lundi, 17/01/2022
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

07/12/2015 12:56 1093
Rating: 0/5 (0 votes)
Toute proche de l’ancien village de Duong Lam, la pagode Thay a été construite au XXIIème siècle par le Maitre Tu Dao Hanh. Lovée au pied d’une montagne, elle se compose de trois bâtiments, le premier dédié aux moines, le second pour honorer Bouddha et le troisième pour l’organisation des cérémonies. L’ensemble fait face à une pièce d’eau carrée d’où émerge le théâtre des marionnettes sur l’eau qui opéra a partir du XVIIème siècle. Deux ponts couverts en protègent l’accès. Parait-il que vue d’en haut la pagode Thay ressemble à un dragon et que les deux ponts en sont ses yeux. C’est un lieu plaisant de pèlerinage comme de promenade, arrêt idéal avant de retourner dans la fourmilière hanoienne.

Tu Dao Hanh et le théâtre de marionnette sur l’eau

Les temples de Thay, consacrés collectivement au culte de Bouddha, se répartissent en trois catégories : la pagode Hạ (au devant) sert aux offrandes, la pagode Trung (au milieu) rend hommage au Bouddha Shākyamuni, et la pagode Thượng, (au fond) est vouée au moine Từ Đạo Hạnh, fondateur du théâtre de marionnette sur l’eau. Une statue a d’ailleurs été élevée en la mémoire de ce moine ainsi qu’une autre pour le roi Lý Nhân Tông.

Tu Dao Hanh était un bonze supérieur sous la dynastie des Ly. Il avait d’importantes contributions dans la propagation des théories religieuses, dans l’enseignement, dans le traitement des maladies en faveur des habitants et dans la création des jeux populaires. La fête de la pagode Thay (le 7e jour du 3e mois lunaire) est une occasion pour mémoriser de ses contributions; on peut assister aux spectacles des marionnettes sur eau – un art original, créé par le bonze, existant uniquement au Vietnam. Dans la fête, on représentera des spectacles de marionnettes sur l'eau dans le théâtre Thuy Dinh.

La fête de la pagode de Thay (photo de l’Internet)

Chaque théâtre comprend trois éléments: la chambre des montreurs (buong tro), la scène et la place réservée aux spectateurs.

Le temple de Thuy Dinh où on présente des spectacles de marionnettes sur l’eau (photo de l’Internet)

La chambre des montreurs est la partie la plus importante du théâtre, c’est le lieu d’où les marionnettistes manipulent les poupées. Elle repose sur des pierres posées au fond de la marre, ou est construite en dur dans un étang, en face de la pagode. La pavillon sur l’eau de la pagode de Thay est la plus ancienne chambre des montreurs conservée au Vietnam. Il est conduit en dur sur le lac Long Tri, en contrebas de la pagode. Sa division en trois pièces inégales est typique des chambres des montreurs: au centre, dans l’espace large d’environ trois mèttres, se tiennent, debout, les pieds dans l’eau, les marionnettistes. Un plancher se trouve entre 0,7 et 1 m sous l’eau. Un sorte de bambou, servant de toile de fond au spectacle, occulte la façade de cette pièce centrale. Deux pièces latérales, larges d’environ 1,2 m, ont leur plancher à une trentaine de centimètres, au-dessus du niveau de l’eau; c’est là que se tiennent l’orchestre et les manipulateurs au repos; et où sont rangées marionnettes et accessoires. Une petite passerelle permet le passage entre les deux espaces latéraux. Les petits côtés des espaces latéraux sont décorés d’un motif ajouré figurant un caractère Tho “longévité”: les interstices entre les traits permettent aux artistes d’observer la scène sans êre vue.

Si la chambre des montreurs est la coulisse d’où les marionnettistes activent les poupées, le plan d’eau qui la précède est la scène du spectacle. Pour déterminer la scène sur les côtés, il y avait deux balustrades basses ornées de fanions. La scène ne comporte aucun décor, à l’exception du sorte de bambou servant de toile de fond. Sa profondeur est d’environ 10 m. Le plan d’eau servant de scène, par nature mouvant, est destinée à rendre le spectacle plus vivant. Des pétards sont tirés pour augmenter les effets de la scène liquide, créant des gerbes de lumière et des voiles de fumée aux multiples reflets. L’eau est également utilisée pour répercuter et augmenter les sons de l’orchestre. Les spectateurs se trouvent sur les berges de la mare, en face de la scène. La pavillon sur l’eau de la pagode de Thay se trouve à 15 m des bords du lac.

Les personnages des marionnettes sur l’eau peuvent être légendaires ou historiques, ou simplement représenter la vie quotidienne. Les numéros (tro) durent de une ou sept minutes et reproduisent essentiellement des scènes de vie, parmi lesquelles on reconnaît certaines métiers (pêcheurs, laboureurs, bûcherons et gardiens de buffles) ou des personnages typiques (les cinq catégories de gens: lettrés, agriculteurs, artisans, commerçants et millitaires) représentés dans la chambre de riz (labourage, hersage, piochage et repiquage du riz), ou à la pêche. Dans les scènes tich tro, on trouve des extraits de pièces de théâtres classique (tuong) ou populaire (cheo).

La déesse Quan Âm et ses splendides sanctuaires

La pagode est encadrée par deux anciens ponts du XVIIe siècle, « Nhật Tiên » pont du soleil et « Nguyệt Tiên » pont de la lune. Un des ponts mène au temple Tam Phủ, temple de la déesse de la terre, de l’air et du monde, quand à l’autre mène à la grotte Cắc Cớ et à la colline Sài Sơn (250 marches). Sur le sommet de cette colline, de charmants sanctuaires sont dédiés à la déesse de la miséricorde Quan Âm et au moine Từ Đạo Hạnh. Ils renferment de jolies sculptures en bois de jacquier laqué, doré. Un décor vraiment typique de l’Asie, où règne une atmosphère incroyable ! La végétation est dense, des arbres de lianes, des palmiers jonchent les chemins rocailleux. A proximité des sanctuaires, la grotte Cắc Cớ peut être visitée. C’est dans cet endroit que s’est éteint le moine Từ Đạo Hạnh. De nombreux villageois viennent allumer un bâton d’encens en souvenir de Từ Đạo Hạnh mais aussi en souvenir de leurs ancêtres. D’agréables parfums se répandent dans cet endroit paisible.

La pagode de Thay (photo de l’Internet)

Quelques jours avant la fête, les pratiquants et les pèlerins venus de toutes parts se sont déjà rendus au lieu de fête, créant ainsi une ambiance animée très attractive. La pagode est bien nettoyée, tout devient propre et beau, brillant dans la lumière des lampes et des chandelles, et entouré dans la fumée des encens.

La cérémonie d’ablution de la statue de Bouddha se passe avant le 7e jour du 3e mois lunaire, en présence des bonzes, bonzesses ainsi que de nombreux habitants. On utilise des serviettes rouges pour essuyer le statut. Les gestes se fassent avec beaucoup de sérénité. Les gens autour joignent les mains avec vénération, en faisant des prières. L’eau de bain, considérée comme de l’eau sacrée, sera ensuite jetée dans tous les coins de la pagode, car on croit qu’elle va apporter de la santé et de la prospérité. La serviette sera partagée par les gens qui la considère comme un objet sacré, capable de chasser les fantômes et les mauvais esprits. Après le bain de la statue viendra le nettoyage des objets cultuels.

La procession des tablettes de culte se déroule le 7e jour avec la participation des 4 villages : Thuy Khe, Da Phuc, Sai Khe, Khanh Tan. La tablette de Tu Dao Hanh est couverte d’un étoffe jaune (la couleur réservée aux bonzes ayant une énergie surnaturelle). Les tablettes des génies tutélaires de chaque village sont portées par les gens du village avant celle de Tu Dao Hanh portée par 4 représentants des 4 villages. En chemin de retour, on assiste à un changement de l’ordre des tablettes et des chevaux : ceux en couleur blanche du village de Da Phuc ouvrent la marche, viennent ensuite ceux en couleur rouge du village de Thuy Khe. Les tablettes et chevaux des autres villages restent toujours dans l’ordre initial. La procession se fait lentement, on retourne à la pagode ainsi souvent au coucher du soleil.

Ensuite viennent la cérémonie de culte à Bouddha et le rite du mouvement circulaire organisés avec beaucoup de sérieux et de somptuosité. Ces cérémonies religieuses se font aux sons des instruments de musique. Les offrandes de toute couleur sont présentées sur l’autel, brillantes dans la lumière et la fumée. Ensuite, les bonzes, vêtus de belles soutanes, bâton aux fleurs dans les mains, exécutent des danses en faisant les tours, les marches rapides et lentes en fonction des étapes représentant les vicissitudes de l’existence humaine vers les noblesses. Tout en dansant, ils chantent ou adressent des prières à Bouddha.

La fête de la pagode Thay constitue d’ailleurs l’occasion pour participer aux jeux et spectacles, dont le plus apprécié est celui des marionnettes sur l’eau, représenté à Thuy Dinh (maison communale sur l’eau) au milieu du lac de Long Tri (étang du dragon), berceau des spectacles de marionnettes sur l’eau dresse sa silhouette gracieuse devant la pagode. Selon la légende, Tu Dao Hanh est le patron de ce type de spectacle.

La fête de la pagode Thay est pour le touriste non seulement un pèlerinage mais également une occasion pour contempler la beauté d’un patrimoine culturel, où se gravent encore des traces des personnalités, des bonzes supérieurs de plusieurs périodes.

Nguyen Thuy (présenter)

Theo: http://www.vietnamvoyages.com

Shares: