dimanche, 03/07/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

22/08/2008 10:32 1173
Rating: 0/5 (0 votes)

Les chercheurs vietnamiens ont attaché beaucoup d’importance à la recherche des traces d’un ancien Duong Kinh et il y a eu à plusieurs reprises des travaux d’exploration sur la terre de Cô Trai et des environs ces dernières années. Mais les résultats reçus n’ont pas atteint le but posé. La réalité a montré que presque toutes les constructions à Cô Trai ont été détruites par le temps et la guerre.


Dai Viêt thông su de Lê Quy Dôn a rapporté qu’en 1592, après avoir défait les Mac, Trinh Tung a ordonné à l’armée de détruire tous les palais de Cô Trai, démolir les stèles des tombeaux, abattre tous les arbres plantés dans les mausolées. C’est pourquoi, pour trouver des traces de l’ancien Duong Kinh, une recherche archéologique est absolument nécessaire.

Dans cet esprit, de la fin de Juillet à la fin d’Octobre 2004, le Musée d’Histoire du Vietnam et le Srevice de Culture et d’Information de Haiphong ont coopéré dans la recherche, l’exploration et la fouille au site de Duong Kinh dans le village de Cô Trai, commune de Ngu Doan, huyên de Kiên Thuy, Haiphong. Quoique avec seulement une superficie d’exploration et de fouille de 450m2, les résultats obtenus sont satisfaisants. En dehors de la découverte de nombreuses traces, la détermination de l’existence des anciennes constructions architecturales, des milliers de vestiges ont été exhumés, jetant la lumière sur les connaissances du Duong Kinh des Mac.

Les résultats de cette exploration ont confirmé l’existence d’un Duong Kinh des Mac dans le sol de Cô Trai actuel.

- Au secteur de Go Gao (hameau de Dai Thang, commune de Ngu Doan), qui, suivant la tradition, est le lieu d’existence du palais Hung quôc – lieu de résidence de Mac Dang Dung avant d’être intronisé empereur, les 4 fossés d’exploration archéologique ont découvert les traces du mur de clôture du sud et de nombreux objets de l’ancien palais Hung Quôc.


La fondation du mur de clôture, a été en grande partie démolie, avec une hauteur restante de 0,8m, d’une largeur de 0,7m, formée de pierres de sédiment couleur grise jaune. Les pierres sont exploitées naturellement, disposées de manière à avoir une surface extérieure plane, sans mortier, quelquefois en utilisant des débris de briques et de tuiles pour remplir les vides entre les pierres.

Dans le tas de matériaux démolis, on trouve de nombreuses traces de tuiles et de décorations architecturales. On observe qu’il y a deux types de tuiles: les tuiles en bec de feuilles en terre cuite rouge claire et tuiles en tubes de petite dimension en terre cuite grise bleue. La bordure de décoration est formée plusieurs tuiles en feuilles de tilleul stylisées, en terre cuite grise bleue, avec la face décorée en relief de lierre et de fleurs… Les statues d’animaux sont surtout des statues de licorne en terre cuite grise bleue, portant très nettement le style artistique des Mac. En outre, on trouve encore des débris de faience appartenant à des récipients comme des assiettes, des cuvettes, des bassins, des marmites, des vases… en terre cuite grise violette, grossière. Il y a un assez grand nombre de céramiques émaillées, comme les émails blancs, bruns, de jade, émails blancs à fleurs bleues décorés de dragons, de fleurs et feuilles, de caractères chinois, céramiques grises jaunes grossières, appartenant à des genres: bols, assiettes, vases, bassins… datant des XV – XVI siècles.

- Au secteur du mamelon en caractère Công (hameau de Duong Thang, commune de Ngu Doan), lieu réputé être la position du palais Tuong quang – résidence de Mac Dang Dung quand il s’est retiré à Cô Trai, pour céder le trône à Dang Doanh, avec 4 fossés d’exploration, on a trouvé sous la couche de terre rouge, les traces de fortification des fondations et des pieds de colonnes d’une construction architecturale d’envergure. La fortification des fondations est traitée très soigneusement par une couche d’argile grise jaune bien tassée au-dessous, et par une couche de briques et de tuiles cassées bien tassées au-dessus, d’une épaisseur de 15cm. La fortification des pieds de colonnes est aussi traitée soigneusement par des couches d’argile jaune, fine, alternant avec une couche de briques et de tuiles cassées bien tassées. Les traces restantes des fortifications de fondations et des pieds de colonnes prouvent que c’est une grande construction, tournée vers le sud, probablement avec un plan en forme de caractère Công semblable au plan du Palais Principal et du bâtiment de l’ouest au site de Lam Kinh (Thanh Hoa) des Lê postérieurs.


Au secteur du petit mamelon au sud du mamelon en caractère Công, à une profondeur de 2,0m, sous une couche de terre, l’archéologie a découvert des traces de fortification de fondation et de pied de colonnes d’une autre construction, de plus petite envergure. Les matériaux et la technique de fortification de cette construction sont tout à fait analogues à ceux de la grande construction au mamelon en caractère Công. La construction a un plan rectangulaire, est longue de 8m, large de 3,5m, tournée vers le sud et comporte 3 casiers, la charpente a 4 rangée de colonnes. En se basant sur l’envergure, la structure et la position, nous supposons que c’est la construction de la porte menant au site. La porte est construite suivant le type de porte de cérémonie, avec 3 entrées. Cet argument est encore corroboré par la présence des pierres grises bleues servant à la bordure des marches du vérandha.

En outre, on a trouvé de nombreux genres de matériaux de construction et de décorations en terre cuite grise bleue et rouge foncée comme briques massives, dalles, tuiles en bec de feuille, tuiles en tube, tuiles rondes de bordure, tuiles plates, statues de dragons, de licornes, bordure de décoration en forme de fleurs à pétales…; de nombreux genres de céramiques émaillées domestiques avec l’émail brun, l’émail de jade, l’émail blanc décoré de dragons et de phoenix… l’émail blanc dessiné bleu avec des décorations de style du palais comme dragons, poissons, fleurs et feuilles… qui sont autant de preuves de l’existence d’un palais Tuong Quang comme mentionné dans les annales et transmis par la tradition.


- Au secteur du mamelon Quan Thiêu (hameau de Duong Thang, commune de Ngu Doan, à 400m à l’est du mamelon en caractère Công, à 500m au sud de Go Gao), c’est d’après la tradition le lieu de travail de Quan Thiêu, un important mandarin de la cour des Mac à Duong Kinh. Dans le fossé de superficie 72m2, à la profondeur de 0,2m, on a découvert des traces de fortification de fondations et de pieds de colonnes d’une construction d’envergure. Les matériaux et la technique de fortification ici sont analogues à ceux des constructions du mamelon en caractère de Công. Les limites dans le temps et la superficie de fouille n’ont pas permis de déterminer l’envergure et la structure de la construction. Néanmoins, les résultats de fouille et de l’observation sur place ont trouvé des débris d’ustensiles et des rebuts de four comme des morceaux des enveloppes de cuisson, des pièces de calage, des piles d’assiettes collées émaillées brun, blanc dessiné bleu… reflétant les activités de production de céramiques dans ce lieu…

En résumé, c’est la première fois que le site Duong Kinh des Mac subit une recherche archéologique dans le sol de Cô Trai. Quoiqu’il y ait eu seulement 450m2 d’excavation dans 3 endroits, les résultats recueillis sont des preuves éloquentes des rares inscriptions des annales sur Duong Kinh.

Au secteur Go Gao, la découverte des traces des fondations du sud ainsi que des matériaux de construction a affirmé l’existence des nombreuses constructions dans ce lieu, supposé être l’ancien emplacement du palais Hung Quôc, suivant les annales et la tradition.

Au secteur du mamelon en caractère Công, les résultats de fouille ont confirmé l’existence du palais Tuong Quang avec des constructions comme le palais principal, la porte d’entrée et le système de murs de clôture… Les traces de fortification des fondations et des pieds de colonnes ont montré l’influence et l’assimilation des techniques de construction traditionnelles des Trân et des Lê que nous avons recontrées aux sites du Palais Royal de Thang Long, de Lam Kinh (Thanh Hoa) ou de la pagode de Bao An (Gia Lâm, Hanoi).

Au secteur du mamelon Quan Triêu, outre la découverte des traces de fortification des fondations et des pieds de colonnes de la construction, la découverte des débris d’ustensils et des rebuts du four de cuisson a ouvert la voie à la recherche et à l’étude sur les activités de production sur place des matériaux de construction et des ustensiles usuels de la cour des Mac à Duong Kinh.

En outre, la grande quantité des matériaux de construction, des décorations architecturales découverts dans les 3 endroits exhumés a reflété la grande densité des constructions architecturales de cet endroit. D’autre part, à travers l’étude des genres, des matériaux colorés et des décorations sur les matériaux, nous pouvons déterminer assez précisément la nature et les caractéristiques saillantes de l’architecture et de l’art des Mac. De plus, la collection des céramiques recueillies avec sa richesse en genres et en émail et décorations montre bien le développement florissant de l’art des Mac dans l’histoire du développement et de l’évolution de l’art vietnamien.

Les résultats de recherche archéologique ont contribué en partie à esquisser la physionomie d’une capitale des Mac au XVIe siècle. Le sol de Cô Trai renferme sûrement en son sein des mystères sur un Duong Kinh somptueux. Si on continue d’investir dans la recherche d’envergure et systématique, le site Duong Kinh apparaitra en plein jour, apportant une vue plus complète sur Duong Kinh en particulier et sur la dynastie des Mac en général à plusieurs points de vue.

Nguyen Ngoc Chat

 

(Source: Le Musée national d'Histoire du Vietnam)

Shares: