vendredi, 18/09/2020
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

04/04/2020 12:01 176
Rating: 0/5 (0 votes)
Il y a exactement 120 ans (20 janvier 1900), le gouverneur général Paul Doumer a signé un arrêté pour fonder l’École française d’Extrême- Orient (EFEO).

 

L’actuel Musée National d’Histoire du Vietnam est autrefois le Musée Louis Finot de l’École française d'Extrême-Orient, construit en 1926. Dans la photo, ce sont le Ministre de l’Éducation Nguyen Van Huyen et des employés du Musée d’Histoire du Vietnam en 1958. Photo: EFEO

Le nom de l’École française d'Extrême-Orient était depuis longtemps très connu pour ceux qui s’intéressent aux sciences sociales et humaines, au patrimoine culturel du Vietnam. Mais  peu de gens connaissent des histoires intéressantes concernent à cet institut pendant 120 ans d’existence.

Comme ce fut le cas pour de nombreux intellectuels vietnamiens qui ont collaboré avec cet institut dans leurs activités académiques, en particulier, certaines personnes deviennent membre scientifique de l’institut, par exemple, dans le cas du Dr. Nguyen Van Huyen.

Ou des récits montrent le comportement “très culturel” et “très français" des scientifiques français à l’École française d’Extrême- Orient. Par exemple, un récit concernant le fait que la porte O Quan Chuong (la dernière porte carrée de Hanoi) n’a pas été détruite, grâce à l’aide de l’Insitut.

 

Parmi des érudits confucéens et occidentaux qui travaillaient à l’École française d’Extrême-Orient dans le domaine de la culture, on doit mentionner des noms typiques comme Nguyen Van Huyen, Nguyen Van To, Tran Ham Tan, Tran Van Giap. Photo de l’EFEO.

Paul Doumer, qui a ouvert l’EFEO et le fermé à Sai Gon

Le 20 janvier 1900, l’École francaise d’Extrême- Orient (EFEO en abrégé) a été officiellement fondée sur la base d’une Mission archéologique permanente en Indochine fondée en 1898.

3 ans après être devenu gouverneur général de l'Indochine au Vietnam, Paul Doumer a signé un arrêté pour fonder l’EFEO.

ALors, la France se compose de 4 instituts à l’étranger, ce sont l’Institut Athènes, l’Institut Rome, l’Institut Madrid, l’Institut Caire. L’EFEO est le 5e institut de la France, qui recherche sur l’Asie, en particulier l’Indochine.

Le siège de l’EFEO est situé au Vietnam (à Sai Gon), au lieu de l’Inde comme prévu.

Le 26 février 1901, le président français Émile Loubet a signé un décret  pour reconnaître officiellement la fondation de l'EFEO. L’École est devenue une institution de l'État français, une organisation de recherche scientifique sur l'histoire, l'archéologie, des langues, l'ethnographie, la géophysique et les sciences humaines en Orient, assurant la conservation et la préservation des bâtiments historiques en Indochine.

Établie à Sai Gon, mais l’EFEO est rapidement élargie à Hanoi et s’est développée vigoureusement ici avec de nombreux départements, par exemple, le musée utilisé pour conserver des collections de l’École, contruit en 1926 (auparavant baptisé Louis Finot selon le nom du premier directeur de l’EFEO, actuellement le Musée d’Histoire du Vietnam); et la bibliothèque (devenant plus tard l’Institut d’information scientifiques et sociales, du Centre national des sciences sociales et humaines du Vietnam indépendant, au n026, rue de Ly Thuong Kiet).

 

Le musée Blanchard de la Brosse construit en 1929 à Sai Gon est l’un des musée de l’EFEO, actuellement le Musée d’Histoire de Ho Chi Minh-ville

Depuis sa fondation jusqu’à la révolution d'août 1945, malgré qu’elle soit sous le contrôle du gouvernement colonial, l'EFEO a toujours maintenu un objectif scientifique indépendant pour obtenir des réalisations éclatantes sur les domaines comme l’étude, la publication et la préservation du patrimoine et de la culture.

En peu de temps, développée en parallèle avec la République démocratique du Vietnam (septembre 1945 à décembre 1946), la politique flexible de l’État du Vietnam a permet à l’EFEO d’avoir le pouvoir autonome sur l’administration et la gestion des sièges.

Au cours des 10 ans suivants, de 1947 à 1957, l’EFEO a dû faire face à de nombreuses difficultés en raison de l’épuisement financier de l’État français, et la manque de chercheurs vietnamiens et français.

Après la signature des accords de Genève en 1954, le siège de l’EFEO a été déplacé à Sai Gon et jusqu’en 1960, il a été officiellement fermé, mettant fin à 6 décennies d’opérations au Vietnam.

En 1993, l’EFEO est retourné pour ouvrir un bureau de représentation à Hanoi. Actuellement, outre le siège officiel de l’EFEO à Paris, elle possède de 18 centres situés dans 12 pays, y compris le Vietnam, l’EFEO a un siège à Hanoi et à Ho Chi Minh- ville, au Vietnam.

Dans le processus de développement de l’EFEO, le Vietnam a toujours reçu une priorité particulière. Les oeuvres d’étude sur le Vietnam occupent d’un quart des projets de recherche de l’EFEO.

Ainsi, en signant le décret pour fonder l’EFEO en 1920, Paul Doumer a non seulement laissé au Vietnam des ponts légendaires tels que le pont de Long Bien (Hanoi), de Trang Tien (Hue), de Binh Loi (Sai Gon), le port de Hai Phong, le système ferroviaire, etc, mais aussi l’École francaise d’Extrême-Orient qui a apporté une grande contribution aux sciences sociales et humaines au Vietnam.

 

Les activités archéologiques au vestiges d’Oc Eo en 1944, effectuées par l”EFEO. Image de l’EFEO.

Des érudits coloniaux “cultivés”

L’École française d’Extrême- orient est fondée dans le but de assister le système colonial- ce qui l’a créé.

Mais est ce-que les chercheurs de l’École ne sont-ils qu’un “érudit colonial”, qui ne sert qu’à une ambition de gouvernement?

Les scientifiques de l’EFEO ont exprimé leur attitude politique à travers le respect accru pour les Vietnamiens. En 1908, dans son bulletin prestigieux, l’École a propagé l’événement à propos de Phan Chu Trinh, ce qui demandait plus de civilisation, plus d'égalité pour les Vietnamiens et exigeait le respect pour eux. Cet incident a conduit le gouverneur générale Bonhoure à rappeler l’EFEO à ses orientations et ses ordre.

 

Fouille archéologique au monticule Go Cay Thi, Oc Eo 1944, effectuée par l’EFEO. Image de l’EFEO.

Après cet événement, l’EFEO a dû limiter ses enquêtes dans les domaines qui ne sont pas susceptible de léser ou d’endommager les intérêts du gouvernement français. En conséquence, tout ce qui concernant les sciences sociales est interdit; les activités dans les autres domaines tels que l’archéologie, les langues, les études sur des textes anciens, l’histoire, l’histoire, le musée et  l’ethnographie sont menés de manière limité.

Au fils du temps, l’EFEO a accumulé des articles profonds, des collections des textes chinois pour ses bibliothèques et a effectué des travaux sur le terrain à Tay Nguyen (centre hauts-plateaux) et mené des fouilles archéologiques et a construit des musées.

En particulier, grâce à ses efforts, l'EFEO a contribué à empêcher la destruction de la porte O Quang Chuong- la dernière porte de la citadelle de Hanoi.

Après la défaite des Français en Indochine en 1954, l’EFEO a quitté le Vietnam pour retourner dans son pays. Il a transféré tous ses bâtiments, musées et collections au gouvernement de la République démocratique du Vietnam, avec le plus haute responsable.

Dans un article à l’occasion du 100e anniversaire de la fondation de l”EFEO, Le professeur Tran Quoc Vuong a raconté une histoire sur des membres de l’EFEO, selon lui,  ils  sont “très culturels”, et “très français”.

Il raconte que le docteur Nguyen Van Huyen était membre de l’EFEO, après août 1945, il a été nommé directeur de l’EFEO, dont le président Ho Chi Minh a signé la décision pour le fonder, après la naissance de la nouvelle République démocratique du Vietnam.

Mais après la résistance nationale en 1946, le docteur Nguyen Van Huyen a quitté Hanoi pour faire de la résistance et devenir ministre de l’Éducation. Les Français en charge de l’EFEO qui ont scellé le bureau du docteur Nguyen Van Huyen, et ont mis dans des boîtes tous les documents qu’il a laissé à l’EFEO.

En octobre 1954, après le retour du ministre Nguyen Van Huyen à Hanoi, l’EFEO lui a remis toutes ces boîtes.

 

Une salle d’exposition du Musée Louis Finot de l’EFEO en 1913, image de l’EFEO.

 “Reconnnaissant envers des érudits français"

Les professeurs Nguyen Van Huyen, Tran Quoc Vuong, Phan Huy Le, Ha Van Tan avaient des articles qui mentionnent le rôle de l’EFEO pour le développement de la culture, de l’éducation, des sciences sociales et humaines au Vietnam.

Le 23 novembre 1945,  le président Ho Chi Minh a signé un décret du n065 pour fonder l’Institut de recherche d’Extrême-Orient pour remplacer l’École francaise d’Extrême-Orient (EFEO), l’article 3 du décret  a mentionné “Les règles sur la préservation des vestiges anciens restent intactes”

Le professeur Nguyen Van Khanh, ancient recteur de l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoi, dans un livre histoire “un siècle de recherche de l’École francaise d’Extrême- Orient au Vietnam”, il a dit: le décret n065  a exprimé l’attention particulière du président Ho Chi Minh et du gouvernement provisoire aux questions culturelles, et affirmant les valeurs scientifiques indéniables que l’EFEO a apportées au Vietnam.

Le professeur Khanh a également mentionné 5 grandes contributions de l’EFEO au patrimoine culturel du Vietnam, dans lesquelles il a particulièrement souligné le rôle de contribuer à la  formation d’un contigent de cheurcheurs qui recherche sur le Vietnam (essentiellement des érudits français), et à la formation d’un génération de scientifiques sociales vietnamiens modernes dans le 20e siècle, comme Ngo Van To, Tran Van Giap, Tran Ham Tan, Nguyen Van Huyen,

Surtout, Nguyen Van Huyen est devenu le premier Vietnamien à accéder au poste de membre scientifique de l'EFEO.

 

La bibliothèque de l’EFEO à Hanoi est inaugurée en 1943. Image de l’EFEO

M. Nguyen Duy Quy, ancien directeur du Centre national des sciences sociales et Humaines a apprécié que l’EFEO avait apporté de diverses contributions à la protection des patrimoines culturels au Vietnam en particulier et en Indochine en général.

Des découvertes de grande valeur sur l’histoire, en particulier la préhistoire  et la culture vietnamienne sont devenues l’une des bases indispensables à la formation et au développement des sciences sociales et humaines au Vietnam au plus tard.

Beaucoup d’études de valeur qui ont été publiées par l’EFEO dans son bulletin, ont actuellement utilisées dans la recherche et l’enseignement au niveau universitaire et post-universitaire au Vietnam.

Le directeur de l’EFEO Louis Malleret a inauguré la cérémonie du 50e anniversaire de la fondation de l’EFEO à l’Opéra de Sai Gon, en présence des officiels, en 1951. Image de l’EFEO.

* L’auteur a fait référence à des informations tirées de deux livres d’histoire “Un siècle de recherche de l’École française d'Extrême-Orient au Vietnam” publié par la maison d’édition Tri Thuc en 2000, et un autre livre “Regards croisés sur un siècle de recheches scientifiques de l’École française d'Extrême-Orient à Hanoi” en 1900-2000 de l’EFEO.

Thien Dieu (auteur)

MNHV

Shares: