lundi, 29/11/2021
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

08/10/2021 15:28 252
Rating: 0/5 (0 votes)
Redécouverts dans une maison du Val-de-Marne, ces deux bas-reliefs en métal sont des vestiges des anciennes Halles « Baltard » de Paris, détruites dans les années 1970 après avoir été durant des décennies l’épicentre de la vie commerciale de la ville. Ils seront vendus aux enchères en avril 2022.


Les plaques représentent respectivement une allégorie de la moisson et les armoiries de la ville de Paris. ©Sylvain Deleuze/LP

Les Halles de Paris furent des décennies durant un élément clé de la vie de la capitale. Construites en 1857 par les architectes Baltard et Callet, elles accueillaient toutes sortes de marchands, permettant aux Parisiens de s’approvisionner aussi bien en viandes et poissons qu’en farine ou en tissus. Leur popularité retomba cependant lors du transfert du marché parisien à Rungis, et leur destruction fut alors décidée. Sur les douze pavillons qui constituaient l’édifice, un seul fut sauvé en étant démonté et reconstruit à Nogent-sur-Marne. On imagine alors la surprise du commissaire-priseur Christophe Lucien lorsqu’il découvrit, dans le placard d’une maison du Val-de-Marne, deux plaques métalliques qui ornaient ces Halles ! Réels vestiges de ce pan de l’histoire de Paris, elles seront mises aux enchères en avril 2022 à l’occasion de la 12e édition de la vente « Paris Mon Amour », organisée par la maison Lucien.

Symbole d’un passé disparu

Si les plaques représentent respectivement une allégorie de la moisson (une femme portant une gerbe de blé dans une corne d’abondance) et les armoiries de la ville de Paris (un bateau trois-mâts, une couronne de fleurs et la devise « Fluctuat Nec Mergitur »), elles sont aussi des symboles du « saccage du patrimoine qu’il y a pu avoir dans cette ville » selon Christophe Lucien, interrogé par le « Figaro ». Il précise : « Ces pavillons sont des monuments emblématiques, parmi les plus innovants et lumineux bâtiments de l’époque, qui ont été massacrés dans les années 1970 ».

 

Illustration de Les Halles centrales de Paris, construites sous le règne de Napoléon III, Baltard et Callet. ©Wikimedia Commons

Redécouverte et vente

Sauvées de la destruction par Pierre Crucy, en charge à l’époque d’une partie des travaux de destruction des pavillons, ces deux plaques demeuraient depuis dans la maison qu’il partageait jusqu’à son décès en 2000 avec son épouse Hélène. C’est elle qui a contacté Christophe Lucien. Les plaques seront proposées aux enchères le 4 avril 2022 avec une estimation de 5000 euros. Une plaque similaire à celle présentant les armoiries de Paris avait déjà été proposée en 2014 pour 800 euros mais n’avait pas trouvé d’acquéreur.

https://www.connaissancedesarts.com/

Shares: