mardi, 15/10/2019
  • Tiếng Việt
  • English
  • French

Bảo tàng lịch sử Quốc gia

Musée National d'Histoire du Vietnam

07/11/2012 16:34 2056
Rating: 0/5 (0 votes)
L’ oeuvre “Carnets de prison” apparue inhérente à son auteur Ho Chi Minh, et ce nom a été associé au processus historique de la lutte pour l’indépendance nationale du peuple vietnamien dans les décennies au milieu du XX ème siècle.

Le livre “Ho Chi Minh- annales de biographie, tome 2, 1930- 1945. La Maison nationale d’Édition politique » a écrit: « le 13 Août 1942, le soir, sous le nouveau nom Ho Chi Minh, Nguyen Ai Quoc est parti à la Chine pour communiquer avec les forces vietnamiennes de la révolution et celles d’alliées » jusqu’au jour 27 août 1942. Le petit matin, Ho Chi Minh est arrivé à Binh Ma, avec M. Duong Đao qui a servi de guide (M. Le Quang Ba a resté à la maison de Tu Vi Tam). Ces deux hommes sont venus à la ville Tuc Vinh (district de Thien Bao, Guangxi), ils ont arrêté par les patrouilles du Siège du Parti nationaliste chinois (pour la cause de l’arrestation, selon du rapport du Général Truong Phat Khue- Commandant de la 4ème base de résistance du Parti nationaliste chinois: lors de la vérification de la carte d'identité, la patrouille chinoise a découvert que sauf la carte d’identité de l’« Association vietnammienne de l’Association d’internationale contre l’invasion», M. Ho Chi Minh a aussi apporté la carte spéciale de membre du « Quoc te Tan van xa » et le sauf- conduit d'usage militaire fourni par le Bureau de Commandant de la 4ème Base de résistance chinoise. Tous les documents qui ont été fournis en 1940 et ont dépassé un délai déterminé. C’est pourquoi, la patrouille chinoise a pensé que Ho Chi Minh était un espion et elle l’a immédiatement arrêté.

Page de couverture des « Carnets de prison », le Président Ho Chi Minh l’a écrit pendant le période qu’il était détenu à la prison de la province de Guangxi, en Chine,(1942- 1943).

Ho Chi Minh était détenu depuis là, et malmené dans les 18 prisons du 13 districts de la province du Guangxi. Pendant 13 mois de prison (de l’Août 1942 au Septembre 1943), il a écrit le recueil de poèmes « Carnets de prison », qui comprennent 133 poèmes en langue « Han » dont il y a 126 articles qui ont été écrits selon le style de quatrain de la poésie des Tang. Cette oeuvre est conservée du Vietnam National Musée d’Histoire, avec ses dimensions de 12,5 x 9,5 cm; elle se compose de 82 pages, sauf la page de couverture, dont 62 feuilles de papier sont écrites et 18 feuilles ne sont pas encore écrites. La première partie du cette oeuvre, il a écrit 133 poèmes; Il a écrit en langue « Han » à la dernière partie du recueil de poèmes qui n’est pas connu le contenu. Plusieurs personnes pensent que cette oeuvre « Carnets de prison » a 134 poèmes chinois au total. Mais en réexaminant, nous constatons que son nombre 133 est correct et raisonnable, parce que dans l’oeuvre originale de « Carnets de prison » est actuellement conservée au Vietnam National Musée d’Histoire, Ho Chi Minh ne l’a pas numérotée et n’a pas nommée des quatres vers d’« épigraphe » (Than the tai nguc trung/Tinh than tai nguc ngoai/ Duc thanh dai su nghiep/Tinh than canh yeu dai) écrits à la page de couverture qui est décrite par les deux bras enchaînés levés. La numérotation a commencé à partir de premier poème de « Khai quyen » (débuter des Carnets de prison) jusqu’à le dernier poème du numéro 133 de « Ket luan » (Conclusion) (à la page 53 de cette oeuvre), au dessous de ce poème, il a écrit la lettre « Hoan » (qui signifie la fin, le complet) (du 29 Août 1942 au 10 septembre 1943). Alors, selon cette numérotation, les « Carnets de prison » comprennent seulement 133 poèmes car l’article d’« Épigraphe » qui n’est pas numéroté, ne l’est pas considéré comme un poème dans le recueil de poèmes. Même lorsque on l’énumère selon le contenu, y compris le poème « d’Épigraphe » est également considéré un article; les « Carnets de prison » ont seulement 133 poèmes, parce que la 100ème poème a appelé « Lieu Chau Nguc » (la prison de Lieu Chau » qui n’existe que la vers d’« épigraphe » et il n’y a pas des autres vers. Un autre détail à faire attention, la première page est écrite les mots « Carnets de prison » avec la date du 29 Août 1932 au 10 Septembre 1933, mais à la page 5, il écrit la date du 29 Août 1942 au 10 Septembre 1943. Il s’agit d’un problème d’histoire qui doit être décoder par des chercheurs, parce que dans les dossiers d’objet, on ne voit que ses notes brèves « Selon les opinion de M. Nguyen Van Hoan- un vieux combattant de la Révolution vietnamienne, le conseiller du Musée de la Révolution du Vietnam, il s’agit d’une manière pour tromper l’ennemi ».

Page 53 numérotées 133 et ayant l’autographe du poème de « Conclusion » dans les « Carnets de prison »

Le recueil de poèmes des « Carnets de prison » est un témoignage associé à la vie d’activités révolutionnaires du Président Ho Chi Minh. En plus de la valeur de l’histoire, cette oeuvre apporte aussi des valeurs humaines d’un communiste qui lutte toujours pour des beaux idéals: apporter l’indépendance de la nation, le bonheur du peuple, et des « Carnets de prison » sont toujours exprimés « des pensées anxieuses d’une grande âme, une âme noble et humanitaire. Cette oeuvre brille des émotions fortes, délicates, sincères et romantiques qui traversent le cadre étroit de la prison ».

Dernière page des “Carnets de prison” a l’autographe de Ho Chi Minh en langue de Han.

En conclusion, les “Carnets de prison” qui sont un document historique inestimable, constituent un trésor d’expérience de vie et de lutte; ils éduquent profondément des toutes les générations sur la qualité et les valeurs morales, en particulier, pour la génération de jeunesse vietnamienne de nos jours. Les « Carnets de prison » qui sont l’un des oeuvres posthumes du Président Ho Chi Minh. Le 1 octobre 2012, le Premier Ministre a signé une décision pour les admettre comme un trésor national.

Auteur: Hoàng Ngọc Chính

Traducteur: Nguyễn Thúy

baotanglichsuquocgia

Shares: