en 1929, adhéra au parti Tân Viêt (Nouveau Vietnam), l’une des trois organisation du Parti qui s’unifie au sein du Parti communiste du Vietnam. En 1930, il est arrêté, jugé et placé sous surveillance administrative, dans son village natal.

Năm 1941, Võ Nguyên Giáp được giao phụ trách Ủy ban Quân sự của Tổng bộ Việt Minh, tham gia chuẩn bị vũ trang khởi nghĩa, xây dựng căn cứ địa Cao - Bắc - Lạng.

De 1934 à 1940, Vo Nguyen Giap a enseigné l’histoire à l’École privé de Thang Long, a écrit des articles de propagande sur la construction des bases révolutionnaires pour les jeunes, les étudiants, et en même temps, il a continué à apprendre à l’Université d’économie et droit.

En 1936. Il a participé à la fondation et à l’écriture des articles en vietnamienne et en français pour les journaux du Parti tels que Thoi bao Co giai phong (Drapeau de libération Times), Lao động (le Travail), Tiến lên (En Avant), Tiếng nói chúng ta (Notre Voix) en français, et Thế giới (Le monde), Đời nay (de nos jours), Tin tức (Nouvelles), Ngày mới (Nouveau jour), etc, en vietnamien, ce qui encourageait davantage le jeune patriotique dans sa carrière de journalisme même s’il n’avait presque pas d’émoluments. Il a participé au mouvement pour le Congrès indochinois et a été nommé président du Comité de presse du Bac Ky (Ton kin).

En 1940, Il a adhéré au Parti communiste indochinois et a été envoyé à l’étranger rencontrer le camarade Nguyen Ai Quoc (Ho Chi Minh). En 1941, Vo Nguyen Giap est retourné au pays et a participé aux préparatifs du soulèvement armé dans la base révolutionnaire de Cao- Bac- Lạng (abréviation des provinces de Cao Bang, Bac Can et Lang Son).

Un jour, Vo Nguyên Giap et Pham Van Dông (futur Premier ministre) ont pour mission de se rendre à Kunming (Chine) pour rencontrer le leader du PCV à l’étranger. Au bord du lac Thuy, ils se trouvent en présence d'un homme d’âge mûr, aux vêtements simples de type Sun Yat-Sen. Il s’agit de Nguyên Ai Quôc, de l’Internationale communiste, le futur Président Hô Chi Minh. Cette rencontre a laissé au général une profonde impression dans sa vie révolutionnaire. Il n’oubliera jamais les recommandations du leader: "Pour faire la révolution, il faut placer les intérêts publics au-dessus de tout".

En décembre 1944, Vo Nguyen Giap s'est vu confier par Nguyên Ai Quôc la tâche de fonder l'Armée pour l'action de propagande et la libération du Vietnam, la première force principale des forces armées- brigade de propagande de l’Armée de libération du Vietnam.  Le 22 décembre 1944, dans la forêt de Tran Hung Đao, située entre les deux cantons de Hoang Hoa Tham et de Tran Hung Đao, au district de Nguyen Binh, de la province de Cao Bang, Vo Nguyen Giap a lu la Directive pour fonder la Brigade de Propagande armée pour la libération du Vietnam avec 34 soldats. Sous son commandement, deux jours après sa création, cette jeune armée remporte deux victoires à Phay Khat et à Na Ngân (Cao Bang).

Vo Nguyen Giap a apporté d'importantes contributions à la victoire de la Révolution d'août 1945. De 1945-1947, il a assumé de nombreux postes importants au sein du le Gouvernement provisoire et le gouvernement de coalition. Võ Nguyen Giáp devient membre du Comité militaire révolutionnaire du Ton kin, membre du commandement provisoire de la zone libérée du Viet Bac et commandant en chef des Brigades de libération du Vietnam. La Révolution d’Août a triomphé, le Gouvernement provisoire de la République démocratique du Vietnam est formé. Vo Nguyên Giap, ministre de l’Intérieur et vice-ministre de la Défense, pour tâche de défendre et d'édifier le jeune pouvoir révolutionnaire.

Les troupes françaises, sous la protection des Anglais, tentent de réoccuper le Vietnam. Le 19 décembre 1946, la résistance anti-française éclate. Vo Nguyên Giap est désigné commandant en chef de l’Armée nationale et des milices populaires. Il donne l’ordre à toutes les villes et tous les chefs-lieux occupés par l'ennemi de déclencher l'attaque. Les 60 jours et nuits de combat dans Hanoi constituent une page glorieuses de la longue guerre de 9 ans, du peuple vietnamien.

Le 2 janvier 1948, sur décret du Président Hô Chi Minh, Vo Nguyên Giap est promu général à 4 étoiles. il a été promu général et commandant en chef de l'Armée populaire du Vietnam. Le grade de général lui est décerné par le Président de la République démocratique du Vietnam. Depuis le juillet 1948, il est réélu ministre de la Défense. En février 1951, il a élu par le Comité central du Parti, lors de son 2è congrès national, membre du Comité central du Parti et celui-ci l’a élu membre du politburo.

Durant la guerre de résistance du Vietnam contre les colonialistes français (1945-1954), Vo Nguyen Giap fut commandant en chef, et en tant que secrétaire du Comité du Parti dans les grandes campagnes telles que la campagne de Viêt Băc (7/10 - 20/12/1947), la campagne de Bien Gioi (16/9 - 14/10/1950), la campagne de Trân Hưng Đạo (25/12/1950 - 17/1/1951), la campagne de Hoàng Hoa Tham (23/3 - 7/4/1951), la campagne de Quang Trung (28/5 - 20/6/1951), la campagne de Hoa Binh (10/12/1951 - 25/2/1952), la campagne de Tây Băc (14/10 -10/12/1952), la campagne de Thượng Lào (13/4 - 3/5/1953) et l’apogée fut la campagne de Đien Bien Phu (13/3 - 7/5/1954).

Durant 9 années de résistance contre les colonialistes français, l’Armée populaire n’a cessé de se développer et a défait la stratégie "Attaquer et vaincre rapidement" des colonialistes français. Elle a pris l'initiative sur les principaux champs de bataille, mené des offensives et contre-offensives de plus en plus importantes, ce qui a conduit à la campagne de Dông Xuân (hiver-printemps) 1953-1954 qui culmine avec la bataille de Diên Biên Phu, sonnant le glas du colonialisme dans le monde.

Dans cette guerre, deux décisions d'une importance vitale ont marqué la carrière des armes du général. Il s’agissait de changer l’objectif d’attaque: Dông Khê au lieu de Cao Bang, lors de la bataille des frontière en 1950 et de modifier la devise opérationnelle du "combattre et vaincre rapidement" en "combattre et avancer sûrement" à Diên Biên Phu. " Ce furent les moments les plus difficilles dans ma vie de commandant en chef" dit-il souvent.

Dans la longue guerre anti-américaine, en tant que membre du Bureau politique, secrétaire du Comité militaire central du PCV, ministre de la Défense, il a contribué à former une armée régulière et moderne qui a servi de soutien à la lutte pour la libération du Sud du pays, ouvert la fameuse route Truong Son reliant le Nord et le Sud et vaincu la guerre de destruction, par l'aviation et la marine des Etats-Unis.

De décembre 1974 à janvier 1975, le Bureau politique s'est réuni pour décider du soulèvemement général, afin de libérer le sud et de réunifier le pays. Dans un message secret, le général Vo Nguyen Giap a écrit aux troupes qui s'approchaient de Saigon: "Toujours plus vite, toujours plus audacieux..."

Au printemps 1975, la campagne Hô Chi Minh se solde par une victoire éclatante. Le gouvernement fantoche de Saigon doit se rendre sans conditions. Comme une traînée de poudre, les nouvelles de la victoire arrivent au quartier général à Hanoi. Le vieux général des deux guerres de libération nationale se rappelle: "A ce moment-là, tout le monde sautait, criait, s’embrassait... un spectacle de joie indescriptible. Les membres de l’Etat-Major serraient les soldats dans leurs bras. Tous avaient la voix étranglée par l'émotion. Certains pleurent. Cela a été un instant unique dans la vie. La guerre la plus longue du siècle prenait fin".

Vo Nguyên Giap n'est pas seulement un grand général, c'est encore un scientifique, un pédagogue expérimenté. En 1978, vice-premier ministre, il s’occupait des domaines de la science et de l’éducation. Son livre "Certaines questions sur la science et l’éducation" est une oeuvre d'une grande valeur idéologique dans la période de Renouveau.

Il est aussi l’auteur de livres connus, à savoir "La guerre du peuple, l’Armée du peuple", "Guerre de libération nationale et Guerre de défense nationale" et de bien d’autres, soit plus de 70 oeuvres. Nombre de ces livres ont été traduits en plusieurs langues étrangères, notamment ceux sur ses Mémoires de guerre. Il est un des grands hommes de culture du Vietnam, au 20e siècle.

Après avoir quitté les postes de direction et de gestion jusqu’aux premières années du Xxe siècle, le général Vo Nguyen Giap a mis à jour l’actualité dans le pays et à l’étranger et il s’est intéressé toujours et a donné à temps ses opinions au Parti et à l’État pour des questions majeures de la nation.

Le frère aîné de l'Armée populaire du Vietnam, commandant en chef de l’Armée populaire du Vietnam, l’héros de l’indépendance, “général talentueux”, “stratège éminent”, le général du peuple Vo Nguyen Giap a décédé à 18h09, le 4 octobre 2013 (c'est-à-dire le 30 août, année Quy Ty), La cérémonie de funérailles du général Vo Nguyen Giap a été organisé selon le rituel de deuil national et puis il est enterré à Vung Chua, île de Yen, commune de Quang Dong, district de Quang Trach, province de Quang Binh.

Avec son talent en matière de stratégie, opérations, et service de l’arrière associé à la politique et à la dipplomatie, Vo Nguyên Giáp est l’un de grands généraux les plus célèbres du monde dans les 25 siècles, l’un de grands génies militaires du 20è siècles.

MNHV

Shares: