mardi, 17/05/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 11:24 1084
Rating: 0/5 (0 votes)
Long Bien est un district nouvellement créé par le détachement d’une partie du territoire et de la population du huyen de Gia Lâm, située entre la rive gauche du Fleuve Rouge et la rive droite du canal Duông. C’est au point de vue administratif, quant au point de vue historique/culturel, Long Biên est un endroit assez célèbre, lié à de nombreux personnages et événements historiques depuis le temps des soeurs Trung. Long Biên est un endroit où “la terre est sacrée et les gens des héros”.

Cette terre garde la marque de Ly Nam Dê, le héros vainqueur des Luong agresseurs, fondateur de l’état Van Xuân, celui qui est considéré comme le premier ayant l’idée de fixer la capitale à Thang Long avec la construction de la pagode Khai Quôc. Actuellement, la maison communale du village de Tinh Quang (Giang Biên) conserve encore les décrets et le livret généalogique des génies enregistrant leurs exploits, et la tradition populaire fait encore circuler des anecdotes dans cette région.

Long Biên garde encore le nom de Ly Thuong Kiêt avec le poème divin:” L’état du Sud (Vietnam) est le lieu où trône l’Empereur du Sud (du Vietnam)” - premier manifeste d’indépendance du peuple vietnamien. Il est originaire du district de Co Xa, pour déménager par la suite à la rive nord du Fleuve Rouge (Bac Biên, Ngoc Thuy). Il reste encore actuellement des vestiges de culte dans la maison communale de Bac Biên.

Le camp Bô Dê est le lieu où Binh Dinh vuong Lê Loi et Nguyên Trai ont choisi comme poste de commande du siège de la capitale Dông Quan en 1426. En ce lieu, Nguyên Trai a rédigé des “lettres du coeur” qui ont ébranlé le moral des Minh et les ont amenés à se rendre. Il existe des légendes sur Lê Loi, Nguyên Trai et les commandants militaires des Lê, comme les légendes sur Dào Duy Trinh qui a navigué sur une barque au secours de Lê Loi à Cu Khôi.

La maison communale du village de Lê Mât est dédiée au culte de Hoàng Qui Công qui a eu des exploits dans la résistance contre les Tông et la pacification des Chiem, dans le développement de la production, dans les soins à la population. Comme récompense du roi, il demande seulement la permission de créer des fermes pour la population, et il a créé le quartier “Thâp tam trai” à l’ouest de Thang Long.

Tu/Tu Dinh est un ancien village, lié à la lutte contre les agresseurs du nord, avec le célèbre commandant Thành Công Tuong Liêt, auquel les Soeurs Trung ont offert ce village comme récompense. En dehors des soins militaires, il aime faire le tour dans la région pour apprendre à la population à cultiver la terre et élever des vers à soie. En passant par Cô Linh, attiré par le beau paysage et l’aspect laborieux de la population, il s’y est fixé. Il décéda dans le combat contre les agresseurs Han et fut adoré comme génie tutélaire des 5 hameaux de Cô linh. Actuellement, il reste encore des décrets et des lieux de culte…

Un autre commandant sous les deux Soeurs Trung fut adoré dans la maison communale de Xuân Dô Ha, c’est Khoa Ba Son. Après la victoire sur Tô Dinh, il ramène son armée au jardin des roses à Hoa Dông pour fêter la victoire. Après sa mort, la population reconnaissante l’a adoré comme génie tutélaire.

La population de Thanh Am est fière de garder des traces du lauréat Trinh, Nguyên Binh Khiêm, grand homme de culture du 16e siècle. Il est originaire de Vinh Bao (Haiphong), fut premier lauréat en l’année At Mui (1535). Après un court temps dans le mandarinat, il retourne à Thanh Am, construit la hutte Bach Vân, érige l’auberge Trung Tân pour enseigner les élèves. Le culte de Trang Trinh Nguyên Binh Khiêm à Thanh Am est une preuve du respect de la culture, des lettrés et de l’enseignement de la population de ce lieu.

A Ngoc Tri (Thach Bàn) se trouve le temple de Trân Vu. La tradition rapporte que le roi Lê, dans son expédition dans le Sud, en passant par Cu Linh, eut un songe dans la nuit et fit construire un temple. A Thang Long, Trân Vu est adoré en tant qu’un des génies Tu Trân, mais à Ngoc Tri, il est un génie qui combat les crues et inondations, favorise les bonnes pluies et le bon vent et les bonnes récoltes.

Sur le territoire de Long Biên actuel se trouvent encore beaucoup de vestiges des temples adorant d’autres héros nationaux comme: le prince Linh Lang le long de la rive gauche du Fleuve Rouge de Ngoc Thuy à la fin de Cu Khôi; le roi Bô Cai et tant d’autres personnages culturels; Trân Hung Dao, la princesse Ngoc Hân (temple de Gênh, maison communale de Tinh Quang…).

Les vestiges de ce territoire ainsi que les ouvrages architecturaux témoignent de la grandeur et décadence des périodes historiques. Les oeuvres sculpturales disent les aspirations des hommes devant la vie naturelle, de production, et reflètent fidèlement la vie de la société féodale contemporaine au temple de Tinh Quang, Thanh am. Dans chaque vestige et pour chaque personnage, il y a tant de légendes et d’anecdotes ainsi que des vestiges reflétant les repères importants de l’histoire nationale: l’ensemble Tam Thê à la pagode Hôi Xa (Phuc Loi), la pagode Lê Mât, la collection des décrets et livrets généalogiques à la maison communale de Thô Khôi, Mai Phuc. Les céramiques, de fabrication extrêmement sophistiquée avec le couple de lampadaires des Mac à la maison communale de Mai Phuc, les stèles en pierre avec des décorations spéciales à la pagode de Lê Mât, la cloche en cuivre des Lê (1690) et des Tây Son gardant intacte l’inscription et n’ayant aucune trace de ciseau… Particulièrement, la statue de bronze de Trân Vu, de grande stature, est la cristallisation de l’art du moulage de bronze des anciens artisans.

Deux fois par an, sur les communes de Long Biên, se déroulent les festivités, qui sont des patrimoines culturels immatériels extrêmement précieux qu’il faut conserver: les représentations des rites agricoles, des épopées, les jeux populaires: combat de coqs, balançoire, colin-maillard, attrape des canards dans les mares, attrape des anguilles dans les jarres, lutte à la corde… surtout la festivité de Lê Mât avec la danse de Giao Long manifestant la force dans le combat contre les crues, et les chansons populaires de quan ho, châu van, cheo traditionnel…

Vous êtes invités à Long Biên ce printemps.

Nguyễn Văn Đoàn

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: