lundi, 04/07/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 10:53 1292
Rating: 0/5 (0 votes)
Dans les annales du royaume vietnamien, du Dai Viet su ky toan thu des Lê Trinh au Viet su thong giam cuong muc des Nguyen, ainsi que dans la pensée traditionnelle des historiens contemporains, il y a trois dynasties qui ont été mises au ban de l’histoire officielle et considérées comme “dynasties usurpatrices” parce qu’elles ont été fondées “en tuant des rois pour usurper le trône, usant d’un nom illégal et d’un parler illogique, s’emparant du pouvoir par la force”, et ne sont pas considérées comme des dynasties officielles. Ce sont les dynasties des Hô, des Mac et des Tây Son.

Avec un nouvel point de vue, ces dernières années, l’histoire moderne a eu de nombreux travaux spécialisés, mettant en relief les aspects progressifs et les limitations de ces dynasties. Aussi sont apparues des opinions glorifiant les Tây Son comme une révolution, un sommet de gloire dans la tradition de résistance glorieuse contre l’agression, dans lequel Quang Trung – Nguyên Huê est considéré comme un héros national. De même, la dynastie des Hô, quoique de courte durée, est considérée comme une dynastie contenant de nombreux éléments de réformes progressistes visant à résoudre la grave crise ruinant la dynastie des Trân. Quoique ayant été défaits par l’agression des Minh, Hô Quy Ly et les Hô ont toujours été considérés comme des réformateurs dignes d’être étudiés.

Pour les Mac et Mac Dang Dung, les historiens féodaux et bourgeois disent beaucoup de mal d’eux. Les annales officielles des dynasties suivantes affichent un mépris envers cette dynastie, accusent Mac Dang Dung de tous les délits, surtout celui d’abus de pouvoir, d’usurpation du trône et de reddition devant les agresseurs Minh. Les Mac furent considérés comme une dynastie usurpatrice. Lê Quy Dôn, dans certaines de ses oeuvres, ou bien considère la dynastie des Mac comme inexistante (Kiên Van tiêu luc), ou bien la considère comme dynastie usurpatrice (Dai Viêt Thông su). Le livre ayant le caractère d’une encyclopédie de Phan Huy Chu – Lich triêu hiên chuong loai chi – ne mentionne la dynastie des Mac que comme d’une exception… Ce point de vue continue jusqu’aux temps moderne et contemporain à travers les oeuvres de Trân Trong Kim (Viêt Nam su luoc), Phan Xuân Hoà (Lich su Viêt Nam)… et même jusqu’au livre Lich su Viêt Nam tome I rédigé par le Comité des Sciences Sociales du Vietnam, édité pour la première fois en 1971, et réédité en 1976 dans lequel les Mac sont toujours considérés comme un groupe militariste qui a usurpé le trône pour les intérêts de leur propre famille… et les Mac se sont attirés la colère du peuple.

Pourtant, d’un autre point de vue, nons notons depuis très tôt, même dans les annales officielles qui considèrent les Mac comme une dynastie usurpatrice, des estimations sur une dynastie ayant la physionomie d’un temps florissant et pacifique: le Dai Viêt su ky toan thu a noté l’état de sécurité sociale du règne Dai Chinh (Mac Dang Doanh, 1530 – 1540), ou bien le Viêt su thông giam cuong muc a écrit que le coeur du peuple se tourne vers les Mac. Sans parler des nombreux détails que Lê Quy Dôn a décrits dans Dai Viêt thông su ou que Pham Dinh Hô a rapportés dans Vu trung tuy but… Ces détails, ainsi que les documents sur plus de 20 examens de choix des gens de talent, avec des éminents personnages comme Trang Trinh Nguyen Binh Khiem, Trang Kê Giap Hai… ont suscité des réflexions des générations postérieures en lisant l’histoire des Mac usurpateurs.

Aussi, ce dernier temps, nous notons des velléités de ré-estimation de la dynastie des Mac parmi les chercheurs des décades 40, 50 du dernier siècle… particulièrement parmi les historiens vietnamiens du décade 80 du XXe siècle jusqu’à maintenant.

En relisant l’histoire nous trouvons que vers la fin du XVe siècle, début du XVIe, les Lê postérieurs, après une période de prospérité, entrent dans une période de décadence; les rizières sont concentrées aux mains des propriétaires fonciers, le mandarinat est aliéné, la vie de la majorité des paysans est de plus en plus misérable. La cour des Lê postérieurs de ce temps, avec en tête Lê Uy Muc, est accusée: les titres mandarinaux sont épuisés mais la corruption ne s’épuise pas, le peuple est épuisé mais les perceptions se multiplient. Les impôts sont perçus jusqu’aux cheveux. Débonnaire comme Tân Chinh, traiter les dignitaires comme des chiens et des chevaux, considérer le peuple comme des ordures.


Sous la férule de cette cour dictatoriale et dépravée, la vie du peuple est de plus en plus plongée dans la misère, les impôts et les corvées ne cessent d’augmenter, pesant lourdement sur la vie pénible durant toute l’année du paysan. Les propriétaires fonciers et les mandarins accaparent les rizières, menaçant l’économie misérable du paysan. La vie du paysan est de plus en plus misérable, l’agriculture n’est pas soignée, les digues et les travaux d’irrigation laissent à désirer, les inondations et les famines sévissent tous les ans. En ce temps, la piraterie éclate partout, les factions se battent et s’entretuent pour se disputer le butin. C’est la conséquence du régime autoritaire qui est devenue une maladie chronique du régime, maintenant que la tâche d’unification du pays et de repousser les agresseurs a été achevée d’une manière fondamentale.

Dans cette conjoncture, Mac Dang Dung, partant d’un pêcheur de Nghi Duong (Hai Phong), d’une tâche de Dô chi huy su vê Thân Vu sous Lê Uy Muc, a su profiter des conflits entre les factions ennemies et des répressions des soulèvements paysans pour réunir le pouvoir entre ses mains. Après un long temps d’action, Mac Dang Dung est arrivé au titre de prince et prend en main les 13 divisions d’infanterie et de flotte; son prestige gagne le peuple entier. En 1527, il renversa le roi Lê Chiêu Tông, monta sur le trône et fonda la dynastie des Mac.

On peut dire que l’avènement de la dynastie des Mac est une chose inévitable dans la conjoncture historique de ce temps. Objectivement parlant, s’il n’y avait pas eu Mac Dang Dung, une autre figure, une autre famille apparaitrait pour prendre le gouvernail de la barque vietnamienne dans la tempête. En réalité, Mac Dang Dung est le personnage, qui, par sa propre force, a reçu de l’histoire le gouvernail de la barque historique vietnamienne. La dynastie des Mac, en qualité d’un réel pouvoir administratif, n’existe que pendant 65 ans avant d’être expulsée de Thang Long en 1592 par les forces féodales des Trinh sous le couvert de restauration des Lê. La dynastie des Mac compte 5 rois: Mac Dang Dung (1527-1529), Mac Dang Doanh (1530-1540), Mac Phuc Hai (1541-1546), Mac Phuc Nguyên (1547-1561) et Mac Mâu Hop (1562-1592).

Quoique le temps sur le trône soit relativement court, et soit constamment plongé dans l’instabilité à cause des efforts continuels pour faire face aux ennemis de l’intérieur et de l’extérieur (en ce moment, d’un côté les Mac doivent faire face aux factions restauratrices des Lê, dont le principal est celui de Nguyen Kim, puis des Trinh à Thanh Hoa, qui plongent le pays dans une guerre intestine nord-sud; d’un autre côté, les féodaux Minh du nord, sous le couvert de punition des Mac pour avoir usurpé le trône des Lê, se préparent à agresser notre pays une deuxième fois). Pourtant, avec les réformes et une politique rationnelle pour édifier le règne et le pays, avec la sagesse dans la diplomatie, Mac Dang Dung et la cour des Mac ont réussi à éviter l’agression des féodaux du nord, stabiliser la situation intérieure, impulser le développement stable de l’économie.

Dans certains domaines, les Mac continuent la politique des Lê; par exemple l’administration de l’état suit toujours la pensée des confucianistes des Tông. Dans d’autres, tirant l’expérience du régime pourri de la fin des Lê postérieurs, les Mac ont eu des politiques plus positives, plus ouvertes.

Economiquement, les Mac s’attachent au défrichement, à la fondation de nouveaux villages, à la construction des digues pour prévenir les inondations. Dans le commerce et l’industrie, les Mac ne suivent pas la politique de favorisation de l’agriculture par rapport au commerce des Lê postérieurs. Les récentes découvertes archéologiques ont prouvé ce développement. Par exemple, à Hai Duong (terre d’origine des Mac), les fouilles ont trouvé de nombreuses céramiques du XVIe siècle; la fouille du fond marin de Cu Lao Cham (Quang Nam) des années 1999-2002 a découvert un vaisseau antique naufragé transportant des céramiques du temps des Mac à exporter. L’étude des échantillons trouvés en ces deux endroits a montré que le XVIe siècle des Mac est une période d’épanouissement des céramiques bleues vietnamiennes, et de développement du commerce extérieur des Vietnamiens de ce temps. Particulièrement, dans la production, le rôle du travailleur est hautement considéré, de nombreuses céramiques et de statues portent explicitement le nom du producteur et du commandeur. Le commerce intérieur est impulsé, les stèles du temps des Mac ont enregistré les activités de construction des ponts, de création des marchés des pouvoirs locaux, surtout au bord des rivières et de la mer. Les grandes villes comme Thang Long, Pho Hiên prospèrent.

Ainsi, en dépit de la guerre intérieure, la société vietnamienne du XVIe siècle sous le pouvoir des Mac a eu des réalisations notables, reflet d’une période florissante, surtout au début de la dynastie des Mac. Malgré de sérieux préjugés envers les Mac, les historiens féodaux des Lê ont quand même eu des estimations positives sur les Mac: Dès lors, les marchands et les passants marchent les mains vides, il n’y a pas de pirates la nuit, les buffles et les boeufs sont laissés en liberté en dehors de la maison; on n’a qu’à en faire le compte une fois par mois; on ne peut même pas savoir si ses buffles ont donné des petits ou non. Pendant quelques années, on ne ramasse pas les objets tombés sur la route, le portail n’a pas à être fermé la nuit, les récoltes sont bonnes et le pays est en sécurité.

Sur le front culturel, il y a eu de nouvaux développements sous les Mac: les examens sont organisés régulièrement une fois tous les trois ans et de grands intellectuels sont apparus pour aider le cour des Mac comme Nguyên Binh Khiêm, Giap Hai, Nguyên Du… Suivant les statistiques, pendant plus de 60 ans de règne, les Mac ont organisé 21 examens Hôi, nommé 460 docteurs de différentes classes et 40/46 docteurs champions des 800 ans d’examens de caractères chinois de notre pays. Les examens sous les Mac comptent un très grand nombre de candidats. Le premier examen organisé à la 3e année Minh Duc (1529) compte jusqu’à 4000 candidats, dont de nombreux enfants des mandarins des Lê. La stèle enregistrant le nom des docteurs de cet examen a fait savoir que les Mac ont récompensé plus largement que d’ordinaire les docteurs nouvellement reçus. Aussi, la réputation – les Mac respectent les confucianistes – dure jusqu’à longtemps après. Au XIXe siècle, l’auteur du Giap Ty nien bieu l’a encore mentionné.

En outre, l’art du temps des Mac a aussi eu des developpements dont les plus typiques sont des maisons communales, ouvrant la voie au puissant développement de l’architecture des maisons communales et de la culture des communes dans les siècles suivants. Jusqu’à maintenant, la survivance de certaines maisons communales du temps des Mac est la survivance presque entière et complète de la physionomie de l’architecture des Mac…

Ainsi, avec l’apparition de Mac Dang Dung et de la dynastie des Mac sur l’arène politique, l’histoire du peuple vietnamien de la première moitié du XVIe siècle a eu des faits positifs, marquant un développement sur plusieurs points de vue et laissant de précieuses leçons à l’histoire des époques suivantes. Mac Dang Dung et la dynastie des Mac méritent d’être reconnus par l’histoire.

Nguyễn Ngọc Chất

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: